Monique Loudières

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Monique Loudières est une danseuse étoile de l'Opéra de Paris née en 1956.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après cinq années d’études à l’École de Danse de l’Opéra de Paris de 1967 à 1972, Monique Loudières est engagée dans le corps de ballet à l’âge de 16 ans et aborde ses premiers rôles de soliste à 19 ans avec L'Oiseau bleu, Le Spectre de la rose et Auréole.

En 1981, Rudolf Noureev la choisit pour danser Kitri dans sa production de Don Quichotte. Suite à cette interprétation, Rosella Hightower, alors directrice de la danse du Ballet de l'Opéra de Paris, la nomme « danseuse étoile » en 1982. Elle est considérée comme l'une des plus talentueuse danseuse étoile de l'Opéra de sa génération.

Dès lors, elle danse tout le répertoire classique et néoclassique, avec une prédilection pour les grandes héroïnes dramatiques telles que celles des ballets Giselle, Roméo et Juliette, Manon, Notre-Dame de Paris ou Eugène Onéguine. Elle est particulièrement inspirée par Jerome Robbins (In the Night, Dances at a Gathering, The Concert ou Other Dances) et interprète les œuvres des plus grands chorégraphes actuels tels que Maurice Béjart, John Neumeier, George Balanchine, Serge Lifar, Jiri Kylian, Paul Taylor, Roland Petit, Kenneth MacMillan, Martha Graham, Twyla Tharp, Alvin Ailey, William Forsythe et la Giselle de Mats Ek.

Elle aborde également le répertoire contemporain avec Daniel Larrieu, Christine Bastin, Joëlle Bouvier, Régis Obadia, Blanca Li.

Elle est l’étoile invitée de nombreuses compagnies, telles que le Boston Ballet, la Scala de Milan, le Ballet de Hambourg , le Ballet de Stuttgart, le Staatsoper de Berlin, le Sadler's Wells Royal Ballet, le Tokyo Ballet, le Teatro Colón de Buenos Aires ou le festival de La Havane.

Monique Loudières a bénéficié de l’enseignement de grands maîtres tels qu'Yves Brieux, Raymond Franchetti, Yvette Chauviré, Pierre Lacotte, Violette Verdy et Rudolf Noureiev qui a été aussi son partenaire dans la plupart de ses productions. C’est pourquoi elle a le désir de transmettre son expérience aux nouvelles générations de danseurs. Elle devient professeur et répétitrice pour le Prix de Lausanne, Europa Dance, l’Opéra de Paris...

En 1991, Dominique Delouche lui consacre un documentaire intitulé Comme les oiseaux.

En 2000 Rosella Hightower lui demande alors de devenir la nouvelle directrice de son école internationale l'École supérieure de danse de Cannes, elle accepte de lui succéder au poste de directrice artistique et pédagogique à partir de septembre 2001, poste qu'elle occupera jusqu'en début 2009[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Pierre Largillet, « Cannes : hommage unanime à Rosella Hightower », dans WebTimesMedia, 7 novembre 2008, en ligne www.rivierabiz.com

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]