Montigny-sur-l'Hallue

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Montigny et Hallue (homonymie).
Montigny-sur-l'Hallue
Image illustrative de l'article Montigny-sur-l'Hallue
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Picardie
Département Somme
Arrondissement Amiens
Canton Villers-Bocage
Intercommunalité Communauté de communes du Bocage et de l'Hallue
Maire
Mandat
Marie-Cécile Yvon
2008-2014
Code postal 80260
Code commune 80562
Démographie
Gentilé Montignyens
Population
municipale
217 hab. (2011)
Densité 44 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 58′ 50″ N 2° 26′ 37″ E / 49.9805555556, 2.44361111111 ()49° 58′ 50″ Nord 2° 26′ 37″ Est / 49.9805555556, 2.44361111111 ()  
Altitude Min. 43 m – Max. 116 m
Superficie 4,91 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Montigny-sur-l'Hallue

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Montigny-sur-l'Hallue

Montigny-sur-l'Hallue est une commune française, située dans le département de la Somme en région Picardie. Ses habitants sont les Montignyens.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le sol de la commune appartient aux formations tertiaire et quaternaire ; il laisse difficilement passer l'eau. Le fond de la vallée de l'Hallue est recouvert d'alluvions ; le long des pentes, on rencontre des marnes et glaises vertes ; les marnes et calcaires constituent les 2/3 du territoire.

La vallée de l'Hallue se ramifie en plusieurs petits vallons non dénommés. L'altitude culminante se trouve au nord-ouest.

Au-dessus des terres glaises vertes, une nappe d'eau souterraine alimente les puits de la commune et des sources. La plus abondante de ces sources est celle de la fontaine publique située au sud-ouest.

Le cours de l'Hallue est habituellement faible. En temps de pluies prolongées ou de fonte des neiges, elle est alimentée par plusieurs ruisseaux[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Des armes de pierre, des poteries et monnaies de l'époque gallo-romaine ont été trouvées sur le territoire. En extrayant la tourbe, on a découvert les traces d'une voie sur pilotis reliant Montigny et Vilaincourt (aujourd'hui dans la commune de Behencourt).

Les fondations d'un château féodal étaient encore visibles en 1830.

Sous LouisXI, Montigny appartenait à la famille de Lalain, du parti de Charles le Téméraire.

En 1636, un corps de cavaliers allemands au service du roi de France, fut capturé par les Espagnols.

Le 23 décembre 1870, le village a été le théâtre de combats, au cours de la bataille de l'Hallue[2].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

De 1790 à 1801, la commune relève de l'Administration du canton de Contay.


Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Mars 2008   Marie-Cécile Yvon[3]    
mars 2001 2008 M. Christian Hubau    
    M. Fourdinier    
    M. Jean Leclercq    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 217 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
286 299 321 322 328 306 345 346 336
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
336 292 272 235 228 236 228 176 178
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
142 142 145 123 104 90 87 66 74
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
65 67 92 171 174 197 209 211 217
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5])
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Notre-Dame[modifier | modifier le code]

La date de construction n'est pas connue. De la partie la plus ancienne, il ne reste que la façade ouest, deux contreforts d'angle et la muraille du côté nord de la nef. Ces éléments sont construits en pierre blanche du pays. La façade est percée d'un portail en ogive voussurée, surmonté d'une baie également ogivale. À une époque plus récente, l'église a été reconstruite sur les anciens soubassements de grès. Les murailles latérales sont faites de treize lits de pierre alternés avec des lits de briques. Du côté nord, cette nouvelle muraille recouvre la muraille originelle. Ces murailles sont percées de baies en plein cintre. La muraille sud est en outre percée d'un portail rectangulaire de 4 mètres de hauteur et 1,90m de largeur. L'abside orientée à l'est, est à trois pans en pierres blanches, ainsi que ses quatre contreforts. Elle est éclairée par deux baies non moulurées, similaires de celles de la nef.

Actuellement, l'église est toujours bordée au sud et à l'ouest par l'ancien cimetière dans lequel subsistent quelques croix de fer. L'élargissement de la voirie, a nécessité la construction d'un muret de soutènement. Une dizaine de marches permettent d'accéder au portail sud.

Ouvrant directement dans la propriété voisine, le portail de la façade ouest n'est plus accessible. Il est muré de l'intérieur et la baie qui le surmonte est obturée par un panneau de bois. Le clocher en bois, coiffé d'un chapeau en éteignoir, repose sur la façade ouestt et sur une poutre sablière supportée par deux montants en bois, à l'intérieur de la nef.

La nef dont la longueur est de 13,50m et la largeur de 6,50m, est éclairée de chaque côté par une baie. Quatre tirants en gros fer rond, empêchent l'écartement latéral des murailles.

Le chœur, surélevé d'une marche, a une longueur de 5 mètres et une largeu de 7 mètres. Il est éclairé par deux baies ; le vitrail de droite est une représentation de saint Antoine de Padoue, celle de gauche est en verre blanc.

Le sanctuaire à trois pans est surélevé d'une autre marche. Sa profondeur est de 5 mètres. Il est éclairé par deux baies ; le vitrail de la baie de droite est une représentation de la sainte Famille. La baie de gauche a été déposée en 1985 et son vitrail démonté ; elle est obturée par un panneau de bois. Toutes ces baies en plein cintre, ont 3 mètres de hauteur et 1,70m de largeur.

Les voûtes en berceau, ont été réalisées en plâtre sur lattis. Le chœur et le sanctuaire ont été carrelés en dalles noires de 35x35cm. Le sol de la nef est en briques. Les soubassements ont été peints en faux marbre et surmontés d'une corniche en plâtre sur tout le pourtour de l'édifice. Une sacristie est accolée au côté nord du chœur[6].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Albin de la Simone, chanteur, compositeur.
  • Colonel Basserie, originaire de Montigny : s'est distingué au cours des combats de la guerre 1870-1871.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • François Ansart Histoire des églises de la vallée de l'Hallue Bibliothèque municipale d'Amiens Louis Aragon, cote 18568 Pic 6318.

Liens internes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Notice communale de 1899 par M. Vaquet. Archives départementales de la Somme : 4° 100
  2. Notice communale de1899, op. cit.
  3. « Liste des maires de la Somme », sur http://www.somme.pref.gouv.fr,‎ 27 janvier 2009 (consulté le 21 février 2009)
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011
  6. Archives départementales de la Somme. Série 99 O