Monteiro Lobato

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Monteiro Lobato en 1920.

José Bento Renato Monteiro Lobato, né à Taubaté le 18 avril 1882 et mort à São Paulo le 4 juillet 1948, est l'un des écrivains brésiliens du XXe siècle les plus influents.

Grand classique de la littérature brésilienne pour la jeunesse, il n'y a pas d'auteur ou de bon lecteur brésilien qui ne lui rende pas hommage. Pourtant, sa place dans la culture brésilienne dépasse son rôle, déjà éminent, de pionnier doublé d'un innovateur de la littérature pour la jeunesse. Fonctionnaire, planteur, diplomate, journaliste, homme d'affaires... il est surtout l'un des fondateurs de l'industrie éditoriale brésilienne.

Ses premiers succès littéraires (1918-19) sont des livres pour adultes où il exprime, à travers des nouvelles ou des essais, une vision lucide et réformatrice du Brésil. Ceci fit de lui l'un des hommes les plus populaires de son temps, mais lui coûta l'inimitié du dictateur Getúlio Vargas, la prison et l'exil. Il est à peine de retour au pays, après la chute de l'autocrate, lorsque la mort le surprend.

Son premier livre pour enfants, A menina du narizinho arrebitado (1920) renoue avec le succès, au point de devenir de l'année suivante texte de lecture pour l'école avec un tirage, colossale pour l'époque et même impressionnant aujourd'hui, de 60 000 exemplaires. Suivirent 23 titres dont des fictions de son cru, des réécritures et des ouvrages destinés à « instruire en divertissant ». Partout on retrouve ses innovations linguistiques, sa façon de fusionner réel et imaginaire, folklore brésilien, traditions universelles et nouveau média (cinéma, radio), humour et critique de l'homme et de la société.

Quelques œuvres[modifier | modifier le code]

Tous ces livres sont actuellement édités par Globo (São Paulo).

  • Reinações de Narizinho (São Paulo: Companhia Editora Nacional, 1931) : Ouvrage le plus connu de Monteiro Lobato, il résulte de la réfection de ses premiers livres pour enfants. Il donne consistance au Sítio do Picapau Amarelo, la petite ferme isolée où se retrouvent les héros de la saga : Narizinho, fillette curieuse et résolue ; Emília, poupée iconoclaste (porte-voix de l'auteur) ; Visconde de Sabugosa, savant encyclopédique et poussiéreux ; Dona Benta, grand-mère idéale, savante et conciliante ; Pedrinho, le hardi compagnon d’aventures, et bien d'autres.
  • Memórias da Emília (São Paulo: Companhia Editora Nacional, 1936) : Emília écrit ses mémoires avec l'aide du Visconde de Sabugosa. Raconté à deux voix contradictoires, le texte est très drôle et riche en éléments métalinguistiques et intertextuels.
  • A chave du tamanho (São Paulo: Companhia Editora Nacional, 1942) : Emília part à la Fin du Monde pour actionner la clé qui met fin aux guerres, mais toujours étourdie, elle touche celle qui réduit (en 40 fois !) la taille des Humains. C’est l’un des derniers livres de Monteiro Lobato. Ecrit pendant la Seconde Guerre Mondiale, il reflète l’amertume croissante de l’auteur envers les Hommes et son pacifisme, rendant son discours souvent pamphlétaire.