Moon Palace

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Moon Palace
Auteur Paul Auster
Genre Roman
Version originale
Titre original Moon Palace
Éditeur original Viking Press
Langue originale Anglais américain
Pays d'origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Lieu de parution original États-Unis
Date de parution originale 1989
Version française
Traducteur Christine Le Bœuf
Éditeur Actes Sud
Date de parution 1990
Chronologie
Précédent Le Voyage d'Anna Blume La Musique du hasard Suivant

Moon Palace (titre original : Moon Palace) est un roman de Paul Auster, paru en 1989.

Résumé[modifier | modifier le code]

Marco Stanley Fogg, un étudiant pauvre, meuble son appartement avec des livres qu'il a hérités de son oncle Victor avec lequel il a grandi. Pour vivre, il est obligé de vendre les livres. Mais, lorsque le dernier est vendu, il perd son appartement et n'a d'autre choix que de vivre à Central Park.

S'ensuivent de longues semaines d'errance dans la jungle new-yorkaise, immense et indifférente, où le narrateur, persuadé qu'il doit accepter son destin, se laisse porter par les événements. Cette lente descente aux enfers le poussera même à accepter l'idée de sa propre fin.

C'était sans compter sur l'aide de son ami David Zimmer qui lui redonnera petit à petit l'espoir en l'accueillant chez lui, puisant dans ses maigres économies annuelles, ainsi que sur la présence de la jeune étudiante Kitty Wu, dont le narrateur, tout d'abord charmé, tombera éperdument amoureux.

C'est, non seulement par reconnaissance, mais aussi en quête d'une indépendance retrouvée, que M.S. Fogg devient assistant d'un infirme étrange et égocentrique, Thomas Effing. C'est le début d'un parcours initiatique, entre errance, coïncidences et destin, dans les pas d'un passé qu'il croyait révolu...

Ce roman s'impose comme une représentation de la quête d'identité et de l'incomplétude universelle, si chères à l'auteur. On y trouve aussi le thème rousseauiste d'une société qui corrompt l'homme et d'une nature qui, au contraire, révèle en l'homme ce qu'il a de vrai, son identité véritable; on peut précisément remarquer ceci dans le passage où le narrateur "s'habitue" à la vie à Central Park.

M. S. Fogg[modifier | modifier le code]

Son nom est une référence au voyage :