Mont Sarmiento

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sarmiento.
Mont Sarmiento
Le mont Sarmiento se situe au début ouest de la cordillère Darwin (en bas au centre de l'image)
Le mont Sarmiento se situe au début ouest de la cordillère Darwin (en bas au centre de l'image)
Géographie
Altitude 2 246 m
Massif Cordillera Darwin (Andes)
Coordonnées 54° 26′ 46″ S 70° 50′ 35″ O / -54.44611, -70.8430654° 26′ 46″ Sud 70° 50′ 35″ Ouest / -54.44611, -70.84306  
Administration
Pays Drapeau du Chili Chili
Région Magallanes et Antarctique chilien
Province Antarctique chilien
Ascension
Première 1956 par Carlo Mauri et Clemente Maffei

Géolocalisation sur la carte : Terre de Feu

(Voir situation sur carte : Terre de Feu)
Mont Sarmiento

Géolocalisation sur la carte : Chili

(Voir situation sur carte : Chili)
Mont Sarmiento

Le mont Sarmiento (2 246 m) est un sommet de la cordillère Darwin en Terre de Feu. Malgré son allure imposante, il ne dépasse pas le mont Darwin (2 429 mètres) et le mont Shipton (2 469 mètres). Situé en territoire chilien, sur la Grande Île de Terre de Feu, au nord du canal Beagle, il fait partie de la cordillère des Andes (Amérique du Sud).

Compris dans le parc national Alberto de Agostini, son principal accès se fait par le canal Magdalena du détroit de Magellan. Son sommet est un pic pyramidal glacé et enneigé tout le long de l'année.

La montagne a été nommée Volcán Nevado (« volcan enneigé ») par Pedro Sarmiento de Gamboa, qui pensait observer un volcan. L'explorateur britannique Philip Parker King l'a ensuite nommé Mont Sarmiento en l'honneur de son découvreur.

Littérature et culture[modifier | modifier le code]

Charles Darwin, dans Voyage d’un naturaliste autour du monde, qui décrit son expédition de cinq années autour du monde à bord du HMS Beagle commandé par Robert FitzRoy, voyage qui est à l’origine de son ouvrage L'Origine des espèces, relate sa rencontre le 9 juin 1834 avec le mont Sarmiento.

« 9 juin.— Nous assistons à un spectacle splendide : le voile de brouillards qui nous cache le Sarmiento se dissipe graduellement et découvre la montagne à notre vue. Cette montagne, une des plus hautes de la Terre de Feu, atteint une élévation de 6 800 pieds. Des bois forts sombres en recouvrent la base jusqu'à un huitième environ de la hauteur totale ; au-dessus, un champ de neige s'étend jusqu'au sommet. Ces immenses amas de neige qui ne fond jamais et qui semble destinée à durer aussi longtemps que le monde, présentent un grand, que dis-je ? un sublime spectacle. La silhouette de la montagne se détache claire et bien définie. Grâce à la quantité de lumière réfléchie sur la surface blanche et polie, on ne découvre pas trace d'ombres sur la montagne ; on ne peut donc distinguer que les lignes qui se détachent sur le ciel ; aussi la masse entière présente-t-elle un admirable relief. Plusieurs glaciers descendent en serpentant de ces champs de neige jusqu'à la côte ; on peut les comparer à d'immenses Niagaras congelés, et peut-être ces cataractes de glace bleue sont-elles tout aussi belles que les cataractes d'eau courante. »

— Charles Darwin, Le Voyage du Beagle

Dans son roman Les Enfants du capitaine Grant, paru en 1868, Jules Verne dresse une description du mont Sarmiento :

« De l'autre côté du détroit, sur la Terre de Feu, s'élevait à six mille pieds le mont Sarmiento, énorme agrégation de roches séparées par des bandes de nuages, et qui formaient dans le ciel comme un archipel aérien[1]. »

Alpinisme[modifier | modifier le code]

Iconographie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jules Vernes, Les enfants du capitaine Grant : voyage autour du monde, 1868, [lire en ligne]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]