Montfort (Israël)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Montfort.
Montfort
Montfort
Montfort
Localisation
Pays Drapeau d’Israël Israël
District District nord
Coordonnées 33° 02′ 41″ N 35° 13′ 33″ E / 33.044752, 35.225859 ()33° 02′ 41″ Nord 35° 13′ 33″ Est / 33.044752, 35.225859 ()  
Altitude environ 320 m

Géolocalisation sur la carte : Israël

(Voir situation sur carte : Israël)
Montfort
Montfort

Montfort, Franc-Chastiau, Starkenberg, Monfor[1], Qala`at al-Qarn[2] ou Qala`at al-Qurayn[3] est une forteresse datant des croisades au nord d'Israël. Elle faisait partie du Royaume de Jérusalem et a été le quartier général des chevaliers Teutoniques.

Histoire[modifier | modifier le code]

Montfort est situé sur un éperon rocheux appelé al-Qurayn[4] « la Corne » dans une vallée arrosée par le Wadi Qurayn « rivière de la corne » en arabe et Nahal Keziv[5] en hébreu.

Le château a été construit par le comte Joscelin de Courtenay dans seigneurie de Josselin. C'était sans doute une ferme fortifiée car sa position à l'écart dans une gorge ne lui donne pas la possibilité de contrôler une voie de circulation et les restes d'installations agricoles ont été retrouvés lors de fouille en 1926.

En 1187, après la bataille de Hattin, Saladin prend le château et le fait détruire. Cinq ans plus tard le château est repris par les croisés. Jocelin meurt en 1200. Son gendre Othon de Hennebourg vend le château aux Chevaliers Teutoniques en 1220. Montfort devient le siège des grand'maîtres de l'Ordre Teutonique en 1229.

En 1266, le mamelouk Baybars ne parvient pas à prendre la forteresse. Il revient en 1271. Cette fois après un siège d'une semaine il fait entrer des troupes par un tunnel creusé dans la roche. Baybars laisse les chevaliers Teutoniques se réfugier à Saint-Jean-d’Acre.

Le site[modifier | modifier le code]

En 1926 une mission archéologique américaine a fait des fouilles dans le château. On a trouvé une armure de chevaliers ainsi que des casques, cuirasses et armes. Au pied du château il y a une autre construction datant des croisades sans doute une ferme. Les restes d’une digue et d'un bief menant à un moulin ont aussi été retrouvés.

La partie la mieux conservée des ruines du château sont un mur extérieur de trois mètres d’épaisseur percé de meurtrières, trois citernes creusées dans le rocher et alimentées par les eaux de pluies venant des toitures du château, une tour d’observation, un escalier, une rangée de colonnes gothiques qui soutenaient la toiture de la grande salle et un pressoir à vin assez bien préservé.

Il y a quelques restes d’une église. Sur le côté est du château, là où la falaise rejoint la montagne voisine il y a un fossé creusé dans le rocher, de 20 mètres de large et 10 mètres de profondeur. Plus à l’est, il y a un deuxième fossé formé par une dépression que l’on a recreusée

Les archéologues ont trouvé sur place des monnaies et des poteries datant de l’époque romaine. Certains émettent l’hypothèse que les croisés se sont servis des ruines d’une forteresse romaine sur le site même ou située aux environs.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. hébreu : monfor, מונפור
  2. arabe : qalaʿa al-qarn, قلعة القرن
  3. arabe : qalaʿa al-qurayn, قلعة القرين
  4. arabe : al-qurayn, القرين, la corne
  5. hébreu : kziv, כזיב

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]