Montgirod

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Montgirod
Vue générale de Montgirod
Vue générale de Montgirod
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Département Savoie
Arrondissement Albertville
Canton Aime
Intercommunalité Communauté de communes du canton d'Aime
Maire
Mandat
Laurent Hureau
2014-2020
Code postal 73210
Code commune 73169
Démographie
Gentilé Montgirotains / Montgirotaines
Population
municipale
450 hab. (2011)
Densité 33 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 32′ 00″ N 6° 35′ 00″ E / 45.5333, 6.5833345° 32′ 00″ Nord 6° 35′ 00″ Est / 45.5333, 6.58333  
Altitude Min. 556 m – Max. 2 255 m
Superficie 13,62 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Savoie

Voir sur la carte administrative de Savoie
City locator 14.svg
Montgirod

Géolocalisation sur la carte : Savoie

Voir sur la carte topographique de Savoie
City locator 14.svg
Montgirod

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Montgirod

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Montgirod

Montgirod est une commune française située dans le département de la Savoie, en région Rhône-Alpes.

Ses habitants sont les Montgirotaines et les Montgirotains.

Géographie[modifier | modifier le code]

Montgirod est un village de Savoie, situé dans la vallée de la Tarentaise, à 6 km au nord-est de Moûtiers, le long de la rivière Isère. Le village lui-même est perché sur la base rocheuse du Siaix, en bas, dans la vallée, se situe Centron.

Le plus haut sommet de la commune est le Quermoz (2296 m).

Histoire[modifier | modifier le code]

Montgirod fut brûlé par l'armée allemande lors de la Seconde Guerre mondiale.

Montgirod est cité en 1158 dans le chapitre de Tarentaise (ecclesia parrochia montisgiroldi). En 1371, un différend opposa les communiers de Montgirod à ceux de Villette, paroisse voisine, pour la récolte de bois, situé aux confins du Bois de Combes, aux confins de la paroisse de Montgirod et de Villette. Ce conflit entrainant des morts dans les deux camps, l'affaire du Bois des Combes sera suivie en justice.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1944 1948 Emile Bal SE ...
1948 mars 1953 Louis Richel SE ...
mars 1953 mars 1965 Fernand Bal SE ...
mars 1965 mars 1977 Robert Paviet-Roche SE ...
mars 1977 mars 1983 Robert Paviet SE ...
mars 1983 mars 2001 Fernand Bal SE ...
mars 2001 mars 2008 Bernard Berard SE ...
mars 2008 mars 2014 Rose Paviet SE ...
mars 2014 en cours Laurent Hureau SE ...
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 450 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1822 1838 1848 1858 1861 1866
228 603 710 793 798 726 681 611 589
1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911
617 565 519 525 521 515 504 511 607
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
464 466 421 429 432 493 513 503 431
1982 1990 1999 2006 2007 2011 - - -
416 397 379 426 433 450 - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique


Transports[modifier | modifier le code]

Transport routier[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par la RN90. La RN90 a été déviée en rive gauche de l'Isère pour éviter la traversée de Centron. Deux ponts ont été construits pour franchir l'Isère à l'aval et l'amont de Centron. Pour éviter la route de l'Étroit du Siaix, le tunnel du Siaix a été construit pour franchir la barre du Siaix.

Transport ferroviaire[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par la ligne de Saint-Pierre-d'Albigny à Bourg-Saint-Maurice.

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments et objets du patrimoine[modifier | modifier le code]

  • Chapelle du Villaret contenant :
  • Église de Montgirod contenant :
    • une cloche dite de Marie Sauveterre (classé) datant de 1553.
    • un groupe sculpté en bois polychrome (classé) représentant la mise au tombeau du Christ et comportant 6 personnages datant du XVIIIe siècle
  • Forêt de Montgerand

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Diaporama[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :