Montier-en-Der

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Montier.
Montier-en-Der
Abbatiale Saint-Pierre-et-Saint-Paul de Montier-en-Der
Abbatiale Saint-Pierre-et-Saint-Paul de Montier-en-Der
Blason de Montier-en-Der
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Champagne-Ardenne
Département Haute-Marne
Arrondissement Saint-Dizier
Canton Montier-en-Der
Maire
Mandat
Jean-Jacques Bayer
2014-2020
Code postal 52220
Code commune 52331
Démographie
Population
municipale
2 091 hab. (2011)
Densité 75 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 28′ 43″ N 4° 46′ 15″ E / 48.4786111111, 4.7708333333348° 28′ 43″ Nord 4° 46′ 15″ Est / 48.4786111111, 4.77083333333  
Altitude 130 m (min. : 120 m) (max. : 160 m)
Superficie 27,79 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Marne

Voir sur la carte administrative de Haute-Marne
City locator 14.svg
Montier-en-Der

Géolocalisation sur la carte : Haute-Marne

Voir sur la carte topographique de Haute-Marne
City locator 14.svg
Montier-en-Der

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Montier-en-Der

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Montier-en-Der

Montier-en-Der est une commune française, située dans le département de la Haute-Marne en région Champagne-Ardenne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Montier-en-Der est la ville principale du pays du Der. La commune est située au sud du lac du Der-Chantecoq.

Histoire[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Montier-en-Der

Les armes de Montier-en-Der se blasonnent ainsi :

d’azur à la fleur de lys d’or, accompagnée de trois faucilles d’argent emmanchées aussi d’or.

Faits historiques[modifier | modifier le code]

En 672, saint Berchaire fonde le monastère bénédictin de Montier-en-Der, en latin Monasterium Dervense. Parmi les reliques et objets précieux dont il dote l'église de son monastère figure le diptyque des Nicomaque et des Symmaque, qui y restera jusqu'à la Révolution française.

Dans la nuit du 14 au 15 juin 1940, la résistance d'un détachement français à l'armée allemande entraîne la destruction de l'église et d'une partie importante des habitations. L'église est reconstruite après la guerre ; le clocher, inauguré le 3 juillet 1982, est le dernier élément reconstitué. Les habitations du centre du village ont été rebâties dans les années 1950. Montier-en-Der est titulaire de la croix de guerre.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 en cours Jean-Jacques Bayer UDF puis UMP Conseiller général, Conseiller régional
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 2 091 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 800 1 478 1 480 1 471 1 466 1 498 1 496 1 558 1 650
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 492 1 515 1 487 1 374 1 443 1 404 1 474 1 446 1 559
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 597 1 564 1 607 1 605 1 645 1 661 1 563 1 365 1 605
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
1 808 2 136 2 144 2 162 2 023 2 019 2 091 2 091 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Club de handball entente Montier-en-der Pont-varin

Médias[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Haras de Montier-en-Der[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Haras de Montier-en-Der.
Chevet de l'Abbatiale Saint-Pierre-et-Saint-Paul de Montier-en-Der

L'abbatiale Saint-Pierre-et-Saint-Paul[modifier | modifier le code]

  • L'église[4] est le seul bâtiment subsistant de l'abbaye fondée en 673 par saint Berchaire sur des terres données par Childéric II. L'abbaye a vu sont rayonnement spirituel et matériel atteindre son plus grand développement pendant l'abbatiat d'Adson (960-992). C'est pendant cet abbatiat que la construction de la nef actuelle a commencé. L'église a été consacrée en 998.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Constance Brittain Bouchard, The Cartulary of Montier-en-Der, 666-1129, Toronto, University of Toronto Press, 2004. (ISBN 0-8020-8807-4)
  • Les moines du Der : 673-1790, actes du colloque international d'histoire, Joinville et Montier-en-Der, 1er-3 octobre 1998[5], publiés par Patrick Corbet avec le concours de Jackie Lusse et Georges Viard, Langres, D. Guéniot, 2000, 728 p. ill. (ISBN 2-87825-202-0)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  3. Les haras nationaux, « Haras national de Montier » (consulté le 3 août 2009)
  4. Sous la direction de Jean-Marie Pérouse de Montclos, Le guide du patrimoine Champagne Ardenne, p. 229-232, Hachette, Paris, 1995. (ISBN 2-01-0209877)
  5. Le colloque s'est tenu à l'occasion du millénaire de la dédicace de l'église abbatiale par Gibuin, évêque de Châlons, le 24 novembre 998.