Montigny-lès-Arsures

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Montigny et Arsure.
Montigny-lès-Arsures
L'église du village.
L'église du village.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Franche-Comté
Département Jura
Arrondissement Lons-le-Saunier
Canton Arbois
Intercommunalité Communauté de communes Arbois, Vignes et Villages - Pays de Louis Pasteur
Maire
Mandat
Philippe Riou
2014-2020
Code postal 39600
Code commune 39355
Démographie
Population
municipale
271 hab. (2011)
Densité 25 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 55′ 39″ N 5° 47′ 10″ E / 46.9275, 5.7861 ()46° 55′ 39″ Nord 5° 47′ 10″ Est / 46.9275, 5.7861 ()  
Altitude Min. 254 m – Max. 580 m
Superficie 10,63 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Jura

Voir sur la carte administrative du Jura
City locator 14.svg
Montigny-lès-Arsures

Géolocalisation sur la carte : Jura

Voir sur la carte topographique du Jura
City locator 14.svg
Montigny-lès-Arsures

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Montigny-lès-Arsures

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Montigny-lès-Arsures
Liens
Site web Site officiel

Montigny-lès-Arsures est une commune française située dans le département du Jura en région Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Montigny se trouve en plein cœur de vignoble jurassien, dans le nord est du Jura.

Arbois est à 3 km, Besançon à 45 km, Dole à 30 km, Lausanne à 100 km.

La ligne Dijon-Ville - Vallorbe (frontière) (parcourue par les TGV Lyria Paris - Lausanne) passe à l'est de la commune, ainsi que la RN 83 Lyon - Strasbourg.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Villeneuve-d'Aval Rose des vents
Saint-Cyr-Montmalin
Villette-lès-Arbois
Arbois
N Les Arsures
Aiglepierre
Arbois
O    Montigny-lès-Arsures    E
S
Arbois

Économie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Viaduc[modifier | modifier le code]

Le viaduc de Montigny, est un des monuments symbolique du village.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
         
mars 2001 réélu en 2008[1] Philippe Riou UDF puis UDI  

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 271 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 087 1 096 984 1 060 1 054 1 047 1 052 735 759
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
621 617 640 609 551 537 539 511 507
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
543 503 450 393 372 372 327 327 360
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
349 318 304 297 292 267 271 272 271
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le village de Montigny date d'avant le VIIIe siècle. Il possède une église qui date du XIIe siècle,  Inscrit MH [4]. Montigny possède aussi deux châteaux des XIVe et XVIe siècles dont l'un  Inscrit MH[5]. On trouve aussi plusieurs abbayes (Les Capucins, La Boutière…) Le village est presque construit entièrement en pierre rousse, ce qui donne un charme à ce village.

l'expérience historique de la vigne de Rosières[modifier | modifier le code]

En 1874, Louis Pasteur, l’inventeur du vaccin contre la rage, achète une vigne à Montigny-les-Arsures qu’il agrandit en 1879 et 1892 pour une surface totale de 47 ares 50. Cette parcelle a appartenu autrefois à l'abbaye Bénédictine de Rosières.

En 1878, il organise sur cette vigne une expérience historique pour répondre à l’écrit de son ami Claude Bernard, qui remettait en cause l’origine biologique des fermentations alcooliques. Il enferme des pieds de vigne à l’intérieur de serres et entoure les grappes de coton. Il montre que le jus tiré des grappes mises ainsi à l’abri des germes de l’air, ne peut fermenter. Grâce à cette expérience remarquable, la vigne de Rosières est désormais célèbre dans l’histoire des sciences.

Le clos de Rosières est toujours en production aujourd’hui. Comme la maison de Louis Pasteur d’Arbois, il appartient à l’Académie des sciences qui a choisi en 2012 de lui redonner son caractère expérimental. Un groupe de chercheurs dirigés par Michel Caboche, spécialiste de la génomique végétale est chargé de construire un programme de recherche.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Henri IV séjourna a Montigny-lès-Arsures dans les premiers jours d'août 1595, lors du siège d'Arbois.

Louis Pasteur fit ses expériences sur la vigne à Montigny-lès-Arsures.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]