Morcenx

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Morcenx
Église Saint-Pierre de Morcenx
Église Saint-Pierre de Morcenx
Blason de Morcenx
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Aquitaine
Département Landes
Arrondissement Mont-de-Marsan
Canton Morcenx
Intercommunalité Communauté de communes du Pays Morcenais
Maire
Mandat
Jean-Claude Deyres
2014-2020
Code postal 40110
Code commune 40197
Démographie
Gentilé morcenais/aises
Population
municipale
4 562 hab. (2011)
Densité 73 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 02′ 02″ N 0° 54′ 47″ O / 44.0339, -0.91305555555644° 02′ 02″ Nord 0° 54′ 47″ Ouest / 44.0339, -0.913055555556  
Altitude Min. 50 m – Max. 104 m
Superficie 62,08 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Landes

Voir sur la carte administrative des Landes
City locator 14.svg
Morcenx

Géolocalisation sur la carte : Landes

Voir sur la carte topographique des Landes
City locator 14.svg
Morcenx

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Morcenx

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Morcenx

Morcenx est une commune du sud-ouest de la France, située dans le département des Landes (région Aquitaine).

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune située dans les grande-Lande en forêt des Landes sur le Bez.

Accès par l'autoroute A63 sortie 14 Onesse-et-Laharie.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le ruisseau de la Craste, affluent gauche du Bez, traverse les terres de la commune.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le nom de « Morcenx » paraît formé sur Mauritius, nom d’origine gallo-romaine, et du suffixe enx, ayant un sens d’appartenance ou d’origine. Le site de Morcenx, bordé par le Bez et ses affluents, semble avoir été occupé dès la Préhistoire. On y a trouvé des pointes de flèches en silex, du mobilier domestique, et une urne cinéraire datant du 1er âge du Fer.

L’église « sanctus Petrus de Morcencz » est citée dans le Liber rubeus au XIIe siècle. Morcenx faisait partie au Moyen Âge, de la baronnie du Brassenx, Jean de Morsanx, jurat, était présent à la maison commune d’Arjuzanx, lors de la prise de possession du Brassenx par Arnaud-Amanieu d'Albret le 14 mars 1361. Vers 1437, l’Ordre des Hospitaliers de St Jean de Jérusalem, sous l’autorité d’un Commandeur (ou Commanday), possédait des terres dans le quartier de Cornalis, alors très important. Une chapelle dédiée à St Michel y était implantée et demeurera jusqu’à la Révolution. La fontaine St Jean située à côté avait le don de soulager les rhumatismes. À la fin du XIXe siècle, la lande de Cornalis était le lieu de rassemblement des troupeaux autour de la Crous de Couraou (croix de bénédiction du bétail, immortalisée par Félix Arnaudin).

Le château de Moré était le siège d’une caverie. Il présente un réel intérêt historique. Son architecture, riche d'une fenêtre à meneaux, ressemble à l'ancien château de Dax, aujourd'hui disparu au profit de l'Hôtel Splendid. Jean Duvignac, juge royal et avocat au parlement de Bordeaux, était seigneur de Mauré, en 1653. Cette petite seigneurie est ensuite la propriété de Jean Luxcey, notaire royal en 1765. C’est lui qui rédigera le « cahier de doléances » de Morcenx en 1789.

Quatre moulins hydrauliques étaient installés sur le Bez et ses affluents : le moulin de Johandieu ou « molle de Lagoffun » à Cornalis, le plus ancien attesté dès 1553, celui de Canlorbe, du Batan et le moulin de Moureu.

L’arrivée du chemin de fer avec la mise en service de la gare de Morcenx le 12 novembre 1854[1], va donner naissance au quartier de la Gare qui supplantera le Bourg en 1886, devenant même chef-lieu de canton le 31 mars 1888. Une nouvelle église y est édifiée et consacrée en 1893. La ville connaît alors un véritable essor économique conforté en 1960 par la construction d’une Centrale Thermique EDF, utilisant le lignite du sous-sol comme combustible. Après sa fermeture en 1992, Morcenx a su réorienter ses activités, demeurant ainsi le pôle industriel du Pays Morcenais.

C’est à Morcenx que naquirent la grande tragédienne Cora Laparcerie (1875-1951), et le sculpteur-statuaire Alexandre Callède (1899-1980). On admirera le Monument aux Morts réalisé par le célèbre sculpteur landais Robert Wlérick.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
D'argent aux cinq tires de neuf triangles de sinople en chef, à la pomme de pin accostée de deux écureuils assis adossés, le tout au naturel brochant, soutenu d'un pot de résine de gueules brochant sur un listel d'azur[2]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1995 en cours Jean-Claude Deyres PS Conseiller général, 2e vice-président du conseil général des Landes
1982 1995 Pierre Cros PS  
1977 1982 Henri Scognamiglio PS Conseiller général

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 4 562 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].
           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
645 567 678 714 811 794 795 902 919
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 221 1 321 1 595 1 718 2 087 2 049 2 045 2 193 2 252
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 230 2 373 2 663 2 768 2 921 3 208 3 004 3 033 3 013
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
4 166 5 305 5 690 5 406 4 332 4 383 4 573 4 600 4 562
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Jumelages[modifier | modifier le code]

Morcenx est jumelé avec la commune de Hégenheim (Alsace) depuis 1980. Le lien entre ces deux communes provient de l'évacuation des habitants de Hégenheim vers les Landes pendant la Seconde Guerre mondiale.

