Montcabrier (Lot)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Montcabrier.
Montcabrier
Mairie
Mairie
Blason de Montcabrier
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Midi-Pyrénées
Département Lot
Arrondissement Cahors
Canton Puy-l'Évêque
Intercommunalité Communauté de communes de la Vallée du Lot et du Vignoble
Maire
Mandat
Didier Doriac
2014-2020
Code postal 46700
Code commune 46199
Démographie
Population
municipale
342 hab. (2011)
Densité 16 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 32′ 33″ N 1° 04′ 30″ E / 44.5425, 1.07544° 32′ 33″ Nord 1° 04′ 30″ Est / 44.5425, 1.075  
Altitude 191 m (min. : 103 m) (max. : 271 m)
Superficie 21,75 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Lot

Voir sur la carte administrative du Lot
City locator 14.svg
Montcabrier

Géolocalisation sur la carte : Lot

Voir sur la carte topographique du Lot
City locator 14.svg
Montcabrier

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Montcabrier

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Montcabrier

Montcabrier est une commune française située dans le département du Lot, en région Midi-Pyrénées.

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune située dans le Quercy en Bouriane sur la Thèze et sur l'ancienne route nationale 673, entre Fumel et Gourdon.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Montcabrier est limitrophe de six autres communes dont une en Dordogne et une autre en Lot-et-Garonne.

Communes limitrophes de Montcabrier
Sauveterre-la-Lémance
(Lot-et-Garonne)
Loubejac
(Dordogne)
Saint-Martin-le-Redon Montcabrier Cassagnes
Duravel Puy-l'Évêque

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
         
mars 2001 mars 2008 Pierre Oulières    
mars 2008 (réélu en mars 2014) en cours Didier Doriac    

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 342 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].
           Évolution de la population  [modifier]
1793 1841 1846 1851 1856 1861 1866 1872 1876
560 1 142 1 063 1 122 1 072 1 036 991 953 914
1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911 1921 1926
845 844 849 855 786 663 626 524 530
1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982 1990
513 485 449 511 403 426 380 352 403
1999 2005 2006 2010 2011 - - - -
385 391 397 351 342 - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La bastide est bien implantée, avec ses rues parallèles qui s'organisent autour d'une place carrée bordée de façades médiévales avec arcades et cornières en encorbellement.

À noter :

  • des escaliers dans les entremis séparant les habitations.
  • L'église Saint-Louis du XIIIe siècle a été reconstruite en partie au XIVe siècle. Elle domine la place de toute la hauteur de son clocher-mur à six arcatures et son portail rayonnant intégrant une rosace ; curieuse porte latérale ornée d'un arc ployé en contrecourbe ; l'édifice est inscrit au titre des monuments historiques, d'abord partiellement en 1925, puis intégralement en 2003[3].
  • Le presbytère surmonté de sa mite[Quoi ?] de cheminée ajourée.
  • La maison dite de la cour de justice avec son échauguette du XVIe siècle.
  • L'ancienne maison de la jugerie avec sa fenêtre Renaissance date du XVIe siècle. Sa façade est inscrite au titre des monuments historiques en 1925[4].
  • Vestiges de l'enceinte, remparts, porte fortifiée, tour d'angle.
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Montcabrier Blason De gueules au bouc bondissant par dessus un chêne posé au sommet d'une montagne, le tout d'argent, au chef cousu d'azur chargé de trois fleurs de lis d'or.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]