Monument de la Voie sacrée

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Monument de la Voie sacrée
Monument de la Voie Sacrée 1.jpg
Présentation
Construction
Inauguration
14 mai 1967 +/-
Géographie
Pays
Région
Département
Commune
Localisation
Coordonnées

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Point carte.svg

Géolocalisation sur la carte : Meuse

(Voir situation sur carte : Meuse)
Point carte.svg

Le monument ou mémorial de la Voie sacrée ou du Train est un monument érigé aux abords de la Voie sacrée et rendant hommage aux soldats français qui ont œuvré sur cette route stratégique pour ravitailler le front de la bataille de Verdun, pendant la Première Guerre mondiale. Il est situé sur le plateau du Moulin-Brûlé[1], sur le territoire de la commune de Nixéville-Blercourt, à la limite avec celle de Verdun.

Historique[modifier | modifier le code]

Il a été édifié par la Fédération nationale du train, et a été inauguré le 14 mai 1967 par le général Boucaud, président de la Fédération national du Train (FNT)[2]. La construction de ce minument répondait à un vœu formulé par les amicales du Train de la région Lorraine, en 1939. Du fait de la déclaration de guerre de 1939-1945, la construction du monument fut mis en sommeil et ne fut réactivée que dans les années 1960.

Ce monument, en pierre, fut érigé à l'endroit où débarquaient les troupes venues en camion de l’arrière. Arrivés sur le plateau de Moulin-Brûlé, hors d’atteinte des canons allemands, les poilus joignaient à pied le champ de bataille situé à à 8 kilomètres.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Il est l'œuvre du sculpteur Barrois et de l'architecte Schmitt[3].

Ce monument hommage à tous ceux qui œuvrèrent au fonctionnement de la Voie sacrée entre Bar-le-Duc et Verdun, axe stratégique, indispensable au ravitaillement des troupes en vivres et en munitions ainsi que pour l'évacuation des blessés.

Aujourd’hui des bornes casquées jalonnent tous les kilomètres de cette route, baptisée à la fin de la guerre par Maurice Barrès, « Voie Sacrée ».

Le monument[modifier | modifier le code]

Le monument se compose de deux parties :

  • un mur en forme d'arc de cercle sur lequel se figure une frise représentant en bas-relief les soldats de la Voie sacrée, associant le rail et la route et,
  • au centre, une partie verticale, en forme d’obélisque pointé vers le ciel, surmontée d'une roue ailée, emblème de l'Arme du train. Une table d'orientation a également été installée en 2005[4]. Par sa rectitude, cette partie centrale symbolise les deux voies de la route menant de l’arrière du front au champ de bataille de Verdun[5]

La frise[modifier | modifier le code]

La frise représente des soldats et les transports de la Voie-Sacrée. On y reconnaît:

  • la noria des camions (dont des Berliet CBA),
  • le chemin de fer (avec la locomotive Corpet-Louvet),
  • les convois hippomobiles,
  • les transports de soldats et de munitions,
  • les régulatrices routières,
  • le retour des soldats du front ainsi que
  • l’entretien de la voie.

Au centre de la frise est gravée l'inscription :

« Le train à ses anciens, à tous ceux de la Voie sacrée[6]. »

Détail de la frise, partie droite.

En 2007, à l’occasion des 200 ans de l’Arme du Train, une plaque commémorative dédiée « Aux aînés du Train » a été apposée sur le Mémorial.

Liens internes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Références[modifier | modifier le code]

  1. Alain Denizot, Verdun et ses champs de bataille, Paris, Nouvelles Éditions latines, coll. « Art et tourisme », 1998, 63 p. (ISBN 2-7233-1997-0), p. 62.
  2. « Inauguration du mémorial de la Voie sacrée, 14 mai 1967 », dans Train-transports, Fédération nationale du train, juillet 1967, reproduit sur Arme du train : Transport/Logistique Défense/Civil, 2 mai 2012.
  3. Magdelaine Parisot, avec Denise Bernard-Folliot, Champagne, Ardenne, vallée de la Meuse, Paris, Hachette, coll. « Guides bleus », 1971, 635 p., p. 440.
  4. Francis Lévy et Jean-Michel Pérignon, « Mission d'inspection pour la préservation de la Voie sacrée dans le département de la Meuse », rapport no 004611-01, Ministère des Transports, de l'Équipement, du Tourisme et de la Mer (Conseil général des ponts et chaussées), Ministère de la Culture et de la Communication (Direction de l'Architecture et du Patrimoine), et Ministère de l'Écologie et du Développement durable (Direction de la Nature et des Paysages), juin 2006, sur le site du Conseil général de l'environnement et du développement durable, p. 3, 6 et 8.
  5. http://www.verdun-meuse.fr/index.php?qs=fr/lieux-et-visites/monument-du-mois---fevrier-2012---memorial-de
  6. Bernard Butet, « Monument commémoratif du Train », sur MémorialGenWeb, relevé no 200056, 27 janvier 2008.