Monts Lebombo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

26° 15′ S 32° 00′ E / -26.25, 32 ()

Monts Lebombo
Carte sous licence libre bienvenue !
Géographie
Altitude 760 m, Mont Mananga
Longueur 800 km
Largeur 100 km
Administration
Pays Drapeau de l'Afrique du Sud Afrique du Sud
Drapeau du Swaziland Swaziland
Drapeau du Mozambique Mozambique
Géologie
Âge Précambrien
Roches Basalte, rhyolite, dolérite

Les monts Lebombo, appelées également montagnes Lubombo, forment une chaîne de montagnes de 800 km de long en Afrique du Sud, au Swaziland et au Mozambique.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Leur nom provient du mot ubombo qui signifie en zoulou le « grand nez » ou la « grande arête ».

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation, topographie[modifier | modifier le code]

Vue d'une partie de la chaîne des monts Lebombo.

Ces montagnes, étroites mais longues de 800 km, atteignent une altitude moyenne de 600 mètres et culminent à 760 mètres avec le mont Mananga.

Elles s’étendent tout le long du parc national Kruger jusqu’à Hluluwe dans le Kwazulu-Natal en Afrique du Sud et marquent la frontière naturelle entre le Swaziland, le Mozambique et l’Afrique du Sud.

Les villes environnantes au nord sont Simunye, Tambankulu et Namaacha ; au centre, Siteki ; et au sud, Mayaluka et Big Bend.

Hydrologie[modifier | modifier le code]

De nombreuses rivières, incluant la Pongola, Mkuze, Olifants et Lusutfu traversent la chaine et forment par endroit de superbes gorges.

Géologie[modifier | modifier le code]

Les montagnes Lebombo sont faites de basalte, de rhyolite et de dolérite.

Faune et flore[modifier | modifier le code]

Les montagnes Lebombo sont un des territoires les plus vierges et intacts d’Afrique du Sud où de nombreuses vagues de migration de gnous et autres animaux passaient autrefois par ces montagnes pour aller vers la zone humide de St Lucia. La faune y est aujourd’hui importante avec la présence de l'antilope petit koudou et grand koudou, de l'antilope éland, de buffles, d'impalas, de zèbres, de phacochères, de girafes, d'éléphants, etc. On y a même découvert, durant les années 1970 un péroné de babouin très particulier, le fameux « os de Lebombo » datant de 35000 à 37000 av. J.-C..

Côté flore, grâce aux chutes de pluie au nord pouvant atteindre 500 mm par an et à l’humidité environnante des nombreuses gorges, les montagnes regorgent de centaines d’espèces dont certaines uniques, telle que le cactus africain Rhipsalis baccifera.

Histoire[modifier | modifier le code]

Activités[modifier | modifier le code]

Encore peu exploitées, les montagnes Lebombo sont le paradis des botanistes, géologues et randonneurs.