Mono (fleuve)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

6° 13′ 49″ N 1° 36′ 23″ E / 6.23024, 1.60649 ()

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mono.
Mono
Image illustrative de l'article Mono (fleuve)
Caractéristiques
Longueur 467 km
Bassin 25 000 km2
Débit moyen 54 m3/sAthiémé)
Régime pluvial tropical
Cours
· Coordonnées 6° 13′ 49″ N 1° 36′ 23″ E / 6.23024, 1.60649 (Source - Mono)  
Embouchure l' Océan Atlantique
Géographie
Pays traversés Togo Togo
Drapeau du Bénin Bénin

Le Mono est un fleuve du Togo et du Bénin.

Géographie[modifier | modifier le code]

Long d'approximativement 467 km et drainant un bassin versant d'environ 25 000 km2, il prend sa source au Togo, entre la ville de Sokodé et la frontière avec le Bénin, et se dirige vers le sud. Proche de son embouchure il forme la frontière entre le Togo et le Bénin. Finalement il se jette dans la baie du Bénin à travers un système extensif de lagons saumâtres et de lacs (dont le lac Togo).

Hydrométrie - Les débits à Athiémé[modifier | modifier le code]

Le débit du fleuve a été observé pendant 49 ans (1944-1992) à Athiémé, localité du Bénin située à 111 kilomètres de son débouché dans l'océan[1].

À Athiémé, le débit annuel moyen ou module observé sur cette période a été de 54 m3/s pour une surface prise en compte de 21 575 km2, soit plus de 90 % de la totalité du bassin versant du fleuve.

La lame d'eau écoulée dans le bassin versant atteint ainsi le chiffre de 79 millimètres par an, ce qui peut être considéré comme plutôt médiocre.

Le Mono est un cours d'eau peu abondant et très irrégulier. Il connait de longues périodes d'étiage avec assèchement complet. Le débit moyen mensuel observé de février à avril (minimum d'étiage) est de 0 m3/s (complètement à sec), tandis que celui du mois de septembre, principal mois de crue, est de 261 m3/s, ce qui témoigne de sa très grande irrégularité saisonnière. Sur la durée d'observation de 49 ans, le débit mensuel minimal a été de 0 m3/s, tandis que le débit mensuel maximal s'élevait à 560 m3/s.

Débit moyen mensuel (en m3/s)
Station hydrologique : Athiémé
(données calculées sur 49 ans)

Économie[modifier | modifier le code]

Seul le lit inférieur est navigable. La majorité du bassin est cultivée (maïs, igname, manioc). À 160 km de l'embouchure, le barrage hydroélectrique de Nangbeto a été construit grâce à un partenariat de 1987 entre le Togo et le Bénin. Des études ont démontré que la barrage avait un effet économique positif (tourisme et pêche) ; néanmoins la construction du barrage a déplacé entre 7 600 et 10 000 personnes et le barrage a modifié d'une façon non négligeable l'écosystème des lagunes de l'embouchure en réduisant les fluctuations saisonnières du fleuve. Un second barrage, Adjarala, avait été proposé à la construction pendant les années 1990 mais n'a jamais été réalisé.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • K. S. Adam, « Les impacts environnementaux du barrage du Nangbeto », Revue internationale de géologie, de géographie et d'écologie tropicales, 1991 13(1-4), p. 103-112
  • Maurice Piraux (et Muriel Devey), « Rives du Mono », in Le Togo aujourd'hui, Éditions du Jaguar, Paris, 2010 (nouvelle éd.), p. 152-153 (ISBN 978-2-86950-451-6)
  • (en) Kevin Thomas, « Development projects and involuntary population displacement: The World Bank’s attempt to correct past failures », in Population Research and Policy Review, 2002, 21(4), p. 339-349.