Montagne Saint-Pierre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Montagne Saint-Pierre
Le canal Albert au passage de la montagne Saint-Pierre : la tranchée de Caster et les écluses de Lanaye à droite.
Le canal Albert au passage de la montagne Saint-Pierre : la tranchée de Caster et les écluses de Lanaye à droite.
Géographie
Altitude 120 m
Coordonnées 50° 48′ 52″ N 5° 41′ 06″ E / 50.81444, 5.68550° 48′ 52″ Nord 5° 41′ 06″ Est / 50.81444, 5.685  
Administration
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas
Régions

Province
Flandre
Wallonie
Limbourg
Provinces Limbourg
Liège

Géolocalisation sur la carte : Pays-Bas

(Voir situation sur carte : Pays-Bas)
Montagne Saint-Pierre

Géolocalisation sur la carte : Belgique

(Voir situation sur carte : Belgique)
Montagne Saint-Pierre
Découverte dans les grottes de Maastricht du crâne de Mosasaure, premier dinosaure identifié

La montagne Saint-Pierre (en néerlandais : Sint-Pietersberg) est une colline s'étendant du nord au sud entre les vallées du Geer et de la Meuse, de Maastricht (Pays-Bas) jusqu'aux environs de Liège (Belgique).

Elle est régulièrement franchie lors de la course cycliste de l'Amstel Gold Race[1].

Principales caractéristiques[modifier | modifier le code]

Sa composition calcaire, sa richesse en rognons de silex et sa position géographique en font un lieu remarquable à divers titres :

Géologie[modifier | modifier le code]

La montagne Saint-Pierre a été façonnée par les deux cours d'eau de la Meuse et du Geer, qui ont découpé le plateau calcaire, connu à l'est sous le nom de plateau de Herve, et à l'ouest sous le nom de Hesbaye. Se succèdent ainsi les couches géologiques suivantes :

Les dépôts de craie renferment de très nombreux fossiles. Oursins, coques, bélemnites sont les plus fréquents. L'exploitation industrielle en carrière est l'occasion de trouver parfois de plus grands spécimens.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La montagne est limitée à l'est par la Meuse et à l'ouest par le Geer. Le canal Albert coupe la montagne en deux sur 1 300 mètres et 65 mètres de hauteur, au niveau de la tranchée de Caster creusée à cet effet dès 1929.

Les écluses de Lanaye, situées au pied de la montagne, permettent le passage du bassin de la Meuse vers le canal Juliana et le Rhin.

À l'est, la rectification du cours de la Meuse, frontière d'état en ces lieux, a laissé de part et d'autre des bras morts du fleuve, devenus frayères ou ports de plaisance. Sur la rive gauche, la Vieille Meuse est la plus connue. Elle fait partie du territoire néerlandais (ancienne rive droite de l'ancien tracé du fleuve, et rive gauche du nouveau), mais est propriété de la ville de Visé. Elle est le lieu des Pays-Bas présentant la plus grande richesse écologique.

Écologie[modifier | modifier le code]

Orchidée Ophrys apifera.

D'un point de vue botanique, le site de la montagne Saint-Pierre est exceptionnel. On y retrouve des pelouses calcaires peuplées d’espèces pour lesquels le site est la limite d’extension vers le nord et notamment plusieurs espèces d’orchidées[2].

Quelques-unes des orchidées présentes à la montagne Saint-Pierre :

Cette situation est due à une combinaison de facteurs (sol calcaire, exposition sud-ouest, présence d’un fleuve, sol dégagé, etc.) qui favorisent un microclimat relativement chaud.

Une menace pèse cependant sur les pelouses calcaires : l’évolution naturelle du site vers un repeuplement forestier. Cette évolution a été empêchée durant des siècles par le pâturage de moutons, accompagné de brûlis réguliers. Aujourd’hui, un entretien régulier et adapté remplace l’exploitation agricole : le pâturage par les moutons en fait partie mais pas le brûlis, néfaste pour la biodiversité.

En juin 2012, des vautours fauves ont été aperçus sur les falaises du site, ce qui constitue également l'une des observations modernes les plus septentrionales de cette espèce[4].

Industrie[modifier | modifier le code]

La présence humaine à la montagne Saint-Pierre est signalée dès le Paléolithique inférieur.

L'intérêt du contenu de son sol se révèle très vite : à l'instar de Spiennes ou Spy, le lieu est connu pour l'exploitation des silex que l'on y trouve en abondance.

Dès l'Antiquité celte, on creusera des galeries dans le sol pour en extraire l'autre richesse géologique : la marne que l'on nomme aussi tuffeau ou pierre de France. Jusqu'au milieu du XXe siècle, on se servira de cette pierre pour construire de nombreux bâtiments dans la région. Les dernières exploitations en activité de bloc de marne sont destinées à la restauration des bâtiments anciens.

L'exploitation de la marne ne se termine pas puisqu'on l'exploite depuis les années 1920, dans de gigantesques carrières à ciel ouvert en vue de la production de Chaux (ciment). Aux Pays-Bas, cette production est assurée par la Eerste Nederlandse Cement Industrie (ENCI), et en Belgique par la CBR et Obourg. Imérys est également présent.

Géré par Intradel, la carrière désaffectée de Halembaye (Haccourt) sert de lieu d'enfouissement de déchets ménagers ultimes et des cendres provenant de l'usine d'incinération de déchets de Herstal.

Depuis quelques années l'intérêt biologique du site a été révélé et la tendance est de limiter le développement de l'industrie lourde et de rendre le site à la nature et aux promeneurs. Aux Pays-Bas, l'association « Natuurmonumenten » a racheté en 1992 pour un florin symbolique tous les terrains d'intérêt écologique détenus par la province. L'association maintenant chargée de la gestion des sites, tente d'impliquer les différents partenaires privés présents sur le site. Les sites de Belgique sont notamment propriété des Réserves Naturelles et Ornithologiques de Belgique et des forces armées belges.

Localités incluant le territoire de la montagne Saint-Pierre[modifier | modifier le code]

Drapeau de la Belgique Belgique

Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (nl) Amstel Gold Race, maastrichtweb.nl
  2. a et b « Nature sans frontieres », Montagne Saint-Pierre, Regionaal Landschap Haspengouw vzw (consulté le 4 November 2010)
  3. (en) Simon Dunstan, Fort Eben Emael: The Key to Hitler's Victory in the West, Oxford, Osprey,‎ 2005, 1e éd., poche (ISBN 978-1-84176-821-2), p. 12
  4. Des vautours de 2 mètres aperçus en région liégeoise (+ vidéo), La Meuse, 3 juillet 2012

Liens externes[modifier | modifier le code]