Mont Dolent

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Mont Dolent
Vue du Mont Dolent (face nord)
Vue du Mont Dolent (face nord)
Géographie
Altitude 3 820 m
Massif Massif du Mont-Blanc
Coordonnées 45° 55′ 21″ N 7° 02′ 46″ E / 45.9225, 7.0461145° 55′ 21″ Nord 7° 02′ 46″ Est / 45.9225, 7.04611  
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Drapeau de l'Italie Italie
Canton
Région autonome
Valais
Vallée d'Aoste
District Entremont
Ascension
Première 9 juillet 1864, par Anthony Adams-Reilly et Edward Whymper, avec Michel Croz, Henri Charlet et Michel Payot
Voie la plus facile Versant Sud (PD) depuis le refuge-bivouac Fiorio

Géolocalisation sur la carte : Vallée d'Aoste

(Voir situation sur carte : Vallée d'Aoste)
Mont Dolent

Géolocalisation sur la carte : canton du Valais

(Voir situation sur carte : canton du Valais)
Mont Dolent

Géolocalisation sur la carte : Italie

(Voir situation sur carte : Italie)
Mont Dolent

Géolocalisation sur la carte : Suisse

(Voir situation sur carte : Suisse)
Mont Dolent

Le mont Dolent est un sommet du massif du Mont-Blanc culminant à 3 820 m (selon la carte suisse[1], 3 823 m selon la carte française[2] et 3 819 m selon la carte italienne[3]).

Étymologie[modifier | modifier le code]

Selon Ernest Nègre, le nom du mont Dolent vient du francoprovençal doulèn « attristé, triste »[4].

Géographie[modifier | modifier le code]

Vue de la face est du Dolent, depuis la Tête de la Vare.

Situé à 20 km au nord-est du mont Blanc entre les Grandes Jorasses et l'aiguille d'Argentière, ce sommet est généralement considéré comme étant le point triple frontalier entre la Suisse, la France et l'Italie. En réalité le sommet est italo-suisse, le tripoint se trouvant environ 150 m sur la crête nord-est à 3 749 mètres d'altitude[5].

Le point triple France-Italie-Suisse apparaît avec le traité de Turin de 1860, et un procès verbal d'abornement précise en 1862 : « Avant de commencer le placement des bornes, les commissaires, se reportant à l'article 1er de la convention signée à Turin le 7 mars 1861, où il est dit que la nouvelle frontière suivrait l'ancienne limite entre le duché de Savoie et le Piémont, ont reconnu que cette limite avait son origine au sommet du mont Grapillon [ancien nom du mont Dolent]. Ce sommet, inaccessible d'ailleurs, a dès lors été considéré par eux comme le point de départ de la frontière qu'ils avaient à tracer. »[6]

Ce sommet réputé inaccessible est gravi pour la première fois le 9 juillet 1864 par les Britanniques Edward Whymper et Anthony Adams Reilly avec les guides chamoniards Michel Croz, Henri Charlet et Michel Payot.

En 1891 un traité entre la France et la Suisse précise « le point commun aux frontières franco-suisse, italo-suisse et franco-italienne est le sommet (altitude 3 830 m environ) du mont Dolent, situé au croisement des chaînes de montagnes qui divisent les trois bassins de l’Arve en France, de la Drance en Suisse et de la Dora Baltea in Italie, ayant à ses pieds les trois glaciers du mont Dolent, d’Argentière et de Pré-du-Bar, nettement séparé des sommets voisins par de profondes dépressions et présentant l’apparence presque géometrique d’une pyramide facile à distinguer de toute la région environnante »[7].

Avant 1929, les géographes constatent que le nœud orographique de rencontre des arêtes ouest, nord et sud-est, lignes de partage des eaux qui définissent les trois frontières, est situé à quelques dizaines de mètres au nord-ouest du sommet, : « Le sommet du Mont Dolent n'est pas, comme beaucoup se l'imaginent, la triple borne frontière de la France, de la Suisse. En réalité, cet élégant cône de neige se trouve un peu à l'est. »[8]

En 1941, la Suisse et l'Italie signent une Convention sur la détermination de la frontière italo-suisse entre le Run Do ou Cima Garibaldi et le Mont Dolent[9].

Aujourd'hui les cartes des trois instituts géographiques nationaux placent le point triple sur le nœud orographique, coté à une altitude de 3 749 m selon la carte de l'Istituto Geografico Militare[10].

Globalement, les versants est sont suisses, la face ouest est française, et le versant sud est italien. Le fond du cirque côté français est occupé par la partie supérieure du glacier d'Argentière. Sur la face italienne, le glacier de Pré de Bar descend jusqu'au val Ferret italien. Sur les versants suisses, le glacier du Dolent occupe la face sud-est et le glacier de l'A Neuve la face nord-est, tout deux dominent la val Ferret suisse.

Alpinisme[modifier | modifier le code]

Vue des faces nord et est du Dolent, depuis la Grande Lui. Le nœud orographique est le gendarme rocheux en contrebas et à droite du sommet neigeux

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]