Monistrol-sur-Loire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Monistrol (homonymie).
Monistrol-sur-Loire
Le chateau des Évêques à Monistrol-sur-Loire.
Le chateau des Évêques à Monistrol-sur-Loire.
Blason de Monistrol-sur-Loire
Héraldique
Monistrol-sur-Loire
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne
Département Haute-Loire
Arrondissement Yssingeaux
Canton Canton de Monistrol-sur-Loire
Intercommunalité Communauté de communes Les Marches du Velay
Maire
Mandat
Jean-Paul Lyonnet (DVD)
2014-2020
Code postal 43120
Code commune 43137
Démographie
Gentilé Monistrolien(nes)
Population
municipale
8 753 hab. (2011)
Densité 181 hab./km2
Population
aire urbaine
11 926 hab.
Géographie
Coordonnées 45° 17′ 36″ N 4° 10′ 22″ E / 45.2933333333, 4.1727777777845° 17′ 36″ Nord 4° 10′ 22″ Est / 45.2933333333, 4.17277777778  
Altitude Min. 434 m – Max. 874 m
Superficie 48,25 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Monistrol-sur-Loire

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Monistrol-sur-Loire
Liens
Site web http://www.monistrol-sur-loire.com

Monistrol-sur-Loire (en latin Monasteriolum, Monastrolium[1], et en occitan Monistròl[2]) est la seconde ville du Velay, en pays d'Oc, et la deuxième agglomération du département de la Haute-Loire.

Située sur l'axe de Lyon à Toulouse par le Massif central, dominant la vallée de la Loire, elle appartient à la communauté de communes Les Marches du Velay. Elle a connu une forte expansion depuis les dernières décennies du XXe siècle.

Ses habitants sont appelés Monistrolites et Monistrolitennes.

Géographie[modifier | modifier le code]

  • Situation de Monistrol

Au rebord oriental du Massif central, sur les contreforts granitiques de la chaîne des Boutières[3], la région monistrolienne est une région de forêts résineuses coupées de vallées parfois encaissées. Le plateau, à plus de 700 mètres d'altitude, ne bénéficie pas de l'axe des gorges de la Loire trop encaissées[4].

Monistrol appartient dès l'origine au pays du Velay, correspondant grossièrement à la haute vallée de la Loire.

  • Site de Monistrol

« Monistrol s'impose d'abord par son site, une langue de granit entre deux ravins : on parle d'un ermite et de ses combats contre le diable Bilhard, métamorphosé en un rocher que l'on voit encore dans les gorges sauvages auxquelles il a laissé son nom. »

— Dr Jacques Boncompain[5]

Le site primitif de Monistrol correspond à la confluence des ruisseaux de Saint-Marcellin et de Piat, où s'est implanté le premier château, « Château Vieux ». Ce château s'est déplacé sur autre éperon plus à l'est, au pied duquel s'est développé la ville se développe. Cité close dotée d'un mur de ville, dont quelques vestiges subsistent, Monistrol comprend aussi des faubourgs industriels à l'est, le long de la route royale de Lyon à Toulouse nouvellement percée (XVIIIe siècle), et au sud, comme au Monteil. Le développement des dernières décennies est pavillonnaire et s'oriente vers l'est (quartier du Mazel et zone de Chavanon) et surtout vers le sud (quartiers du Kersonnier et du Pêcher). La référence à la Loire est une nécessité administrative (la distinction avec Monistrol-d'Allier) et n'implique pas une quelconque influence du fleuve sur le site de la ville.

  • Rôle de l'agglomération stéphanoise

La ville bénéficie de sa place sur la route royale de Lyon à Toulouse, qui permet l'ouverture d'un bureau de poste dès 1755. Améliorée dans la perspective d'un désenclavement global du Velay, la route devenue nationale 88 est finalement aménagée progressivement en voie rapide à la fin du XXe siècle. Désormais à 20 minutes de Saint-Étienne[6], Monistrol est le point de départ de migrations pendulaires vers le bassin stéphanois. La gare de Bas-Monistrol place la ville à une quarantaine de minutes de Saint-Étienne-Chateaucreux. La gare, ouverte en 1863, est située sur la commune de Bas-en-Basset pour des raisons de pente[7].

  • Identité de Monistrol

La région de Monistrol a toujours constitué une interface entre Velay et Forez, et a ainsi bénéficié d'influences contraires. La frontière nord de l'Occitanie est située au nord de la commune[8] et les toits à génoise, caractéristiques des régions méridionales, sont nombreux dans la vieille ville[9]. À l'opposé, le château abrite le seul plafond à la fougère, spécialité forézienne et lyonnaise, connu en Velay au XVIe siècle. L'influence du Lyonnais et du Forez s'est surtout manifestée par l'activité économique. Le développement proto-industriel du XIXe siècle (passementerie, métallurgie, etc.) tient à la proximité de Saint-Étienne et de Lyon[10]. Bien que le département de la Haute-Loire soit rattaché à la région Auvergne, la ville appartient à la zone d'influence de Saint-Étienne et tire sa prospérité de l'aire urbaine stéphanoise. L'expansion démographique résulte d'un phénomène de périurbanisation en provenance de la région Rhône-Alpes. La région monistrolienne se définit dès lors comme la Marche-du-Velay.

Toit à génoise dans le bourg médiéval.
Communes limitrophes de Monistrol-sur-Loire
Malvalette La Chapelle-d'Aurec
Aurec-sur-Loire
Firminy, Saint-Étienne par RN 88
La Séauve-sur-Semène
Bas-en-Basset par D12 Monistrol-sur-Loire Sainte-Sigolène par D44
Beauzac Saint-Maurice-de-Lignon
Yssingeaux par RN 88
Les Villettes

Histoire[modifier | modifier le code]

Armes de Haute Loire
Armes de Monistrol
Monistrol-l'Évêque

Les armes de Monistrol (à droite) déclinent celles du Velay (à gauche) avec quelques différences : les engrelures disparaissent, l'épée est en pal mais non soutenue. Le fond est d'azur et non de gueules. À travers les symboles de la crosse et de l'épée, elles rappellent le double pouvoir, spirituel et temporel, du seigneur de Monistrol. La devise de la cité est reprise de celle du comte-évêque, Ad utrumque paratus, qui signifie "prêt pour les deux", nouveau renvoi au double pouvoir du comte-évêque du Velay. Sous l'Ancien Régime, la ville est parfois appelée Monistrol-l'Évêque. La Révolution la rebaptise Monistrol-en-Velay puis Monistrol-sur-Loire, appellation qui s'est imposée sous la Monarchie de Juillet.

L'antique Monastrolium, déformation du mot savant Monasteriolum, petit monastère, se développe dès le haut Moyen Âge. La ville abrite depuis le IXe siècle[11] les reliques de Saint Marcellin, pseudo-évangélisateur du Velay oriental[12], qui attirent de nombreux pèlerins. Seigneurs de la cité après la Huitième Croisade (1270), les évêques du Puy font du château leur résidence d'été[13]. En 1309, Monistrol, dotée d'un chapitre de chanoines par l'évêque Bernard de Castanet, est la deuxième ville du diocèse. Ses consuls, administrateurs municipaux, siègent régulièrement aux États du Velay.

Pendant les Guerres de Religion, la ville d'Antoine de Sénecterre résiste aux assauts huguenots, avant d'être occupée par les troupes du gouverneur ligueur Saint-Vidal (1590). L'évêque Jacques de Serres ne peut rentrer dans ses droits, après arrêt du Parlement de Paris, que sur ordre exprès d'Henri IV, en 1597.

Les siècles classiques (XVIIe-XVIIIe) font figure d'âge d'or pour Monistrol. Humaniste, amoureux des lieux, l'évêque Armand de Béthune, neveu de Sully, enrichit alors le château et le parc adjacent, et attire des artistes comme le sculpteur Pierre Vaneau. Le chantier est poursuivi par ses successeurs comme Geoffroy-Maurice de Conflans ou Marie-Joseph de Galard. À la même époque, la ville se modernise et s'étend, de nouveaux axes sont tracés, hôpital et école sont reconstruits.

Loyale sous la Révolution, elle voit cependant la sous-préfecture lui échapper. L'industrie, en particulier textile et métallurgique, se développe largement au XIXe siècle. Après un long déclin, la population double dans les dernières décennies du XXe siècle.

Économie[14][modifier | modifier le code]

La proximité de deux foyers industriels, Lyon[15] et surtout Saint-Étienne, a déterminé le développement précoce de l'industrie sur les plateaux du Velay, sans doute dès la fin du XVIIIe siècle. Le textile et la métallurgie, spécialisations dominantes, sont en effet des secteurs caractéristiques de la première industrialisation.

Tout au long du XIXe siècle, l'activité industrielle s'est implantée dans les gros bourgs du nord-est de la Haute-Loire, comme Sainte-Sigolène ou Saint-Didier-en-Velay. Il est difficile de distinguer la part de l'initiative locale et des donneurs d'ordre extérieurs, lyonnais et stéphanois, mais il est certain que la proximité a joué un rôle décisif, notamment pour les débouchés commerciaux.

À Monistrol, le tissage, la passementerie et la rubannerie étaient très répandus. Il s'agissait d'une activité essentiellement masculine, pratiquée sur de hauts métiers à tisser[16]. Selon Yves Lequin[17], les produits étaient ensuite revendus à Lyon, centre de cette activité. L'industrie mécanique est quant à elle liée à Saint-Étienne. Elles se pratiquait dans des entreprises locales (Martouret, Clémenson) ou dans des filiales d'entreprises stéphanoises (Limouzin). Au début du XXe siècle, la boulonnerie, la coutellerie et l'industrie du cycle dominaient. La polyactivité des ouvriers, qui conservaient une activité agricole, s'est maintenue très tardivement. Contrairement à la région stéphanoise, on ne peut pas parler de formation d'un prolétariat en Velay. Les comportements politiques témoignent d'ailleurs de la faible implantation du communisme en Haute-Loire, région très marquée par le catholicisme social et le syndicalisme chrétien.

La cité à la veille de la Révolution, d'après le lavis de Louis Menier conservé à la Bibliothèque nationale (1788)

Cette industrie traditionnelle s'est maintenue jusqu'à la seconde moitié du XXe siècle, avant de décliner progressivement[18], favorisant ainsi l'exode rural et un lent déclin démographique[19]. Une étape importante a été la fermeture des usines Martouret, principal employeur de Monistrol, à la fin des années 1980. Cependant, aujourd'hui encore, des entreprises de mécanique de précision, en particulier de décolletage (Lisi, Deville), et de rubannerie spécialisée (le leader mondial a son siège sur la commune), sont implantées sur la commune.

Dans la seconde moitié du XXe siècle, le renouveau industriel[20] est principalement le fait de la plasturgie. En 1955, Abel Barbier fonde à Sainte-Sigolène la première usine de plastiques. Cette commune proche de Monistrol est aujourd'hui le cœur d'un véritable système productif local, deuxième producteur de plastique français après Oyonnax. La plasturgie s'est implantée plus tardivement à Monistrol et elle est aujourd'hui critiquée pour son impact environnemental. Les Établissements Barbier n'en demeurent pas moins le principal employeur de la commune.

On ne peut parler à Monistrol, contrairement à Sainte-Sigolène, de mono-industrie. Le secteur des services domine en effet à Monistrol[21] : commerce, éducation, banque et assurances, etc. L'importance de ces activités tertiaires est liée au développement démographique de la région, qui a imposé Monistrol comme capitale de la Marche-du-Velay. D'autre part, près du tiers des actifs monistroliens travaille dans la région stéphanoise avec la périurbanisation[22].

L'image de la montagne-atelier s'estompe ainsi progressivement.

Démographie et urbanisme[modifier | modifier le code]

Après un déclin continu dans la première moitié du XXe siècle, la population monistrolienne connaît une forte expansion depuis 30 ans[23]. Le nombre d'habitants a progressé de plus de 41 % entre 1982 et 1999[24]. L'évolution démographique repose essentiellement sur l'attractivité migratoire, avec 1 020 habitants supplémentaires durant la période intercensitaire. Un autre fait marquant est la surreprésentation des 0-19 ans (28,7 % à Monistrol contre 24,6 % au niveau national) et des familles (ménages de 4 personnes et plus) dans la population.

Plusieurs étapes jalonnent ce développement : la construction par le maire Joannès Laval du Domaine de La Rivoire (1972)[25], l'aménagement en voie rapide de la RN 88, qui place la ville à 20 minutes de Saint-Étienne, et l'ouverture en 1994 du Lycée Léonard-de-Vinci, unique lycée public de l'arrondissement. Cette croissance s'est accélérée sous la mandature de Guy Granger. Elle n'est pas sans nécessiter la création de nouveaux équipements, comme les écoles ou crèches ; surtout elle pose aujourd'hui des problèmes aigus de circulation dans le centre[26], réduit et contraint par les dénivellations. Une des solutions a été la déconcentration des activités commerciales dans des zones périphériques (zonage fonctionnel). L'expansion urbaine s'effectue principalement sur le mode pavillonnaire[27]. La périurbanisation a profondément modifié l'aspect d'une commune autrefois rurale et industrielle. Aux fermes, aux quartiers d'artisanat et d'industrie ont succédé les lotissements. Certains n'hésitent pas à parler de mitage.

En 2011, la commune comptait 8 753 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
3 923 3 913 4 048 3 930 4 145 3 825 3 975 4 431 4 619
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
4 752 4 473 4 781 4 452 4 722 4 703 4 850 4 719 4 918
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
4 931 5 087 5 008 4 481 4 487 4 305 4 116 3 829 4 063
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
4 020 4 265 4 607 5 143 6 180 7 451 8 444 8 582 8 753
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[28] puis Insee à partir de 2004[29].)
Histogramme de l'évolution démographique


Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

M. Jean-Paul Lyonnet, a succédé en 2014 à M. Robert Valour, maire sous l'étiquette du Parti Socialiste de 2008 à 2014[30].

Les maires depuis 1971
Période Identité Parti Profession
depuis 2014 M. Jean-Paul Lyonnet DVD
2008-2014 M. Robert Valour DVG puis PS*[31] professeur des écoles
1989 - 2008 M. Guy Granger RPR puis UMP* professeur en classes préparatoires, conseiller général
1988 - 1989 M. Yves Néron-Bancel DVD* ingénieur
1983 - 1988 M. Joannès Laval RPR* expert-comptable
1971 - 1983 M. Georges Boscher DVD* agent d'assurances
*Classifications de la Préfecture de la Haute-Loire

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Élections à Monistrol-sur-Loire.

Les personnalités exerçant une fonction élective dont le mandat est en cours et en lien direct avec le territoire de la commune de Monistrol-sur-Loire sont les suivantes :

Élection Territoire Titre Nom Début de mandat Fin de mandat
Municipales Monistrol-sur-Loire Maire Jean-Paul Lyonnet 2014 2020
Cantonales Monistrol-sur-Loire Conseiller général François Berger 27 mars 2011 2015
Législatives 1ère circonscription Député Laurent Wauquiez 10 juin 2012 juin 2017
Régionales Auvergne Président du conseil régional René Souchon 18 janvier 2006 2015
Présidentielles France Président de la République François Hollande 6 mai 2012 mai 2017

Vie intercommunale et cantonale[modifier | modifier le code]

La commune est le siège de la Communauté de communes Les Marches du Velay, présidée par le Dr Louis Simonnet, maire des Les Villettes (SE), et appartient au Pays de la Jeune Loire et de ses rivières, qui regroupe le nord-est de la Haute-Loire.

Monistrol est également le chef-lieu du canton de Monistrol-sur-Loire, jadis fief du député M. Jean Proriol, maire de Beauzac (RI puis UDF-PR), remplacé en 1992 par M. Guy Granger (RPR puis UMP). Le maire de La Chapelle-d'Aurec, M. François Berger (NC[32]), lui succède en 2011[33], au terme du duel l'ayant opposé à M. Robert Valour.

Autres circonscriptions[modifier | modifier le code]

Jadis chef-lieu du District de Monistrol sous la Révolution, la ville n'est plus chef-lieu de l'arrondissement du nord-est de la Haute-Loire depuis 1800.

Monistrol relève du Tribunal d'instance, du Tribunal de grande instance, du Tribunal de commerce et du Conseil de prud'hommes du Puy, ainsi que du Tribunal administratif de Clermont-Ferrand. Il appartient à la première circonscription de la Haute-Loire pour l'élection des députés.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Monistrol est jumelée avec Drapeau de l'Espagne Monistrol de Montserrat (Espagne), en Catalogne, depuis 1994.

Établissements scolaires[modifier | modifier le code]

Le Donjon, récemment restauré.
Clocher de la Collégiale, restauré en 1989.

Avec l'ouverture du Lycée Léonard-de-Vinci en 1994, qui s'ajoute au Lycée Notre-Dame-du-Château, Monistrol est devenu un important centre scolaire, qui accueille plus de 4 100 élèves[34], de la maternelle à bac +2.

Établissements scolaires de Monistrol
Établissements Publics Privés sous contrat avec l'État
Maternelles

• Prévescal
• Kersonnier Albert-Jacquard

• Notre-Dame-du-Château
[35]

Primaires

• Prévescal
• Kersonnier Albert-Jacquard

• Notre-Dame-du-Château
[36]

Collèges

• Collège du Monteil
[37]

• Collège Notre-Dame-du-Château
[38]

Lycées

• Lycée Léonard-de-Vinci
(général et technologique)
[39]

• Lycée Notre-Dame-du-Château
(général et technologique)
• Lycée professionnel privé
(industriel et tertiaire)
[40]

Post-baccalauréat

BTS commercialisation de produits
(Léonard-de-Vinci)

BTS assistant technique d'ingénieur
(Notre-Dame-du-Château)

Parmi les anciens élèves célèbres des établissements scolaires de Monistrol, il faut mentionner la figure d'Hubert Beuve-Méry, pensionnaire au lycée Notre-Dame-du-Château (Considéré aussi comme un asile) au début des années 1920 et futur fondateur du quotidien Le Monde à la Libération (1944)[41], ou celle du député Jean Proriol.

Vie culturelle et associative[modifier | modifier le code]

Depuis 2003, une saison culturelle dédiée au spectacle vivant sous toutes ses formes est organisée par l'Office municipal de la culture, en partenariat avec la Comédie de Saint-Étienne. Des expositions et lectures, en particulier pour le jeune public, ont régulièrement lieu à la médiathèque municipale. Chaque année, les salons du Château des Évêques abritent les célèbres GastrÔleries, "fêtes du vin et du mangement", le PrinTemps de lire et les expositions d'été sur un thème historique. Parmi les associations qui agissent dans le secteur culturel, on citera notamment la Société d'histoire de Monistrol et l'Association des Amis du Château.

La presse locale comprend un seul quotidien, La Tribune - Le Progrès (édition stéphanoise du Progrès de Lyon), et trois hebdomadaires, La Gazette de la Haute-Loire, le Renouveau (proche de l'évêché) et L'Éveil hebdo (proche de la majorité départementale). Notons également le site web Zoomdici.fr (indépendant), qui couvre la Loire et la Haute-Loire avec une certaune notoriété et le quotidien départemental du soir, L'Éveil de la Haute-Loire, qui n'est pas diffusé à Monistrol.

Plus de 40 sports, de la natation à l'aïkido, peuvent être pratiqués dans les associations de la commune, regroupées au sein de l'Office municipal des sports (OMS), qui organise chaque année la Fête du sport (près de 4 000 participants en 2008).

L'Union sportive monistrolienne (USM), l'Amicale des pêcheurs de Monistrol-Gournier et la Société de chasse sont les plus vieilles associations de la commune.

Comme pour les autres enfants, adolescents et adultes, diverses structures associatives offrent une prise en charge aux personnes qui vivent une situation de handicap (renseignements en mairie).

Transports[modifier | modifier le code]

Desserte routière[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par la N88 (Lyon-Toulouse via Saint-Étienne), aménagée en voie rapide sur ce tronçon. Les échangeurs suivants sont implantés dans la commune :

  • sortie 38 D 12 : Monistrol-Beauvoir, Monistrol-Caseneuve ;
  • sortie 39 D 44 : Monistrol-Centre, Sainte-Sigolène ;
  • sortie 40 D 12 - D 47 (double demi-échangeur) : Monistrol-Le Pêcher, Monistrol-Les Moletons, Bas-en-Basset.

Desserte ferroviaire[modifier | modifier le code]

Voir les articles détaillés Gare de Bas-Monistrol et Halte de Pont-de-Lignon.

La commune est située sur la ligne de Saint-Étienne-Châteaucreux au Puy. La gare de l'agglomération monistrolienne, située sur la commune voisine de Bas-en-Basset, porte le nom de Gare de Bas-Monistrol[42].

Elle est desservie par 20 TER quotidiens, vers les directions de :

Certains écarts du sud de la commune de Monistrol (Pont-de-Lignon, Chazelles, etc.), sont toutefois desservis par la halte de Pont-de-Lignon, située sur la commune voisine de Beauzac.

Desserte par les transports en commun[modifier | modifier le code]

La ville est desservie par le réseau des Transports interurbains de voyageurs du conseil général de Haute-Loire[43] :

Monuments et sites[modifier | modifier le code]

Château des Évêques-du-Puy[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Château des Évêques-du-Puy.

Dominant la vieille ville et le ruisseau de Piat, le Château des Évêques-du-Puy est le principal monument de la commune. Construit du XIIIe siècle au XVIIIe siècle, il sert de résidence aux évêques du Puy jusqu'à la Révolution. Il abrite aujourd'hui l'Office de tourisme, l'association de Amis du Château et la Société d'histoire de Monistrol avec des salles d'exposition. De son parc classique, qui comprenait autrefois un vaste parc avec un jardin botanique, un temple et des statues, ne subsistent aujourd'hui que les allées.

Église Saint-Marcellin[modifier | modifier le code]

Vue de la façade avant de l'église Saint-Marcellin.

L'église ou Collégiale Saint-Marcellin, est située dans le centre historique de Monistrol-sur-Loire, elle date du XIIe siècle, elle a connu sa dernière restauration en 2012.

  • D'autres monuments rappellent l'ancienne emprise des évêques sur la ville, comme le couvent des Ursulines[47], dont l'austère façade classique abrite le retable en bois doré de La Mort de Saint-Joseph, chef d'œuvre du sculpteur Vaneau (XVIIe siècle)[48], le couvent des Sœurs de Saint-Joseph[49], ou l'ancien couvent des Capucins[50], jadis petit séminaire de Monistrol[51], abritant aujourd'hui un lycée[52].
  • Le Donjon, ancien corps de garde de la porte de l'Arbret[53], est un des derniers vestiges du mur de ville, chargé de protéger certains quartiers comme celui du Château, aujourd'hui très dégradé. Malgré tout, de nombreux efforts sont entrepris pour mettre en valeur ce patrimoine : Monistrol a ainsi obtenu sa deuxième fleur au concours des villes et villages fleuris, et un parcours-découverte[54] a été aménagé.

Dans la commune[modifier | modifier le code]

La Loire à Gournier, vers l'aval
La Loire à Gournier, vers l'amont

Le ruisseau du Piat s'écoule dans les Gorges de Bilhard, théâtre d'une légende confrontant un ermite au diable Billard, avant de se jeter dans la Loire. Le fleuve traverse une partie de la commune dans des gorges très encaissées.

Plusieurs châteaux sont situés dans les villages de la commune : château du Chambon, ruiné (reste la tour), château du Flachat (possession des Béget, des Charbonnel, enfin de la famille Néron-Bancel depuis le XIXe siècle), château de Martinas (familles Bayle puis Néron-Bancel), château de Foletier (famille Jourda de Vaux), qui abrite chaque été un festival de piano, château du Betz (famille de Charbonnel) et château de Paulin, ruiné.

Personnalités[modifier | modifier le code]

  • Le pasteur Jean Chassanion (1531-1598), né à Monistrol et mort à Genève, est l'auteur d'œuvres apologétiques inspirées des écrits de Calvin et d'une Histoire des Albigeois[55].
  • Armand II de Béthune (1635-1703), neveu de Sully, est nommé en 1661 évêque du Puy. Amoureux des lieux, il donne au Château et à son parc leur visage classique au fil d'incessants travaux. Honnête homme, il s'entoure de l'architecte Coppin et de l'érudit Théodore de Champigny (auteur de l'Histoire de l'église angélique de Notre-Dame du Puy), tous deux ermites dans les Gorges de Bilhard, et fait appel à des artistes de talent.
  • Pierre Vaneau (1653-1694). Sculpteur né à Montpellier, il s'installe dans la cité à l'invitation de l'évêque et y réalise La Mort de Saint-Joseph, retable en bois doré de la Chapelle des Ursulines[56].
  • Le maréchal de Jourda de Vaux (1703- 1787), vainqueur et gouverneur de la Corse, fréquente l'école de Monistrol et le château de Foletier, une des demeures familiales
  • L'historien érudit Augustin Simon Irailh (1717-1794), auteur de Querelles littéraires, est brièvement chanoine au chapitre de la Collégiale Saint-Marcellin.
  • Marie-Joseph de Galard de Terraube (1774-1802) est le dernier seigneur de Monistrol. Homme de cour, fidèle à Louis XVI, il refuse la Constitution civile du clergé et se réfugie dans la cité avant d'émigrer.
  • Les poètes monistroliens Hippolyte de Chabron (1806-1883) et Eugène David (1876-1956), auteur des Fleurs vellaves et stéphanoises, soulignent la beauté discrète d'une cité classique devenue industrielle. En revanche, le chansonnier Rémi Doutre (XIXe siècle) ne fait que peu de références à sa ville de naissance.
  • L'homme politique Édouard Néron (1867-1945), est membre d'une longue lignée de notables monistroliens, bienfaiteurs de la ville, la famille Néron-Bancel. Maire à la Belle Époque, il parvient à devenir député puis sénateur de la Haute-Loire sous l'étiquette de la Fédération républicaine.
  • Le journaliste Hubert Beuve-Méry, futur directeur du Monde, fut élève du lycée Notre-Dame-du-Château peu après la Première Guerre mondiale.

