Monsù Desiderio

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cet article doit être remanié, en lien avec les articles Didier Barra et François de Nomé, en raison de l'absence de prise en compte d'informations récentes relatives aux deux peintres concernés (Attribution erronée d'oeuvres).
La Chute de l’Atlantide.
Vue de Metz et descente de croix par Didier Barra et François de Nommé. Collection privée.

Derrière le pseudonyme Monsù Desiderio se cachent François de Nomé et Didier Barra, peintres nés à Metz à la fin du XVIe siècle et installés à Naples pendant la première moitié du XVIIe siècle.

Auteur d’œuvres énigmatiques et surprenantes (ruines, cataclysmes, architectures fantastiques), mu par des inspirations multiples (Rome Antique, Ancien Testament, Nouveau Testament, Naples, Venise, Metz…), Monsù Desiderio sera considéré par André Breton comme un précurseur du surréalisme[1].

Pourtant la vie des deux hommes reste très mal connue et leur œuvre colossale est encore peu étudiée. Un élément majeur de sa redécouverte est l’exposition qui a eu lieu du 6 novembre 2004 au 7 février 2005 aux Musées de la Cour d'Or de Metz et a donné lieu à la publication du livre Monsù Desiderio, un fantastique architectural au XVIIe siècle (éd. Serpenoise).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pierre Seghers, Monsù Desiderio ou le Théâtre de la fin du monde, Robert Laffont, 1981
  • Michel Onfray, Métaphysique des ruines : La Peinture de Monsù Desiderio, Mollat, 1995 (cf. l’article s’y rapportant du CNDP, janvier 2006)
  • Monique Sary, Maria Rosaria Nappi, Enigma Monsù Desiderio : Un fantastique architectural au XVIIe siècle, Metz, éditions Serpenoise,‎ 2004, 192 p. (ISBN 2-9520773-I-2[à vérifier : isbn invalide])
    catalogue de l’exposition organisée par les musées de Metz
  • « L’Œil de Maria Rosaria Nappi », entretien avec Maria Rosaria Nappi, commissaire de l’exposition Enigma Monsù Desiderio : Un fantastique architectural au XVIIe siècle, musée de la Cour d’Or, Metz, par Sylvie Blin. Connaissance des arts, janvier 2005, p. 67

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. André Breton, G. Legrand, Art magique, Paris, Club français du livre,‎ 1957

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :