Monument d'Ancyre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

39° 56′ 40″ N 32° 51′ 30″ E / 39.9444, 32.8583

Ruines du temple d'Auguste et de Rome à Ankara (Turquie).

On appelle communément Monument d'Ancyre le temple d'Auguste et de Rome à Ancyre (aujourd'hui Ankara, en Turquie). Il est connu surtout par l'inscription gravée sur ses murs, qui est la copie la plus complète des Res gestae diui Augusti.

Construction[modifier | modifier le code]

Ancyre est devenue en 25 av. J.-C. la capitale de la nouvelle province romaine de Galatie. Dans les années qui suivirent, on y édifia le temple d'Auguste et de Rome[1].

Après la conquête turque, le temple fut converti en mosquée.

Les Res gestae[modifier | modifier le code]

Partie de l'inscription des Res gestae diui Augusti gravée sur le monument d'Ancyre.

L'inscription a été découverte en 1555 par Ogier Ghislain de Busbecq, ambassadeur de l'empereur Ferdinand Ier de Habsbourg à Constantinople, qui la fit connaître en Occident par ses Lettres turques, ouvrage dans lequel il publie une partie de ses lectures de l'inscription.

Par la suite, de nombreux voyageurs en rapportèrent des copies. La première publication scientifique fut l'œuvre de Georges Perrot et Edmond Guillaume, qui avaient accompli en 1861 une mission d'exploration en Bithynie et Galatie[2].

L'inscription est double : texte latin et texte grec. Le texte latin, copie de l'original qui figurait sur deux piliers de bronze devant le mausolée d'Auguste à Rome, est gravé sur les deux murs intérieurs du pronaos et réparti sur six colonnes. La traduction grecque se trouve sur le mur extérieur gauche de la cella, divisée en dix-neuf colonnes[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Auguste accepta qu'on lui élève de son vivant des temples en Orient – où la tradition du culte du souverain dans les monarchies hellénistiques préparait les esprits au développement du culte impérial –, mais à condition d'y être associé à la déesse Roma, qui incarnait la puissance de Rome.
  2. Georges Perrot et Edmond Guillaume, Exploration archéologique de la Bithynie et de la Galatie, Paris, 1872, t. I, pp. 242-263 et 295-312 ; t. II, pl. 13-31.
  3. Res gestae diui Augusti ex monumentis Ancyrano et Antiocheno Latinis Ancyrano et Apolloniensi Graecis, texte établi et commenté par Jean Gagé, Paris, 1935, pp. 5-6.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Georges Perrot, Edmond Guillaume, Jules Delbet, Exploration archéologique de la Galatie et de la Bithynie, d'une partie de la Mysie, de la Phrygie, de la Cappadoce et du Pont, 2 vol., Paris, Didot, 1872. (tome I en ligne, tome 2 en ligne)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]