Montigny-lès-Vaucouleurs

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Montigny.
Montigny-lès-Vaucouleurs
vue générale en hiver
vue générale en hiver
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Lorraine
Département Meuse
Arrondissement Commercy
Canton Vaucouleurs
Intercommunalité Communauté de communes du Val des Couleurs
Maire
Mandat
Sylvie Najotte
2014-2020
Code postal 55140
Code commune 55350
Démographie
Population
municipale
76 hab. (2011)
Densité 6,4 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 35′ 18″ N 5° 37′ 57″ E / 48.5883333333, 5.632548° 35′ 18″ Nord 5° 37′ 57″ Est / 48.5883333333, 5.6325  
Altitude Min. 280 m – Max. 381 m
Superficie 11,83 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Meuse

Voir sur la carte administrative de la Meuse
City locator 14.svg
Montigny-lès-Vaucouleurs

Géolocalisation sur la carte : Meuse

Voir sur la carte topographique de la Meuse
City locator 14.svg
Montigny-lès-Vaucouleurs

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Montigny-lès-Vaucouleurs

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Montigny-lès-Vaucouleurs

Montigny-lès-Vaucouleurs est une commune française située dans le département de la Meuse en région Lorraine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Montigny-lès-vaucouleurs est un village situé dans le sud de la Meuse, sur le ru Nicole, cours d'eau appelé également ruisseau de Montigny.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Au XVIIIe siècle, le village était connu pour ses faïenceries. Ainsi en 1738, il existait deux fabriques, celle de Mansuy Pierrot et celle de François Cartier[1].Au cours du XXe siècle, la rue Jeanne d'Arc qui bordait ces établissements a été renommée rue des Faïenceries. Une maison a conservé les traces de ces ateliers sur le mur externe.

Au XXe siècle, un bar réputé était établi à Montigny : Chez Bébert. Celui-ci a fermé en 1997 avec le décès de son cafetier, Albert Potier.

En 1910, un bureau de bienfaisance a été créé[2].

En 1929, le village connaît pour la première fois le réseau électrique par une extension du réseau de la société électrique du Toulois[3].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
avant 1893 après 1902 Victor Millot (né 1844)   cultivateur
avant 1921 1923 Victor Millot (né 1844)   cultivateur
1923 1936 Ferdinand Guillaume (né 1870)   cultivateur
1936 après 1945 Emile Arnould (né 1892)   cultivateur, mobilisé en 1939
         
    Jean Vidoni    
2001 2014 Gérard Blanchet   restaurateur
2014 en cours Sylvie Najotte    

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 76 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
380 409 388 355 332 360 367 411 430
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
352 383 327 317 313 275 258 254 225
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
204 188 168 147 144 132 105 136 132
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
121 106 96 94 85 76 76 78 75
2011 - - - - - - - -
76 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique


Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • église paroissiale Saint-André[6]
  • mairie-école (1828) due à l'architecte Joseph-Théodore Oudet[7]
  • égayoir (1826) par l'entrepreneur Maurice Roussel, sur les plans de Lerouge, architecte à Commercy

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

D'après la tradition, le village aurait fourni un cheval à Jeanne d'Arc pour accomplir sa mission.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Les Merveillesd e la céramique, A. Jacquemart, Paris 1866, page 88
  2. Revue des établissements de bienfaisance, année 1911, page 14
  3. Journal officiel de la République Française, 22 décembre 1928, p 1312
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011
  6. « Notice no IA00121114 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  7. « Notice no IA00121079 », base Mérimée, ministère français de la Culture