Mont Gosford

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Mont Gosford
Image illustrative de l'article Mont Gosford
Géographie
Altitude 1 186 m[1]
Massif Montagnes Blanches
(Appalaches)
Coordonnées 45° 18′ 06″ N 70° 52′ 04″ O / 45.301666, -70.867777 ()45° 18′ 06″ Nord 70° 52′ 04″ Ouest / 45.301666, -70.867777 ()  [1]
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Québec
Région Estrie
Ascension
Voie la plus facile Par les sentiers Frontaliers à partir de l'accueil Gosford
Géologie
Âge Plus de 570 Ma
Roches Gneiss et granulite

Géolocalisation sur la carte : Québec

(Voir situation sur carte : Québec)
Mont Gosford

Géolocalisation sur la carte : Canada

(Voir situation sur carte : Canada)
Mont Gosford

Le mont Gosford est une montagne du sud du Québec, au Canada, située dans les montagnes Blanches[2], un des massifs des Appalaches. C'est le 4e sommet le plus haut au sud du fleuve Saint-Laurent et le 21e plus haut au Québec[3].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la montagne évoque Archibald Acheson, 2e comte de Gosford, gouverneur général de l'Amérique du Nord britannique de 1835 à 1838. Il fut le gouverneur qui décréta la loi martiale lors de la Rébellion des Patriotes[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Le mont Gosford est situé à Saint-Augustin-de-Woburn en Estrie. La montagne est à quelques kilomètres seulement de la frontière canado-américaine. Elle est située dans la zec Louise-Gosford, une aire publique de chasse et pêche.

Géologie[modifier | modifier le code]

Le mont Gosford fait partie du massif des Chain Lakes, un bloc supracrustal faisant partie des montagnes Blanches. Le massif a longtemps été considéré comme une énigme dans la formation des Appalaches. Il est composé de métasédiments et de roches métavolcaniques qui se sont déposés au fond de la rive occidentale de l'océan Iapetus, il y a environ 685 et 483 millions d’années. Il y a 470 millions d'années, des intrusions de magma reliées à un arc volcanique ont provoqué la fusion partielle des sédiments et les ont transformés en diatexite. Les sols de la montagne sont très minces et composés de till[4].

Protection environnementale[modifier | modifier le code]

Les zones de la montagne à plus de 700 m d'altitude ont été reconnues comme zone importante pour la conservation des oiseaux du fait de la présence de Grive de Bicknell, une espèce endémique au nord-est de l'Amérique du Nord, nichant dans les sommets[5].

Le gouvernement du Québec a annoncé le 29 mars 2009 la mise en réserve d'une partie de la montagne dans le but de créer une réserve écologique[6]. De plus une section de 76 ha a été reconnue la même année comme écosystème forestier exceptionnel sous le nom de forêt rare du Mont-Gosford. Cette dernière protège une sapinière à oxalide de montagne, un regroupement végétal considéré rare à cette latitude[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c « Mont Gosford », sur Commission de toponymie (consulté le 29 juillet 2010)
  2. « Montagnes Blanches », sur Commission de toponymie (consulté le 21 mars 2009)
  3. « Peak in Quebec Province », Bivouac.com (consulté le 31 janvier 2011)
  4. Gouvernement du Québec 2013, p. 6
  5. « Massif du mont Gosford », sur IBA Canada (consulté le 22 mars 2009)
  6. « Les aires protégées au Québec: Réserve écologique projetée du Mont-Gosford », sur Ministère du Développement durable, de l'Environnement et des Parcs,‎ 2009 (consulté le 25 avril 2009)
  7. Gouvernement du Québec, « Forêt rare du Mont-Gosford », sur Ministère des Ressources naturelles et de la Faune,‎ 2010 (consulté le 4 octobre 2010)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Gouvernement du Québec, Réserve écologique du Mont-Gosford : Plan de conservation,‎ 2013, 10 p. (lire en ligne)