Monnaie coulée

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Une monnaie coulée est l’ensemble des monnaies produites par fusion, c’est-à-dire en versant un métal liquide dans un moule ou empreinte creuse, de telle manière qu’après solidification on obtient l’aspect désiré.

Technique[modifier | modifier le code]

Cette technique est très simple. L'aspect le plus difficile est la création du modèle de départ avec lequel on fabrique les empreintes. Dans l’antiquité, les modèles étaient fabriqués en bois ou bien on utilisait une monnaie déjà existante. À partir de ce modèle, la fabrication des empreintes ou moules se faisait avec des matériaux réfractaires, comme l’argile dans l’antiquité.

Bien que ce système soit le plus simple, il ne fut pas le plus ancien ni le plus utilisé. Sa simplicité a de fait été son premier inconvénient : l’extrême facilité à produire des falsifications. Les anciens se méfiaient et n'ont jamais produit de monnaies coulées en or ou en argent. La fusion a été utilisée pour les premières monnaies romaines, parce qu’il était impossible de battre des monnaies de bronze avec un poids requis de 300 grammes et plus.

Monnayage ancien[modifier | modifier le code]

Aes grave, 240-225 av. J.-C.
Monnaie gauloise en potin des Leuques.

Dans le monde classique greco – romain, les monnaies coulées étaient produites en Italie centrale, dans le monde étrusque, latin et italique. Les monnaies coulées sont communément appelées Aes grave.

Comme cas particulier il y a le monnayage de Acragas (Agrigente) : les premières monnaies en bronze de cette cité étaient coulées et de forme conique. Il y avait aussi les monnaies coulées à Himera avec une forme plus traditionnelle. Ces types de monnaies sont localisées vers 430-420 av.J.-C.[1].

Même la cité d' Olbia sur la mer Noire, à produit des monnaies coulées, sans aucun lien avec celles d’Italie centrale.

Les celtes ont abondamment produit des pièces coulées en plomb (rouelles, probablement à vocation cultuelle), et en potin (pièces de monnaies, sur la base de pièces grecques fortement stylisées).

Dans le bas Empire, de Septime Sévère et au-delà, une partie du monnayage en bronze et constitué de monnaies coulées émises par les ateliers provinciaux, en particulier depuis l’aire gallique. Parallèlement, se développe considérablement la production de faux, ce qui obligea l’empereur Constantin I à interdire de couler la monnaie à partir de 326.

Monnayage oriental[modifier | modifier le code]

En Asie, spécialement en Chine, étaient produites des monnaies coulées dans des moules; et ces monnaies appelées Cash avaient la particularité d’être percées au centre.

On pouvait produire en une seule coulée, deux douzaines de monnaies, dans le même moule ; par la technique de la coulée en grappe.

Cette méthode de production, débutée en 300 av.J.-C., a continué en Chine jusqu’au XIXe siècle, c’est-à-dire pendant deux millénaires [constituant un record de durée) . Des monnaies similaires furent produites également en Corée, Japon et Viêt Nam

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Rutter: Greek Coinage…

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]