Mont Valier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Mont Valier
Vue depuis le port d'Aula en septembre
Vue depuis le port d'Aula en septembre
Géographie
Altitude 2 838 m[1]
Massif Pyrénées
Coordonnées 42° 47′ 52″ N 1° 05′ 08″ E / 42.79778, 1.0855642° 47′ 52″ Nord 1° 05′ 08″ Est / 42.79778, 1.08556  
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Midi-Pyrénées
Département Ariège
Ascension
Voie la plus facile par la vallée du Ribérot et le refuge des Estagnous

Géolocalisation sur la carte : Ariège

(Voir situation sur carte : Ariège)
Mont Valier

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées

(Voir situation sur carte : Pyrénées)
Mont Valier

Le mont Valier est un sommet de 2 838 m situé dans les Pyrénées ariégeoises, en Couserans, dominant toute la vallée d’Angouls et son torrent, à faible distance de la frontière espagnole.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom vient de Valerius (Saint Valier, vers 452), mythique premier évêque du Couserans[2] qui l'aurait escaladé. Bernard de Marmiesse, autre évêque du Couserans, y fera ériger une croix de marbre dans les années 1670[3].

Géographie[modifier | modifier le code]

Topographie[modifier | modifier le code]

Vue du mont Valier, du refuge des Estagnous et de l'étang Long (depuis le port de Barlonguère)

Le mont Valier appartient à la chaîne axiale pyrénéenne. Visible de loin, on l'aperçoit nettement depuis les plaines de la Garonne et depuis Toulouse. Le sommet est situé dans le périmètre du parc naturel régional des Pyrénées ariégeoises[4].

Sur son flanc nord-est subsiste un petit glacier, le glacier d'Arcouzan : c'est le glacier le plus oriental de la chaîne des Pyrénées. En 2009, sa superficie était d'environ 1,5 hectares et son altitude comprise entre 2 350 et 2 500 mètres.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Tout un ensemble de vallées prennent leur source sur ses flancs :

  • sur le versant français :
    • le ruisseau d'Artigues, affluent du Salat (qui lui-même prend sa source à quelques kilomètres du mont Valier),
    • le Riberot, affluent du Lez, lui-même affluent du Salat ;
  • sur le versant espagnol (ou plus précisément catalan),

Géologie[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Pendant la Seconde Guerre mondiale, une route d’évasion allant de Saint-Girons à Esterri en Catalogne traversait le massif du mont Valier. Ce « Chemin de la Liberté » — nom donné en 1994 au sentier de grande randonnée qui suit son tracé — permit l'évasion de 782 personnes entre 1940 et 1944 et resta opérationnel, malgré la surveillance accrue des Allemands à partir de 1943 et les dénonciations de la part des collaborateurs français, et il fonctionna jusqu’à la fin de la guerre.

Création de la via ferrata des Estagnous.

Zone protégée[modifier | modifier le code]

Par arrêté ministériel du 5 juillet 2005, un vaste territoire situé sur la commune de Seix, comprenant la réserve domaniale du mont Valier — créée en 1937 (c'est une des plus anciennes des Pyrénées) — ainsi que la quasi-totalité du territoire domanial du massif de Fonta, a été classé en tant que site du réseau Natura 2000 (zone de protection spéciale du massif du mont Valier).

Voies d'accès[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Source : cartes IGN à l'échelle 1:25000 sur Géoportail
  2. A. Bourneton, « Une ascension inédite sous le premier Empire », Pyrénées, n° 183-184, 1995, pages 295-312 ; n° 185, 1996, pages 16-28 ; n° 186, 1996, pages 123-133
  3. Giles Barber, Saint-Girons - Ses rues, leur histoire à travers les âges, Aspet, PyréGraph,‎ 2004, 175 p. (ISBN 2908723646)
  4. Parc naturel régional des Pyrénées ariégeoises

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :