Monica Lovinescu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Monica à Paris, mai 1994

Monica Lovinescu, née en novembre 1923 à Bucarest (Roumanie) et morte le 20 avril 2008 à Paris[1], est une écrivaine, critique littéraire et journaliste roumaine. Elle était la fille d'un autre personnage de la vie littéraire en Roumanie : Eugen Lovinescu (en).

Son activité a été aussi marquée par son opposition au régime communiste, et à son dirigeant, Gheorghe Gheorghiu-Dej, ce qui l'a obligée à fuir la Roumanie et à venir s'installer en France (à Paris) en septembre 1947. Elle obtient, avec son mari Virgil Ierunca (philosophe, poète et critique littéraire), l'asile politique en 1948. Monica et Virgil ne purent retourner à Bucarest qu'un an après la chute de Nicolae Ceaușescu en décembre 1989.
Elle a vécu jusqu'à sa mort à Paris.

Monica à Bucarest en septembre 1993
Virgil Ierunca et Monica Lovinescu

Diplômée en lettres de l'université de Bucarest, Monica Lovinescu fait ses débuts en littérature dans le Vremea magazine, puis travaille régulièrement (chroniques et critiques théâtrales) pour les revues Revista Fundațiilor Regale et Democrația.

Elle a publié de nombreux ouvrages sous les pseudonymes Monique Saint-Come ou Claude Pascal[2]. Après avoir fui son pays, elle continue à écrire en France, et ses articles sont publiés dans de nombreux magazines : Kontinent (en), Les Cahiers de l'Est, et L'Alternative. Elle a participé à l'ouvrage Histoire des spectacles (Éditions Gallimard) et à de nombreuses traductions.

Proche d'Eugène Ionesco, elle travaille de 1951 à 1974 pour l'Office de radiodiffusion télévision française (ORTF) et Radio Free Europe où elle anime les cycles « Teze si antiteze la Paris » et « Actualitatea culturala romaneasca » qui obtiennent un vif succès en Roumanie.

Sa vie et ses œuvres ont été surtout orientées vers la critique littéraire et théâtrale, mais aussi vers la critique sévère du régime politique roumain de l'époque[3],[4].

Son époux Virgil Ierunca, né le 16 août 1920, participe avec elle à toutes les publications politiques[5].

Virgil Ierunca s'est éteint le 28 septembre 2006, dans un hôpital de la région parisienne.

Publications en roumain[modifier | modifier le code]

  • Unde scurte. I (Ed. Limite, Madrid, 1978)
  • Unde scurte (Ed. Humanitas, 1990)
  • Întrevederi cu Mircea Eliade, Eugen Ionescu, Ștefan Lupașcu și Grigore Cugler (en) (Ed. Cartea Românească, 1992)
  • Seismografe. Unde scurte II (Ed. Humanitas, 1993)
  • Posteritatea contemporană. Unde scurte III (Ed. Humanitas, 1994)
  • Est-etice. Unde scurte IV (Ed. Humanitas, 1994)
  • Pragul. Unde scurte V (Ed. Humanitas, 1995)
  • Insula Șerpilor. Unde scurte VI (Ed. Humanitas, 1996)
  • La apa Vavilonului. I (Ed. Humanitas, 1999)
  • La apa Vavilonului. II (Ed. Humanitas, 2001)
  • Diagonale (Ed. Humanitas, 2002)
  • Jurnal 1981–1984 (Ed. Humanitas, 2003)
  • Jurnal 1985–1988 (Ed. Humanitas, 2003)
  • Jurnal 1990–1993 (Ed. Humanitas, 2003)
  • Jurnal 1994–1995 (Ed. Humanitas, 2004)
  • Jurnal 1996–1997 (Ed. Humanitas, 2005)
  • Jurnal 1998–2000 (Ed. Humanitas, 2006)

Références[modifier | modifier le code]

  1. Article de roumanie.com
  2. « Blouse Roumaine »
  3. Revue La nouvelle-alternative
  4. Roumanie.com
  5. biographie de Monica et Virgil

Liens externes[modifier | modifier le code]