Mont Damavand

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Damavand pour la ville de Damavand. 
Mont Damavand
Le mont Damavand en hiver.
Le mont Damavand en hiver.
Géographie
Altitude 5 610 m
Massif Elbourz
Coordonnées 35° 57′ 04″ N 52° 06′ 32″ E / 35.951, 52.10935° 57′ 04″ Nord 52° 06′ 32″ Est / 35.951, 52.109  
Administration
Pays Drapeau de l'Iran Iran
Province Mazandéran
Ascension
Première 1837, par W. Taylor Thompson
Géologie
Type Volcan gris
Activité Endormi
Dernière éruption 5 350 av. J.-C.
Code 0302-01-

Géolocalisation sur la carte : Iran

(Voir situation sur carte : Iran)
Mont Damavand

Le mont Damāvand (en persan : دماوند, Damāvand ou Demavend) est le sommet volcanique semi-actif le plus élevé de l'Iran. Culminant à 5 610 m, il est situé dans la chaîne de l'Elbourz, à 66 kilomètres au nord-est de Téhéran. La montagne est également connue sous le nom de Donbavand. Le sommet est situé à proximité de la côte sud de la mer Caspienne, dans le département d'Amol, province du Mazandéran. La dernière éruption de ce volcan remonte à sept mille ans. La ville la plus proche est Rineh, au sud de la montagne.

Histoire[modifier | modifier le code]

Malgré la place que le Damāvand occupe dans la mythologie iranienne, il était omis sur les cartes et n'a pas été mentionné par les voyageurs occidentaux comme Jean Chardin ou Pietro Della Valle. Les historiens et géographes ont surtout commenté les premières ascensions, comme celle de Abu Dolaf Kasraji, en 905 environ[1] ou celle de Yaqut, trois siècles plus tard[2].

La première ascension certaine est celle de W. Taylor Thompson[3] en 1837, bien que selon la tradition iranienne, le volcan aurait été gravi dès l'an 850. En 1843, le botaniste autrichien Karl Georg Theodor Kotschy atteint le sommet. À partir de 1860, des ascensions sont effectuées par des Britanniques et des Prussiens[4].

Dans la culture iranienne[modifier | modifier le code]

Le mont Damāvand a une place particulière dans la mythologie iranienne. Dans des textes et plus généralement la mythologie zoroastrienne, le dragon à trois têtes Aži Dahāka était enchaîné au mont Damāvand, condamné à y rester jusqu'à la fin du monde. Dans une version plus tardive de la même légende, le tyran Zahhāk était également enchaîné dans une grotte du mont Damāvand après avoir été battu par Kāveh et Fereydūn.

Dans le Shâh Nâmeh, la montagne aurait des pouvoirs magiques.

Dans la poésie et la littérature iranienne, le Damāvand est le symbole de la résistance aux souverains étrangers. Mohammad Taqī Bahār a par exemple écrit un célèbre qasideh appelé Damāvand :

« ای دیو سپید پای در بند
Ay dīve sepīde pāī dar band,
Oh blanc démon aux pieds entravés
ای گنبد گیتی ای دماوند
Ay gonbade gītī, ay Damāvand
Oh dôme céleste, Oh Damāvand »

— Mohammad Taqī Bahār, Texte original en persan

L'ascension[modifier | modifier le code]

Le Damavand est gravi régulièrement, aussi bien à pied qu'à skis et il y a au moins seize itinéraires connus[5]. Le plus populaire est la voie sud, qui dispose d'un camp à mi-parcours à une altitude de 4 000 m. L'ascension la plus longue est celle par le nord-est. Deux jours sont nécessaires pour gagner le sommet à partir du village de Nāndal en passant une nuit au refuge de Takht-e Fereydoun (4 300 m). La voie ouest est célèbre pour les vues qu'elle permet au coucher du soleil. Cette voie dispose d'un autre refuge à deux étages construits récemment, appelé Sīmorgh.

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Abu Dolaf Kasraji, al resala al tania (Abu Dulaf Mis'ar ibn Muhalhal's Travels in Iran) Le Caire, éd. V. Minorsky, 1955.
  2. Boldan, II, p. 607-608.
  3. W. Taylor Thompson est un topographe qui a établi le profil de nivellement de l'Euphrate à la Méditerranée
  4. voir Iranica
  5. (fa) Carte des itinéraires d'ascensions du Damāvand

Sources[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :