Montauban-de-Picardie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Montauban (homonymie).
Montauban-de-Picardie
Mairie.
Mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Picardie
Département Somme
Arrondissement Péronne
Canton Combles
Intercommunalité Communauté de communes du canton de Combles
Maire
Mandat
Gilbert Froment
2014-2020
Code postal 80300
Code commune 80560
Démographie
Population
municipale
227 hab. (2011)
Densité 30 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 00′ 26″ N 2° 46′ 48″ E / 50.0072, 2.7850° 00′ 26″ Nord 2° 46′ 48″ Est / 50.0072, 2.78  
Altitude Min. 89 m – Max. 143 m
Superficie 7,67 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Montauban-de-Picardie

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Montauban-de-Picardie

Montauban-de-Picardie est une commune française, située dans le département de la Somme en région Picardie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Géographie physique[modifier | modifier le code]

Nature du sol et du sous-sol[modifier | modifier le code]

Le sous-sol de la commune est aux deux-tiers argileux et pour un tiers calcéréo-siliceux[1]. Le sol est composé du limon des plateaux.

Relief, paysage, végétation[modifier | modifier le code]

Le relief du territoire communal est celui d'un plateau. Le terrain est légèrement accidenté au nord où on trouve quelques vallons secs[1].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Il n'y a pas de cours d'eau qui traverse la commune. La nappe phréatique se situe à 80 mètres environ au-dessous du sol[1].

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat est tempéré océanique avec des vents d'ouest de nord-ouest et de sud surtout.

Géographie humaine[modifier | modifier le code]

Urbanisme et aménagement du territoire[modifier | modifier le code]

La commune offre un habitat groupé. Il n'y a pas de hameau ni d'écart.

Transport et communication[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par une route départementale secondaire qui relie Albert à Combles.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Montauban-de-Picardie
Bazentin Longueval
Mametz Montauban-de-Picardie Guillemont
Carnoy Maricourt Hardecourt-aux-Bois

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 227 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
670 607 678 676 717 765 719 725 765
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
758 751 674 630 634 632 536 512 511
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
515 486 456 130 200 226 234 229 226
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
224 215 183 176 186 197 212 214 227
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de Montauban viendrait de Mons Albanis, forme rencontrée au XIIIe siècle, qui signifierait, le domaine d'Aubin[1]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 en cours
(au 6 mai 2014)
Gilbert Froment   Réélu pour le mandat 2014-2020[4], [5]

Histoire[modifier | modifier le code]

Moyen Age[modifier | modifier le code]

Au Moyen Age, le village de Montauban était situé plus au sud et avait pour nom Vadencourt. On en trouvait des vestiges jusqu'en 1914, au lieu-dit le Buisson Saint-Gilles. Ce village fut détruit à la guerre de Cent Ans.

On ne trouve pas trace de l'existence de Montauban avant le XIVe siècle[1].

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

La commune a été le théâtre de très durs combats au cours de la Première Guerre mondiale, pendant la Bataille de la Somme.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Croix à la mémoire du capitaine Henri Thiérion de Monclin et des soldats tombés avec lui le 28 septembre 1914 (route de Mametz).
  • Bernafay Wood british Cemetery : ce cimetière contient 945 tombes (814 Britanniques, 124 Australiens, 2 Néo-Zélandais, 4 Sud-Africains et 1 Indien). Il a été édifiée en août 1916 et après l'armistice, il a accueilli d'autres tombes venues des champs de bataille.
  • Quarry Cemetery, situé au nord du village, cette nécropole contient 756 sépultures (672 Britanniques, 25 Australiens, 38 Néo-Zélandais, 5 Sud-Africains et 16 Allemands).
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Abbé Paul Decagny, Histoire de l'arrondissement de Péronne et de plusieurs localités circonvoisines, 1869

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e Notice géographique et historique sur la commune de Montauban, rédigée par Alfred Payen, instituteur, 1899, Archives départementales de la Somme
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011
  4. « Liste des maires de la Somme », sur http://www.somme.pref.gouv.fr,‎ 27 janvier 2009 (consulté le 21 février 2009)
  5. « Liste des maires de la Somme » [xls], Liste des élus du département de la Somme, Préfecture de la Somme,‎ 6 mai 2014 (consulté le 9 juin 2014)
  6. http://clochers.org/Fichiers_HTML/Accueil/Accueil_clochers/80/accueil_80560.htm