Montgaillard (Hautes-Pyrénées)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Montgaillard.
Montgaillard
La mairie.
La mairie.
Blason de Montgaillard
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Midi-Pyrénées
Département Hautes-Pyrénées
Arrondissement Arrondissement de Bagnères-de-Bigorre
Canton Canton de Bagnères-de-Bigorre
Intercommunalité Communauté de communes Haute-Bigorre
Maire
Mandat
Patrick Bornuat
2014-2020
Code postal 65200
Code commune 65320
Démographie
Population
municipale
791 hab. (2011)
Densité 82 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 07′ 32″ N 0° 06′ 32″ E / 43.1256, 0.1089 ()43° 07′ 32″ Nord 0° 06′ 32″ Est / 43.1256, 0.1089 ()  
Altitude Min. 419 m – Max. 602 m
Superficie 9,64 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Hautes-Pyrénées

Voir sur la carte administrative des Hautes-Pyrénées
City locator 14.svg
Montgaillard

Géolocalisation sur la carte : Hautes-Pyrénées

Voir sur la carte topographique des Hautes-Pyrénées
City locator 14.svg
Montgaillard

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Montgaillard

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Montgaillard

Montgaillard est une commune française, située dans le département des Hautes-Pyrénées en région Midi-Pyrénées.

Géographie[modifier | modifier le code]

Montgaillard est une commune située dans les Pyrénées.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Les terres de la commune sont arrosées par l'Arrêt-Darré, affluent de l'Arros et par la Gailleste, affluent gauche de l'Adour, qui conflue sur la commune.

Histoire[modifier | modifier le code]

Montgaillard tire son nom du monticule situé à l'ouest de la commune. Celui-ci porte une castrénation, l'opidum d'« eras Puyolas » édifié par les Romains.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
D'azur au chevron d'argent, accompagné aux trois besants d'or[1].
Commentaires : Ce blason est officiel (vérifié auprès de la mairie).

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2008 2014 Jean-Paul Barthe    
mars 2001 2008 Louis Baget    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 791 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
871 879 964 1 044 1 086 1 108 1 089 1 149 1 171
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 166 1 112 1 112 1 061 1 054 963 924 905 834
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
805 821 780 677 734 684 677 643 615
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
614 629 628 695 737 724 723 791 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Village[modifier | modifier le code]

Place de la Mairie

À l'image de nombreuses demeures dans le village, la mairie, ses encadrements en pierre grises et ses cheminées monumentales correspondent à l'architecture typique de la région. Un monument aux morts et une fontaine agrémentent la place attenante.

De nombreux lavoirs et croix monumentales jalonnent les rues du villages.

L'école se situe en contrebas d'une éminence sur laquelle a été construite l'Église Saint-Hilaire. Elle y surplombe le village depuis 1848.

Berges de l'Adour et pont du Diable[modifier | modifier le code]

Pont du Diable

L'un des l'avoirs se situe sur les accueillantes berges de l'Adour. On y appréciera la vue sur le pont du Diable.

Biscuiterie et usine hydroélectrique[modifier | modifier le code]

Salon de thé Védère

La biscuiterie Védère fait revivre l’ancienne ligne de chemin de fer qui reliait Tarbes à Bagnères-de-Bigorre en transformant, dans sa boutique, une voiture SNCF DEV en salon de thé. Une locomotive BB4240 construite en 1934 à Tarbes y est également visible.

Une usine hydroélectrique et sa haute cheminée en briques rouges longent la D935 en direction de Tarbes.

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Le festival de musique des Truca Taoules se déroule à Montgaillard tous les étés, en plein air, depuis 1998[4],[5].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]


Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Article dans Paleorevue "Le silex du Flysch de Montgaillard et son exploitation sur les ateliers du Paléolithique supérieur à Hibarette (Hautes-Pyrénées)" http://paleo.revues.org/951