Mont Pourri

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Mont Pourri
Mont Pourri (face Nord) depuis l'aiguille Rouge, en hiver
Mont Pourri (face Nord) depuis l'aiguille Rouge, en hiver
Géographie
Altitude 3 779 m
Massif Massif de la Vanoise
Coordonnées 45° 31′ 42″ N 6° 51′ 36″ E / 45.52833, 6.86 ()45° 31′ 42″ Nord 6° 51′ 36″ Est / 45.52833, 6.86 ()  
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Département Savoie
Ascension
Première 4 octobre 1861 par Michel Croz
Voie la plus facile depuis le refuge du Mont Pourri et par le glacier du Geay ou le col des Roches

Géolocalisation sur la carte : Savoie

(Voir situation sur carte : Savoie)
Mont Pourri

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Mont Pourri

Le mont Pourri (3 779 m) est un sommet situé dans la Vanoise, au-dessus de Peisey-Nancroix (proche de Bourg-Saint-Maurice), dans la partie septentrionale du massif.

Historique[modifier | modifier le code]

Il se dresse en face du col du Petit-Saint-Bernard qui fut longtemps l’un des cols les plus parcourus de Savoie. Il n’apparaît sur les cartes qu’au XVIIIe siècle.

C'est William Mathews qui sera à l'origine de sa première ascension. Après l'avoir étudié depuis la Grande Sassière puis depuis la Grande Casse en 1860, il retourne en Savoie avec F.W. Jacomb et les guides chamoniards Jean-Baptiste et Michel Croz l'année suivante. Ils font alors l'ascension de la Tête du Ruitor d'où ils ont un beau panorama sur le Mont Pourri.

Ils essayent tout d'abord de faire l'ascension par le Lac de Tignes mais arrivent au Dôme de la Sache, 2 km trop au sud. Ils décident alors de tenter l'ascension en partant par Peisey. L'expédition se décourage et seuls William Mathews et Michel Croz décident de continuer. Ils font ensemble l'ascension du Dôme de Polset d'où ils observent attentivement la face qui se dresse au-dessus de Peisey.

Mathews se rend à Londres et demande à Croz d'aller voir s'il est possible d'accéder au sommet par le vallon de Peisey. Croz dort à proximité du col de la Chal, et Croz part à 4 h du matin pour le sommet. Après « un trajet bien difficile », il arrive au sommet à midi, le 4 octobre 1861. Le trajet qu'il fit est donc Grand Col, le Col des Roches, le haut du Glacier du Geay, l'Épaule et la crête Ouest puis le sommet.

W. Mathews reviendra l'année suivante pour faire le sommet, accompagné de Jean-Baptiste et Michel Croz, ainsi que du géologue et révérend T.G. Bonney. Une fois arrivé, il constate avec ses appareils que la Grande Casse est le point culminant des sommets environnants. Il attribue au Mont Pourri une altitude de 3 797 m, ce qui est remarquable de précision pour l'époque.

L'ascension suivante fut faite six ans plus tard. Le 26 juin 1868, Horace Walker, accompagné des guides suisses Melchior Anderegg et Johann Jaun, parvint au sommet en passant par un nouvel itinéraire : par le Mont Turia et l'arête nord.

La première grande variante d'ascension revient à Joseph Poccard, montagnard du coin. En 1873, il trouve un itinéraire dans la face sud. Il effectue alors la quatrième ascension. L'itinéraire s'élève dans des rives herbeuses pour arriver à l'épaule puis au sommet. Cet itinéraire devint classique et fut appelé la brêche Poccard. Il est aujourd'hui abandonné car trop exposé aux chutes de pierres.

Itinéraires actuels[modifier | modifier le code]

Sommet majeur de la Vanoise, le mont Pourri possède plusieurs voies d'ascensions[1] :

  • La voie normale par le glacier du Geay (actuellement la plus parcourue)
  • La voie normale depuis le Grand col et passant par le col des roches (voie historique)
  • L'arête Nord via le Mont Turia
  • L'arête Sud via le Dôme de la Sache
  • Des voies rocheuses (généralement de niveau TD) en face sud.
  • Deux itinéraires de ski de pente raide en face Sud, ouverts par Pierre Tardivel

Montagnes environnantes[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]