Montrodat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Montrodat
Blason de Montrodat
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Languedoc-Roussillon
Département Lozère
Arrondissement Mende
Canton Marvejols
Intercommunalité Communauté de communes du Gévaudan
Maire
Mandat
Rémi André
2014-2020
Code postal 48100
Code commune 48103
Démographie
Gentilé Montrodatiens[1]
Population
municipale
1 191 hab. (2011)
Densité 58 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 33′ 09″ N 3° 19′ 47″ E / 44.5525, 3.3297244° 33′ 09″ Nord 3° 19′ 47″ Est / 44.5525, 3.32972  
Altitude 764 m (min. : 640 m) (max. : 1 103 m)
Superficie 20,65 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Montrodat

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Montrodat

Montrodat est une commune française située dans le département de la Lozère et la région Languedoc-Roussillon.

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune située dans le Massif central sur le Coulagnet

Histoire[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Montrodat

Le blasonnement de Montrodat est : de gueules aux trois besants d'or

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires de Montrodat
Période Identité Étiquette Qualité
1954 1985 Charles de Chambrun UNR Député de la 2e circonscription de la Lozère (1962-1966, 1967-1968 et 1968-1973)
Secrétaire d'État (1968-1969)
         
2001 en cours Rémi André DVG  

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Montrodat appartient à la communauté de communes du Gévaudan, créée le 30 décembre 2003. Cette communauté regroupe douze communes autour de Marvejols qui en est le siège. Elle a permis le transfert de certaines compétences : aménagement rural, collecte des déchets des ménages et déchets assimilés, création, aménagement, entretien et gestion de zone d'activités industrielle, commerciale, tertiaire, artisanale ou touristique, opération programmée d'amélioration de l'habitat (OPAH), tourisme, traitement des déchets des ménages et déchets assimilés.

Découpage administratif[modifier | modifier le code]

Montrodat est situé dans le canton de Marvejols, dont le chef-lieu est Marvejols.

Conseiller général Canton Code cantonal Population (1999) Communes
Jean Roujon Canton de Marvejols 48 12 8 028 hab. 11
Canton de Marvejols
Mende-Nord

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 191 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
650 769 1 072 723 487 673 686 672 674
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
625 609 601 573 595 564 559 520 502
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
506 508 509 507 471 450 408 343 316
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
247 236 602 945 968 984 1 144 1 172 1 134
2011 - - - - - - - -
1 191 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]