Orientations bibliographiques[modifier | modifier le code]

Monographies[modifier | modifier le code]

  • François Boulet, L’État d’esprit en Haute-Loire, 1940-1944 : des refuges aux maquis, Le Puy-en-Velay, éd. des Cahiers de la Haute-Loire, 2003
  • Ahmed Chafchafi, Le Velay septentrional, morphogenèse et morphostructure, Saint-Étienne, Presses universitaires, coll. des études foréziennes, 1997
  • Gilles Charreyron, Politique et Religion. Protestants et catholiques de la Haute-Loire, Clermont-Ferrand, Presses de l'Université Blaise-Pascal, coll. Études sur le Massif central, 1990
  • André Crémillieux, Philippe Moret, Auguste Rivet et Pierre Burger, Voyage au pays des béates, Clermont-Ferrand, éd. de Borée, 2003
  • Mauricette Fournier, Les Dynamiques industrielles d’une moyenne montagne : innovations, initiatives en Auvergne et Velay, Clermont-Ferrand, Publications de la Faculté des lettres, 1998
  • Christophe Granier, Jean de Hédouville, Sylviane Hugon (éd.), Atlas pratique de la Haute-Loire, Le Puy-en-Velay, Cartographie & Décision, 1996
  • Yves Lequin, Les Ouvriers de la région lyonnaise (2 vol.), Lyon, Presses universitaires, 1977
  • Christian Lauranson-Rosaz, L'Auvergne et ses marges (Velay, Gévaudan) du VIIIe siècle au XIe siècle. La fin du monde antique ?, Le Puy-en-Velay, éd. des Cahiers de la Haute-Loire, 1987, réédition 2007
  • René Lebeau (dir.), Atlas et Géographie de la région lyonnaise, Paris, Flammarion, coll. Portrait de la France moderne, 1970
  • Pierre Mazataud, Géopolitique d'une région : l'Auvergne, Nonette, Créer éd., 1987
  • Jean Merley, L'Industrie en Haute-Loire de la fin de la Monarchie de Juillet aux débuts de la Troisième République, Lyon, éd. du Centre d'histoire économique et sociale de la région lyonnaise, 1972
  • Jean Merley, La Haute-Loire, de la fin de l'Ancien Régime aux débuts de la Troisième République (2 vol.), Le Puy-en-Velay, éd. des Cahiers de la Haute-Loire, 1974
  • Philippe Moret (éd.), Monistrol d'antan, Monistrol, Court imp., 1988
  • Auguste Rivet, La Vie politique dans le département de la Haute-Loire de 1815 à 1974, Le Puy-en-Velay éd. des Cahiers de la Haute-Loire, 1978
  • Auguste Rivet (dir.), Politique nationale et Politique locale en Haute-Loire, XIXe siècle-XXe siècle, Le Puy-en-Velay, éd. des Cahiers de la Haute-Loire, 2004
  • Marcel Romeyer, Monistrol de l'ère nouvelle, Monistrol, Court imp., rééd. 1994
  • Louis Simmonet, Le Peuplement dans l'Antiquité en Velay. Occupation des sols et économie, Le Puy-en-Velay, éd. des Cahiers de la Haute-Loire, 1984