Économie[modifier | modifier le code]

On y trouve l'usine de vitrification d'amiante INERTAM ainsi qu'une unité de production de panneaux MDF qui est leader en Europe dans son domaine sous le nom de produit Mediland (société Finsa France).

La Gare de Morcenx est d'une taille importante par rapport à la taille de la ville. Elle se situe sur la ligne Bordeaux - Irun entre Bordeaux-Dax avec une bifurcation vers Mont-de-Marsan.

La ville de Morcenx a commencé en 2002 l'établissement d'un réseau de fourreau à l'occasion de travaux divers, ce qui va permettre d'avoir la fibre optique via un opérateur et cela sans véritable cout pour la commune[5].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Voies[modifier | modifier le code]

224 odonymes recensés à Morcenx
au 17 janvier 2014
Allée Avenue Bld Chemin Cité Impasse Passage Place Pont Rd-point Route Rue Square Villa Autres Total
1 [N 1] 8 [N 2] 2 [N 3] 15 3 [N 4] 25 [N 5] 1 [N 6] 9 9 [N 7] 0 19 85 [N 8] 3 [N 9] 0 44 [N 10] 224
Notes « N »
  1. Allée d'Hegenheim.
  2. Dont Avenue du 8-Mai-1945.
  3. Boulevard Gallieni, Boulevard Victor Hugo.
  4. Cité de l'Étang, Cité des Cigales, Cité Plaisance
  5. Dont Impasse du 6-Juin-1944.
  6. Passage Joffre
  7. Pont du Luc.
  8. Dont Rue du 19-Mars-1962, Rue du 6-Juin-1944 et Rue du 11-Novembre-1918.
  9. Square de l'Église, Square de la Liberté, Square de la Piscine.
  10. Autres voies non identifiées en relation avec des écarts, lieux-dits, hameaux, zones industrielles, lotissements, résidences, quartiers, etc.
Sources : rue-ville.info & annuaire-mairie.fr & OpenStreetMap

Édifices et sites[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Vie pratique[modifier | modifier le code]

Service public[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Culture[modifier | modifier le code]

  • L'école de Musique de Morcenx.
  • L'Harmonie La Cigale de Morcenx[6] a été fondée en 1882. Pendant longtemps, elle ne comportait qu'une harmonie et une école de musique qui assurait le renouvellement des musiciens. En 1950, elle est devenue municipale. Comptant une soixantaine de musiciens elle se produit en France comme à l'étranger.
  • La Banda Los Alegrios[7] a vu le jour en 1992. Forte d'une quarantaine de musiciens elle anime les fêtes de Morcenx et de bien d'autres villes du Sud-Ouest.

Les principales associations morcenaises[modifier | modifier le code]

  • Le CAM (Club Amical Morcenais), qui regroupe l'ensemble des clubs sportifs de Morcenx
  • Le Comité des Fêtes de Morcenx, qui participe à l'organisation de la plupart des manifestations culturelles
  • Le groupe folklorique "Lous Cigalouns de Mourseuns", fondé en 1946. Il perpétue et fait connaître les danses traditionnelles landaises, et plus particulièrement les danses sur échasses.

Les rendez-vous morcenais[modifier | modifier le code]

  • Le Festival des Arts de la Rue: "Festirues", qui se déroule à la fin du mois d'avril chaque année, créé en 2000.
  • Les Fêtes Patronales, qui ont lieu le 3e week-end du mois de juin, du vendredi au lundi soir.
  • Le Festival de la Magie: "Plein Les Yeux", qui se déroule tous les deux ans au mois d'octobre.
  • Le Festival Folklorique de la Haute Lande, festival international qui se déroule tous les deux ans en juillet (les années impaires).

Activités sportives[modifier | modifier le code]

Écologie et recyclage[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. François Palau, Maguy Palau, Le rail en France : 1852-1857, Palau, 1998, p. 165 extrait (consulté le 22 novembre 2011).
  2. Banque du blason.
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011
  5. « TIC : Plein cadre avec ... Jean-Claude DEYRES », sur Dailymotion (consulté le 16 juin 2010)
  6. Harmonie "La Cigale"
  7. Banda "Los Alegrios"

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]