Périodiques[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Sur l'origine du nom, Géraud Lavergne indique que « monasteriolum désigne à l'époque carolingienne un cœnobiolum, un petit monastère, l'obédience d'une abbaye plus importante. Ce nom n'est pas moins répandu en toponymie que monasterium. La forme du latin vulgaire, monisteriolum, dans lequel l'accent a été avancé sur l' o ouvert du suffixe, est commune à la France du Midi, du Centre et de l'Est. On la trouve fixée dans Ménestérol (Dordogne), autrefois Monesterol. L'affaiblissement de la semitonique en e et l'élision du second e atone au XIIIe siècle a amené une série de formes dans lesquelles la tonique reste o, se diphtongue en -ue, eu (réduit à u), ou passe à -au : Monistrol (Haute-Loire), Monestrol (Aude, Haute-Garonne), Menétrol (Puy-de-Dôme), Menétréol (Cher), Menetréols (Indre), Menetreuil (Saône-et-Loire), Menestruel (Ain), Menetreux (Côte-d'Or), Menetru (Jura), Menestreau (Loiret, Nièvre) et Menétreau (Cher, Nièvre) » (« Les noms de lieux d'origine ecclésiastique », Revue d'histoire de l'Église de France, 1929, vol. 15, n°66, pp. 31-49).
  2. Selon les vers d'A. Boncompain de 1934, cf. site Tèrras occitanas de Velai e Vivarés
  3. On parle pour désigner ce granite hercynien, très érodé et aisé à la taille, de « granite du Velay » (généralement ocre à Monistrol). Cf. Jean-Noël Borget, in Haute-Loire, Paris, Gallimard, « Guides Gallimard », pp. 16-17, et Régis Thomas, in op. cit., pp. 50-51.
  4. Malgré le bassin sédimentaire d'effondrement de Bas, qui date de l'ère tertiaire. Un projet pour rendre la fleuve navigable jusqu'au Chambon de Monistrol, en 1701, n'aboutit jamais malgré les efforts de Pierre de La Gardette (A. Desaunais, P. Simond, « Roanne et la haute Loire navigable », Les Études rhodaniennes, 1935-11, pp. 39-52).
  5. in Haute-Loire, Paris, Gallimard, « Guides Gallimard », 1998, rééd. 2002, p. 166
  6. Source : calculateur ViaMichelin.fr
  7. Marcel Romeyer, Monistrol de l'ère nouvelle, Monistrol, Court imp., rééd. 1991.
  8. Le patois du nord-est du Velay, à la différence de celui du bassin ponot, se rattache à l'occitan vivaro-alpin, dialecte de transition entre le Francoprovençal du Forez et les parlers occitans plus méridionaux. Ainsi, « vie » se dit via à Monistrol et vida au Puy. Cf. Jean-Baptiste Martin, in Haute-Loire, Paris, Gallimard, « Guides Gallimard », 1998, rééd. 2002, p. 36.
  9. Cf. aussi les remarques de Christian Lauranson-Rosaz (voir infra) sur les influences méridionales dans la culture vellave du haut Moyen Âge.
  10. Cette attraction remonte probablement au moins au dynamisme commercial lyonnais de la Renaissance (XVIe siècle).
  11. Si l'on suit un texte tardif, la translatio sancti Georgii, issue d'un lectionnaire de l'Église du Puy (1420), l'évêque du Puy Norbert « dut composer avec le vicomte [de Polignac, qui avait contesté son investiture par le roi] et lui abandonner la cité de Saint-Paulien d'où il transporta à Monistrol les reliques de saint Marcellin » (Christian Lauranson-Rosaz, L'Auvergne et ses marges (Velay, Gévaudan) du VIIIe au XIe siècle. La fin du monde antique ?, Le Puy-en-Velay, éd. des Cahiers de la Haute-Loire, 1987, rééd. 2007, p. 270, n. 18). La chronologie des événements demeure difficile à établir ; la texte indique que le prédécesseur de Norbert est mort en 877 mais, selon Robert-Henri Bautier (Recueil des actes de Louis II le Bègue, Louis III et Carloman II, rois de France (877-884), Paris, Impr. nat., 1978, introd., p. LXXIV), les événements sont plus tardifs et coïncident avec le retour de Narbonne du roi (881 ou 884), où il est intervenu dans l'élection épiscopale de Théotard. La personnalité même de Norbert fait problème, la tradition l'identifiant au frère du comte de Poitiers alors que Robert-Henri Bautier (Ibid.) l'assimile au notaire-chancelier de Carloman et au frère de Guillaume le Pieux. Dans cette perspective, le transfert des reliques daterait de la fin du IXe.
  12. Marcellin, à qui est dédiée l'église de Monistrol, est traditionnellement qualifié d'évêque du Puy mais, pour Christian Lauranson-Rosaz (op. cit., p. 228, n. 384), il pourrait s'agir du premier évêque d'Embrun (v. 354), dont une partie des reliques servent à fonder l'abbaye de Chanteuges, à faible distance de Saint-Paulien. À Monistrol sont également conservées des reliques des saints catalans Abdon et Sennen, ainsi que celle du cisalpin Claudien. Pour Christian Lauranson-Rosaz, ces éléments, cette onomastique et cette invocation de personnages prestigieux « sont autant de révélateurs d'un esprit et d'une culture dont les sources sont délibérément recherchées dans le Sud » (op. cit., p. 246).
  13. Voir à ce sujet l'article de Georges Paul, « Monistrol-sur-Loire et les évêques du Puy », Bulletin [...] de la Société académique du Puy et de la Haute-Loire, 1935, t. XX, pp. 59-87 [Recension : « Chronique d'histoire régionale », Revue d'histoire de l'Église de France, 1936-97, vol. 22, p. 542].
  14. Sur ce sujet, voir Mauricette Fournier, op. cit., et l'article ancien de Philippe Arbos, « L'industrie dans le Velay du Nord-Est », Annales de géographie, 1935, vol. 44, n° 250, pp. 416-420.
  15. Abel Chatelain, « Les migrations temporaires anciennes à Lyon et dans les pays environnants », Revue de géographie jointe au Bulletin de la Société de géographie de Lyon et de la région lyonnaise, 1949, 24-1, pp. 37-50.
  16. Philippe Moret in Haute-Loire, Paris, Gallimard, coll. « Guides Gallimard », 1998, rééd. 2002, p. 33
  17. Cf. le premier tome de sa thèse pionnière d'histoire sociale, Les Ouvriers de la région lyonnaise, Lyon, Presses universitaires, 1977
  18. Le cas de l'industrie du cyle a été étudié par les géographes André Vant et Jacqueline Dupuis (« L'industrie stéphanoise du cycle ou la fin d'un système industriel localisé », Revue de géographie de Lyon, 1993, 68-1, pp. 5-16).
  19. Certaines traces subsistent cependant, comme la surreprésentation des entreprises industrielles de petite taille (10 à 49 salariés), ou, si l'on suit Philippe Moret (Ibid.), un certain esprit d'entreprise.
  20. Philippe Moret, Ibid.
  21. Selon l'INSEE, la sphère d'activité « résidentielle » regroupe 48 % des emplois, la sphère d'activité « industrielle » 39 % (33 % au niveau national). Le secteur agricole est très marginal.
  22. 32 % au recensement de 1999 selon l'INSEE
  23. Jean-Charles Edouard, « La population des villes du Massif central : 1990-1999 », Revue de géographie alpine, 2001, 89-1, pp. 57-73.
  24. Donnée INSEE Auvergne électronique
  25. « C’est sur un domaine privé appartenant à l’ancien maire de Monistrol, Joannès Laval, que les lotissements du domaine de la Rivoire basse se sont constitués à partir de 1972. On compte aujourd’hui environ 300 maisons individuelles » (Cf. Noël Jouenne, Une certaine jeunesse. Incivilités et sentiment d’insécurité en milieu rural périurbain, Étude commandée par la Communauté de communes Les Marches du Velay, décembre 2006, p. 31 — disponible en ligne).
  26. « […] Dans cette commune […] règne une vie mouvementée durant le temps scolaire, au niveau des élèves, des enseignants et du trafic routier intense et saturé aux heures de pointe », notait Noël Jouenne en 2006 (Noël Jouenne, op. cit., p. 28 — disponible en ligne).
  27. À propos du Domaine de La Rivoire, Noël Jouenne analyse ainsi : « conçue aux débuts des années 1970 sur le principe des nouveaux villages, cette aire de lotissements comprend aujourd’hui environ 300 habitations, dont certaines sont d’anciens HLM en accès à la propriété […]. Cet ensemble est construit en dehors des voies d’accès principales, de sorte que la traversée n’est généralement effectuée que par des riverains. Le haut du domaine est plus ancien et constitué d’un habitat recherché, avec des parements en pierres, des haies de séparation sans murets, et une volonté affichée d’un rapprochement avec la nature » (Noël Jouenne, op. cit., pp. 30-31 — disponible en ligne).
  28. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  29. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011
  30. http://www.leprogres.fr/haute-loire/2014/03/27/haute-loire-suivez-le-deuxieme-tour-en-direct
  31. Étiquette portée à l'occasion de sa candidature aux élections cantonales de 2011 (cf. article).
  32. Nuance M-NC selon la classification préfectorale (cf. article). Sa suppléante est la monistrolienne Elisabeth Maître-Duplain.
  33. Cf. article
  34. Donnée ville de Monistrol, 2008.
  35. Site Internet de Notre-Dame-du-Château des Évêques-du-Puy|Château
  36. Site Internet Notre-Dame-du-Château des Évêques-du-Puy|Château
  37. Site Internet Collège du Monteil
  38. Site Internet Collège Notre-Dame-du-Château des Évêques-du-Puy|Château
  39. Site Internet Lycée Léonard de Vinci|Léonard-de-Vinci
  40. Site Internet Lycée Notre-Dame-du-Château des Évêques-du-Puy|Château
  41. Certains travaux soulignent aujourd'hui l'influence de cette période dans la culture du journaliste. Ainsi pour Jacques Thibau, « L’homme qui fonde Le Monde est un enfant de l’Église, recueilli par elle, élevé par elle, lancé par elle dans le monde » (« Le Monde ». Histoire d’un journal, un journal dans l’Histoire, Paris, Simoën, 1978)
  42. Aucune liaison régulière par transports en commun ne relie la gare au centre-ville.
  43. Horaires sur le site du conseil général
  44. Ligne assurée par le transporteur VHL EST.
  45. Ligne assurée par le transporteur VOYAGES GOUNON.
  46. Ligne assurée par le transporteur AUTOCARS DRIOT-MASSON.
  47. Installées à Monistrol en 1634 par l'évêque du Puy Just de Serres, les Ursulines sont encore présentes aujourd'hui dans ces murs.
  48. Classé en 1953 (voir infra).
  49. Sur les Sœurs de Saint-Joseph, voir Patricia Byrne, « Sisters of St. Joseph: The Americanization of a French Tradition », U.S. Catholic Historian, vol. 5, no. 3/4, Catholic University of America Press.
  50. Établis à Monistrol en 1627 à la demande de l'évêque du Puy Just de Serres, dans la cadre du mouvement de Réforme catholique. Les bâtiments, composites, ne font pas à ce jour l'objet d'une protection au titre des monuments historiques.
  51. De 1825 à la Séparation des Églises et de l'État en 1905. L'édifice de la place Néron abrita ensuite la mairie, avant son transfert dans les bâtiments de la nouvelle école du Prévescal, et la justice de paix.
  52. Lycée professionnel privé, fondé en 1954 par l'abbé Pierre Cellier, sous le nom d'École technique privée — et surnommée pour cette raison la Tech—, pour répondre aux besoins des chefs d'entreprise de la région (cf. site du LPP).
  53. Acheté par la ville de Monistrol dans les années 1980, à l'instigation de la Société d'histoire, le Donjon a fait l'objet d'une campagne de restauration dans les années 2000.
  54. Monistrol au fil du temps (cf. site de l'Office de tourisme).
  55. Mentions modestes in Frank Lestringant, « 1492 et la connaissance », Histoire, économie et société, 1993, vol. 12, n° 12-3, pp. 355-363.
  56. Voir à ce sujet l'article de Geneviève Bresc-Bautier (« Le musée imaginaire de Pierre Vaneau, sculpteur du Puy (1653-1694) », Revue de l'art, 1990-97, pp. 59-83), qui retrace les sources de Vaneau, perçu comme emblématique de la sculpture provinciale française sous Louis XIV.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :