Trisomie 21

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Mongolien)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Down.
Page d'aide sur les redirections Pour le groupe musical, voir Trisomie 21 (groupe).
Trisomie 21
Classification et ressources externes
Drill.jpg
Garçon atteint de trisomie 21.
CIM-10 Q90
CIM-9 758.0
OMIM 190685
DiseasesDB 3898
MedlinePlus 000997
eMedicine ped/615 
MeSH D004314
Wikipédia ne donne pas de conseils médicaux Mise en garde médicale
Down Syndrome Risk by Maternal Age-semilog.svg

La trisomie 21 (parfois syndrome de Down ou, anciennement, mongolisme), est une anomalie chromosomique congénitale provoquée par la présence d'un chromosome surnuméraire pour la 21e paire. Ses signes cliniques sont très nets, un retard cognitif est observé, associé à des modifications morphologiques particulières. C'est l'une des maladies génétiques les plus communes, avec une prévalence de 9,2 pour 10 000 naissances vivantes, aux États-Unis[1]. L’incidence est d'environ 1 pour 800 naissances, toutes grossesses confondues et varie en fonction de l'âge de la mère : environ 1/1 500 à 20 ans, 1/900 à 30 ans et 1/100 à 40 ans[2].

L'un des traits les plus notables est le déficit du développement cognitif, mais aussi des malformations congénitales comme des cardiopathies[3]. Le QI des enfants atteints de trisomie 21 est extrêmement variable. Un certain nombre de patients souffrent de complications dites « orthopédiques » imposant l'hospitalisation[4]. Les anomalies musculo-squelettiques sont souvent source de complications. Avec les progrès de la médecine et le suivi paramédical (telle que l’orthophonie), la qualité de vie des personnes trisomiques 21 s’est considérablement améliorée, ainsi que leur espérance de vie.

Épidémiologie[modifier | modifier le code]

La trisomie 21 est l'explication la plus fréquente de retard mental, à l'origine de 25 % des handicaps mentaux chez les enfants d’âge scolaire[5]. Il s’agit, parmi les anomalies chromosomiques observées en cours de grossesse, de celle dont l’incidence est la plus élevée : aux alentours de 1/770 naissances soit 1,3/1 000 naissances. cette incidence s’accroît avec l'âge de la mère. Actuellement, avec l'utilisation des techniques modernes de dépistage, la proportion a été portée à 1/2 000 naissances. En France, 65 000 à 70 000 personnes atteintes de la trisomie 21 sont recensées[6]. Néanmoins, la prévalence tend à s’accroître, en raison de l'allongement de vie des trisomiques[7].

Il s'agit d'une cause fréquente d'interruption médicale de grossesse : aux États-Unis, elle concerne entre 50 et 85 % des cas de trisomie diagnostiquée avant la naissance[8].

Clinique[modifier | modifier le code]

Manifestations cognitives[modifier | modifier le code]

La trisomie 21 libre complète et homogène, la forme la plus fréquente, s'accompagne habituellement d'une déficience intellectuelle variable, souvent légère[9], et il faut insister sur les points suivants :

  • l'importance de cette déficience est très variable d'une personne à l'autre, au même titre que les capacités intellectuelles des individus sains. Certaines personnes trisomiques 21 atteignant l'âge adulte savent lire et écrire avec aisance et ont une autonomie pratiquement complète quand d'autres ont une faible autonomie ;
  • il n'y a pas de lien direct entre la rapidité du développement psychomoteur du jeune enfant et ses performances à l'âge adulte, tout comme pour les enfants sains : contrairement à une idée reçue, les enfants précoces (parce que très stimulés) ne sont pas toujours des surdoués ;
  • il est très difficile d'évaluer les capacités intellectuelles d'une personne trisomique 21, car la plupart des épreuves psychométriques requièrent des capacités de coordination motrice ou visuelle, de tonus musculaire, de langage ou de communication qui font que les capacités intellectuelles des personnes trisomiques 21, souvent peu performantes dans ces domaines, sont fréquemment sous-évaluées.

Pour les trisomies en mosaïque, la situation est plus complexe car la proportion de cellules trisomiques 21 dans le cerveau n'est pas connue. Dans quelques rares cas de trisomie 21 dérivée d'une translocation, les capacités intellectuelles peuvent être normales.

Manifestations physiques[modifier | modifier le code]

Chaque enfant est unique et le handicap se traduit pour chacun d'une manière personnelle[10]. Les signes de la trisomie 21 changent avec l'âge. Le signe le plus fréquent est l'hypotonie musculaire globale (tous les muscles sont mous) associée à une hyperlaxité des ligaments articulaires (les articulations sont anormalement souples).

Certains signes physiques permettent souvent le diagnostic de la trisomie 21 :

  • la tête est petite et ronde avec un visage plutôt aplati et une nuque plate. Les fentes des paupières sont obliques, en haut et en dehors, les yeux sont très écartés. Il y a souvent un strabisme ou un nystagmus (mouvements pendulaires anormaux des yeux). Les iris, lorsqu'ils sont clairs, peuvent avoir des taches blanches caractéristiques, dites de Brushfield. La racine du nez est peu marquée en raison du moindre développement des os du nez et s'accompagne d'un épicanthus, repli cutané formant comme une troisième paupière. Les pavillons des oreilles sont petits et mous, avec des conduits auditifs souvent étroits. le palais est parfois ogival et la langue peut sortir de la bouche (en position de repos, la langue est normalement collée au palais qui se développe sur elle, chez les trisomiques 21, elle est en position basse ce qui entraîne une insuffisance de développement du palais) ;
  • le cou est parfois court et large, le thorax déformé, l'abdomen mou avec un écart des muscles abdominaux grands droits, source de hernie ombilicale, le pénis est souvent petit avec des testicules fréquemment non descendus dans les bourses ;
  • les mains sont souvent trapues, avec une inclinaison du 5e doigt vers l'intérieur. Les doigts sont courts car les phalanges du milieu y sont trop courtes (brachymésophalangie). Dans la paume de la main, les plis peuvent être horizontaux, il existe souvent un seul pli transverse. L'examen à la loupe des dermatoglyphes (petits reliefs cutanés présents sur la pulpe des doigts et sur les paumes) montre aussi des figures spécifiques ;
  • les pieds sont, eux aussi, courts, avec un grand espace entre les deux premiers orteils, et assez souvent une mauvaise implantation d'un ou plusieurs orteils. Il peut exister des syndactylies (fusion de deux doigts ou orteils) aux mains ou aux pieds.

À la naissance, le médecin recherche systématiquement certains types de malformations :

Aucune personne trisomique 21 ne présente l'ensemble de ces malformations qui peuvent être parfois très discrètes et parfaitement compatibles avec une vie épanouie.

Diagnostic[modifier | modifier le code]

Caryotype d'un garçon trisomique

La trisomie 21 est une anomalie chromosomique définie par la présence d'un 3e exemplaire plus ou moins complet du chromosome 21. Dans 95 % des cas, il s'agit d'une trisomie 21 dite « libre » (par non-disjonction méiotique) et homogène. Dans 2 à 3 % des cas, il s'agit d'une mosaïque. Enfin, dans 2 à 3 % des cas restants, il s'agit d'une trisomie dite « non libre », c'est-à-dire que la partie surnuméraire du chromosome 21 est fusionnée avec un autre chromosome[11].

Le diagnostic ne peut se faire que par la mise en évidence du chromosome 21 supplémentaire lors d'un examen génétique, généralement par analyse du caryotype ou par hybridation in situ en fluorescence.

Trisomie libre[modifier | modifier le code]

La présence d'un troisième chromosome 21 est la cause de la pathologie. Le mécanisme de la présence du chromosome supplémentaire est important à connaître pour le conseil génétique. La réalisation du caryotype permet de connaître le mécanisme.

La formule chromosomique de la personne atteinte de trisomie 21 est donc : « 47, 21+ ». Le chromosome 21 supplémentaire vient presque toujours de la mère. L'origine de cette maladie génétique se situe lors de la gamétogénèse, et plus précisément lors de la répartition des chromosomes homologues au cours de la méiose.

-- Lors de l'anaphase 1: les chromosomes homologues de la paire n°21 appariés en bivalent ne se sont pas séparés et ont migré vers un même pôle.

-- Lors de l'anaphase 2 : les deux chromatides du chromosome 21 ont migré vers un même pôle après clivage du centromère. Donnant ainsi un trisome et un monosome. Sachant que le monosome n'est pas viable.

Trisomie non libre[modifier | modifier le code]

Translocation d'un bras du chromosome 21 sur le chromosome 14

Il s'agit de la fusion de deux chromosomes 21 par le mécanisme dit de translocation. Il s'agit donc d'un chromosome apparent ayant le contenu génétique de deux chromosomes. La formule chromosomique de la personne atteinte de cette forme de trisomie 21 est donc « 45,XY der(21)t(21;21) » ou « 45,XX der(21)t(21;21) ».

La trisomie 21 par translocation est dans certains cas héritée de l'un des parents. Il faut dans ce cas pratiquer un caryotype chez les parents pour identifier le porteur de l'anomalie.

Pronostic[modifier | modifier le code]

Il dépend essentiellement de la réparation des malformations cardiaques associées. La durée de vie dépasse les cinquante ans[7]. la cause des décès est surtout cardiaque et pulmonaire[7].

L'obésité est fréquente[12].

L'hypothyroïdie se voit jusqu'à un tiers des cas[7]. Il existe un risque accru d'ostéoporose[13].

Une femme trisomique peut être fertile et le risque de transmettre l'anomalie à la descendance est de 50%[7].

Dépistage prénatal[modifier | modifier le code]

Le diagnostic prénatal est possible, il s'effectue soit au premier trimestre, à partir d'un prélèvement de villosités choriales ou choriocentèse qui est fait à partir de 11 semaines jusqu'à 14 semaines, soit par ponction de liquide amniotique au-delà de 14 semaines. Le risque d'avortement iatrogène est plus élevé lors d'une choriocentèse (environ 1 %) et le choix du prélèvement est fait en fonction du degré d'urgence et de l'indication médicale. Lorsque l'âge gestationnel est très avancé (vers la 30e semaine) un prélèvement de sang fœtal en ponctionnant le cordon ombilical peut être réalisé. Il permet d'obtenir un résultat rapidement car la culture de cellules sanguines (généralement de lymphocytes) ne demande que quelques jours alors qu'il faut plusieurs semaines pour les amniocytes.

La recherche d'ADN fœtal circulant dans la circulation maternelle est techniquement possible mais onéreuse, elle n'est pas remboursée (en 2014) par l'assurance maladie française ; c'est le dépistage non-invasif de la trisomie 21 [14], ou TGNI[15]. L'étude SEHDA (séquençage à haut débit des aneuploïdies) confirme une sensibilité (99,79 % chez les femmes à risque modéré) et une spécificité du test supérieures à 99 % : il permet d'éviter 95 % des gestes invasifs, soit amniocentèse, soit biopsie [16].

Plusieurs études conduites aux États-Unis ou au Royaume-Uni ont montré que 90 à 93 % des grossesses ayant donné lieu au diagnostic de trisomie 21 ont été interrompues[17],[18]. En France, le pourcentage d’interruption de grossesse à la suite d'un diagnostic prénatal de trisomie 21 est de 96 %[19].

Évaluation[modifier | modifier le code]

Le principe de l'évaluation consiste à évaluer la probabilité de trisomie 21 afin de décider si le risque de la ponction est tolérable. Le but de l'évaluation du risque est, lorsqu'il est élevé, de permettre aux futurs parents de décider de pratiquer une amniocentèse, qui permettra le diagnostic. Le seuil de tolérance est un choix arbitraire, il est en effet difficile de comparer la possibilité de faire éliminer un fœtus sain avec celle de donner naissance à un enfant trisomique[réf. nécessaire].

Le but des examens de dépistage est, en fonction d’un ou de plusieurs paramètres cliniques ou paracliniques, de séparer les femmes enceintes en deux sous-populations : une population dont le risque est jugé bas et pour laquelle il doit être abstenu de réaliser tout prélèvement invasif en expliquant néanmoins que l'anomalie peut être présente, et une population estimée à haut risque pour laquelle un examen invasif va être proposé au couple après information concernant le risque lié à la méthode de diagnostic employée. L'évaluation d'un risque fait appel aux méthodes statistiques et de probabilité suivantes : avoir des signes pertinents, c'est-à-dire connaître la sensibilité, la spécificité, la valeur prédictive positive et négative et enfin la prévalence du signe. Calculer la probabilité individuelle d'un patient d'avoir une pathologie donnée après passage d'un test de dépistage et en partant d'un risque initial déterminé dans la population à laquelle appartient ce patient : utilisation du théorème de Bayes[réf. nécessaire].

Ce tableau inspiré de l'article paru dans le British Medical Journal résume l'ensemble des signes disponibles dans le cadre d'un dépistage de la trisomie 21. Les marqueurs en italique sont en cours d'évaluation[20].

Différents marqueurs pour le dépistage de la trisomie 21
Marqueurs Risque augmenté si
Marqueur clinique
Âge Élevé
Marqueurs sériques au premier trimestre
Bêta-hCG libre Élevée
PAPP-A Bas
ADAM12 Basse
Marqueurs sériques au deuxième trimestre
Alpha-fœtoprotéine Basse
Estriol libre Bas
HCG totale Élevée
Inhibine Élevée
Marqueurs échographiques
Épaisseur de la clarté nucale Élevée
Os propres du nez Absents
Index de pulsatilité du ductus venosus Élevé
Régurgitation de la valve tricuspide Présente

Au premier trimestre[modifier | modifier le code]

Échographie[modifier | modifier le code]

Cette technique d'évaluation de la trisomie 21 (et des autres aneuploïdies) doit beaucoup au Professeur K. Nicolaides de la Fetal Medicine Foundation de Londres.

Le marqueur échographique utilisé est la clarté nucale. La technique de mesure doit répondre à des critères stricts.

Il existe un autre marqueur échographique mais de mesure plus délicate : l'os propre du nez.

Méga vessie chez un embryon de 11 semaines porteur d'une trisomie 21
Vessie normale chez un embryon de 12 semaines
Biologie[modifier | modifier le code]

Les substances utilisées sont l'HCG libre et la PAPP-A (Pregnancy-associated plasma protein (en) ).

Le dépistage par ces marqueurs sériques se fait entre la 11e et la 14e semaine aménorrhée sur une simple prise de sang.

Les facteurs pris en compte pour le calcul du risque de trisomie 21 sont l'âge maternel, le terme de la grossesse, le poids et le tabagisme de la future maman ainsi que les antécédents de trisomie 21 dans la famille. Dernier marqueur indispensable : la clarté nucale, qui est mesurée lors de l'échographie du 1er trimestre.

Au second trimestre[modifier | modifier le code]

Échographie[modifier | modifier le code]

Aucun signe échographique n'est symptomatique de la trisomie 21. Néanmoins, un certain nombre d'anomalies mineures ou majeures qui se rencontrent plus fréquemment dans cette maladie chromosomique peuvent être mis en évidence.

Anomalies mineures 
  • hypoplasie ou absence des os propres du nez,
  • fémur court, inférieur au 5e centile pour l'âge,
  • épaisseur de nuque supérieure à 6 mm à 20 semaines,
  • écartement important entre le premier et le deuxième orteils,
  • brièveté de la deuxième phalange du cinquième doigt (brachymésophalangie),
  • langue protruse...
Anomalies majeures 
  • des malformations cardiaques (canal atrio-ventriculaire et en particulier) (dans 40 % des cas),
  • des sténoses digestives (dans 10 à 18 % des cas) (image en « double bulle » de sténose duodénale).

Le dépistage du deuxième trimestre prend également en compte les mesures échographiques du 1er trimestre et ce qui est appelé un « risque séquentiel intégré » doit être calculé. Comme pour le dépistage du premier trimestre, celui-ci permet de limiter le nombre d'amniocentèses dû à l'intégration de la clarté nucale dans le calcul.

Biologie[modifier | modifier le code]

L'évaluation se fait entre « 14+0 » semaines d'aménorrhée et « 17+6 » semaines d'aménorrhée. Les marqueurs utilisés sont l'alpha-fœtoprotéine et l'HCG libre. Certains laboratoires ajoutent l'estriol plasmatique mais le recours à ce troisième marqueur n'augmente pas la sensibilité et il est de fait peu fréquent. Cette technique d'évaluation par trois marqueurs sériques se nomme le triple test. Certains laboratoires pondèrent le résultat en fonction du poids de la patiente et/ou du nombre de cigarettes fumées par jour ainsi qu'avec les antécédents de trisomie 21 s'il y en a dans la famille proche (père, mère, frères et sœurs des parents et grands-parents).

Calcul[modifier | modifier le code]

Cette section doit être recyclée. Une réorganisation et une clarification du contenu sont nécessaires. Discutez des points à améliorer en page de discussion.

Le calcul de la probabilité est basé sur une probabilité a priori qui est fonction de l'âge gestationnel et de l'âge de la mère. Cette probabilité diminue pendant la grossesse car environ 30 % des fœtus atteints de trisomie 21 décèdent in utero.

Avant le test, une femme a un risque d'avoir un fœtus atteint de trisomie 21 : c'est la probabilité pré-test. Après le test, une femme a un risque d'avoir un fœtus atteint de trisomie 21 : c'est la probabilité post-test. Le rapport de vraisemblance ou likehood ratio est le nombre multiplicateur qui permet de passer de la probabilité pré-test à la probabilité post-test.

Si un signe est présent parmi 50 % des fœtus atteints de trisomie et 5 % chez les fœtus non atteints, le rapport de vraisemblance est de 10 c'est-à-dire que le risque est multiplié par 10. Le rapport de vraisemblance est aussi vrai dans l'autre sens. Si un signe est présent parmi 20 % des fœtus atteints de trisomie et 40 % chez les fœtus non atteints, le rapport de vraisemblance est de 0,5 c'est-à-dire que le risque est divisé par deux.

Il faut aussi être sûr que les signes utilisés ne soient pas liés entre eux c'est-à-dire que l'un ne dépende pas de l'autre. Il faut que les signes soit statistiquement indépendants.

La probabilité donnée par la mesure de la clarté nucale et la probabilité calculée au moyen des dosages de l'hCG et de l'alpha-fœto-protéine (la prise de sang proposée en France à toutes les femmes enceintes) est l'intégration de tous les rapports de vraisemblance, qui demande l'utilisation d'un logiciel.

  • La probabilité à partir de laquelle un caryotype est réalisé dépend des pays : elle est de 1/300 en Angleterre et de 1/250 en France.

Controverses[modifier | modifier le code]

Le développement croissant des techniques de dépistage prénatal et le recours fréquent à l'interruption médicale de grossesse (96 % des fœtus trisomiques détectés par amniocentèse sont avortés) posent des questions d'ordre éthique qui peuvent donner lieu à des accusations d'eugénisme. Jean-Marie Le Méné, président de la Fondation Jérôme-Lejeune, considère ainsi que « la multiplication de tous les eugénismes individuels produit un eugénisme collectif. »[21] L’écrivain Bruno Deniel-Laurent, dans Éloge des phénomènes, un essai publié en 2014, pose aussi la question de l'eugénisme[22]. Le Collectif les Amis d'Éléonore est une association qui interpelle régulièrement les hommes politiques sur cette question, prétendant que les recours très fréquents à l'interruption médicale de grossesse envoient un message dévalorisant aux personnes affectées[23].

Recherche[modifier | modifier le code]

La recherche tente actuellement non pas de supprimer les chromosomes en trop, mais d'annuler leur influence. Plusieurs pistes thérapeutiques sont actuellement à l’étude, dont certaines donnent déjà lieu à des essais cliniques : l’un, mené en Espagne, concerne l’enzyme DYRK1A (en)[24], l’autre, mené par les laboratoires Roche, concerne le neurotransmetteur GABA[25]. Par ailleurs, la Fondation Lejeune a déposé en 2011 un brevet sur une molécule potentiellement thérapeutique[26]. Chez la souris de laboratoire traitée dès la naissance un agoniste de la signalisation hedgehog améliore le comportement et les résultats à l'épreuve du labyrinthe de Morris[27].

Mémoire[modifier | modifier le code]

Les personnes porteuses de la trisomie 21 auraient une moindre activité du gyrus denté de l'hippocampe. Ceci serait l'une des explications de la déficience variable de la mémoire de ces sujets. Des gènes sur-exprimés seraient en cause et notamment ceux de la cystathionine beta synthase (CBS) et DYRK1A. Des travaux pour mettre au point des inhibiteurs de la CBS et DYRK1A sont en cours. Par ce souci de mémoire, ils ont besoin de repères pour évoluer plus facilement : ils ont des difficultés à « s’adapter » correctement.

Tumeurs[modifier | modifier le code]

La trisomie 21 diminuerait le risque de développer des tumeurs solides[28]. Cela serait (au moins pour les cancers intestinaux) la sur-expression d’un gène présent en trois exemplaires (du moins dans un modèle expérimental de souris de laboratoire caractérisée par une centaine de gènes orthologues du chromosome humain 21), qui réprime (de 44 % chez cette souris) la croissance tumorale dans les cancers intestinaux. Le gène Ets2, déjà identifié comme oncogène semble en cause (quand il est inactivé chez des souris mutées, le nombre de tumeurs devient inversement proportionnel au nombre de copies de Ets2 fonctionnelles, et à la quantité de ses ARN messagers)[29].

40 % de trisomiques peuvent contracter une leucémie.

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1997, des archéologues grecs (équipe Diamandopoulos) décrivent dans le Journal of the History of Neuroscience une statuette découverte près de Thessalonique vieille de sept-mille ans. Celle-ci présente plusieurs caractéristiques qui évoquent le syndrome de Down, ce qui ferait d'elle la plus ancienne représentation sculptée de la maladie[30].

  • Âge du fer, Rome : Equus Domitiani 2, fouille de 1909, conservée à l’antiquarium du Forum romain : squelette d'une jeune fille (121 cm, âge dentaire 13-14 ans) tuée par un coup violent à la tempe, probablement un sacrifice[31].
  • 1475, Qilakitsoq, Groenland : momie 2 : enfant de quatre ans à quatre ans et demi présentant des anomalies osseuses fréquentes chez les trisomiques 21. F. Dunand suppose qu'il a été abandonné par eugénisme[34]. Philippe Charlier en doute, s'étonnant que l'on ait attendu si longtemps[31], la dysmorphie étant visible dès le plus jeune âge.

XIXe siècle et première moitié du XXe siècle : description clinique[modifier | modifier le code]

La première description clinique de la trisomie 21 est faite en 1838 par le médecin français Jean-Étienne Esquirol dans son ouvrage Des maladies mentales considérées sous le rapport médical, hygiénique et médico-légal[35] dans lequel il décrit certains signes cliniques observés chez des individus atteints par la trisomie 21. Il forge aussi le terme de diathèse furfuracée, en avançant le fait que la peau des trisomiques aurait une texture "farineuse".

Le médecin français Édouard Séguin dresse également, en 1846, une description clinique de la trisomie 21 dans son Traitement moral, hygiène et éducation des idiots[36]. S'inspirant des travaux de Jean-Étienne Esquirol, il parle alors d'idiotie furfuracée pour désigner les phénomènes physiques caractéristiques des enfants trisomiques.

John Langdon Haydon Down

La première étude clinique d'envergure sur la trisomie 21 est publiée en 1866 sous la plume d'un médecin aliéniste britannique, John Langdon Down (1828-1896). Dans son mémoire intitulé Observations on a ethnic classification of idiots[37] (en français : Observations sur une classification ethnique des idiots), le médecin applique une classification des personnes souffrant de troubles mentaux en s'inspirant de critères racialistes. Il discerne une variété « éthiopienne », une variété « malaise », une variété « américaine » et un variété « mongolienne ». Cette dernière désigne en fait les individus atteints par la trisomie 21 qu'il décrit ainsi : « Un très grand nombre d'idiots congénitaux sont typiquement mongols [...] Les cheveux ne sont pas noirs, comme chez les vrais Mongols, mais de couleur brune, raides et étriqués. La face est plate et large, et dénuée de proéminence. Les joues sont rondes et élargies latéralement. Les yeux sont placés en oblique, et les canthi internes sont anormalement distants l'un de l'autre. La fissure palpébrale est très étroite. Le front est plissé transversalement [...] Les lèvres sont larges et épaisses avec des fissures transversales. La langue est longue, épaisse, et râpeuse. Le nez est petit. La peau a une teinte légèrement jaunâtre, déficiente en élasticité, donnant l'apparence d'être trop large pour le corps [...] il ne peut y avoir aucun doute que ces caractéristiques ethniques sont le résultats d'une dégénérescence [...] Le type mongolien d'idiotie représente plus de 10 pour cent des cas qui se sont présentés à moi. Ce sont toujours des idiots congénitaux, et jamais la conséquence d'accidents après la vie intra-utérine [...] Ils ont une capacité considérable d'imitation [...] Ils sont comiques [...] Ils sont habituellement capables de parler ; le langage est simplet et indistinct, mais peut être amélioré grandement par une méthode bien dirigée de gymnastique de la langue. La faculté de coordination est anormale, mais pas si défectueuse qu'elle ne puisse être grandement renforcée. »

Si la description clinique de John Langdon Down se révèle d'une grande justesse, à tel point que son nom a servi à désigner la maladie (syndrome de Down), ses conclusions médicales sont fausses puisqu'il écrit aussi dans son mémoire : « Il ne peut y avoir aucun doute : ces caractéristiques ethniques sont le résultat d’une dégénérescence. »

En 1908, le docteur Adolphe Bloch commet la même erreur que John Langdon Down dans son article « Sur le mongolisme infantile dans la race blanche et sur d’autres anomalies qui sont des caractères normaux dans diverses races » publié dans Bulletins et Mémoires de la Société d’anthropologie de Paris où il cherche à établir des comparaisons entre les singularités « aberrantes » des Européens mongoliens et les caractères physiologiques normalement observés chez les individus de « race jaune » : « Les Mongoliens sont des dégénérés, au même titre que les autres idiots, c'est-à-dire que le faciès dit mongolique, comme toutes les autres anomalies, provient le plus souvent d'une maladie ancestrale, comme la tuberculose, le nervosisme, l’alcoolisme ou la syphilis, qui peut se transformer par l’hérédité et ne manifester son influence que par le trouble qu’elle apporte au développement régulier du fœtus. » (cité par Bruno Deniel-Laurent dans son essai Éloge des phénomènes[38]).

1959 : découverte de l'origine chromosomique de la trisomie 21[modifier | modifier le code]

C'est le 26 janvier 1959, avec la publication, signée par les médecins français Jérôme Lejeune, Marthe Gautier et Raymond Turpin, d'un article[39] auprès de l'Académie des sciences et présentant trois cas d'enfants mongoliens que la communauté internationale apprend que la maladie est causée par la présence d'un chromosome surnuméraire au niveau de la 21ème paire. Il y a trois chromosomes 21 au lieu de deux. C'est la première anomalie chromosomique décrite chez l'homme, et c'est la première maladie pour laquelle est mise en évidence la relation entre le génotype et le phénotype. Elle est donc renommée par Jérôme Lejeune, « trisomie 21 », « tri » voulant dire « trois » et « some » voulant dire « chromosome », c’est-à-dire « trois chromosomes 21 ».

XXIe siècle[modifier | modifier le code]

En décembre 2011, l'Assemblée générale des Nations unies a décidé de proclamer le 21 mars Journée mondiale de la trisomie 21, qui sera célébrée chaque année à partir de 2012. Cette date du 21/03 est hautement symbolique : elle fait référence aux 3 chromosomes 21 à l'origine de la maladie. Le but de cette Journée est d'inviter tous les États Membres, les organismes compétents du système des Nations-Unies et les autres organisations internationales, ainsi que la société civile, y compris les organisations non gouvernementales et le secteur privé, à sensibiliser et informer l'opinion publique sur la trisomie 21. Le 21 mars 2014, le Conseil économique, social et environnemental accueille une journée de sensibilisation[40] parrainée par Jean-Paul Delevoye à laquelle participent la philosophe Danielle Moyse, l'écrivain Bruno Deniel-Laurent, Emmanuel Laloux (président du Collectif les Amis d'Éléonore), Frédéric Leturque (maire d’Arras) et Thierry de La Villejegu, directeur général de la Fondation Jérôme-Lejeune et membre honoraire de l'ONG Un cœur pour la paix. Une campagne européenne, « Chère Future Maman » (Dear Future Mum), financée et soutenue par une dizaine d’associations, est aussi lancée le 21 mars 2014, appuyée sur un court-métrage réalisé à Milan par l'agence Saatchi and Saatchi qui rassemble des acteurs italiens, espagnols, anglais et français tous porteurs de trisomie 21[41]. Mise en ligne le 13 mars 2014 sur le site de partage YouTube, cette vidéo a été visionnée plus de quatre millions de fois en moins d'une semaine[42].

Aspects socioculturels[modifier | modifier le code]

Cette section doit être recyclée. Une réorganisation et une clarification du contenu sont nécessaires. Discutez des points à améliorer en page de discussion.
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

Les conséquences de la trisomie 21 dépendent beaucoup de facteurs individuels et familiaux, comme pour tous les enfants, mais aussi de la qualité de la pertinence des rééducations précoces ou pas, des accompagnements spécifiques et du regard porté sur la personne porteuse de trisomie 21. Par ailleurs lorsque l'adulte éducateur pense que l'enfant n'arrivera pas à un niveau d'autonomie sur un point précis, la probabilité est plus forte que l'enfant en effet n'y arrive pas[réf. souhaitée]. Ce facteur accentue fortement les disparités entre les personnes trisomiques, les adultes éducateurs, parents en général, ayant des difficultés à imaginer jusqu'où leur enfant peut aller.

D'une manière générale, on peut noter que la trisomie 21 entraîne un développement neuronal différent, avec une quantité de connexions plus faibles que pour les personnes non porteuses[43]. Ceci entraîne une capacité de traitement des informations plus faible, et donc un délai de traitement plus long. On observe donc très souvent chez la personne porteuse de trisomie 21 un temps de latence, plus ou moins important, entre l'information reçue et la réaction à celle-ci. Ceci explique aussi en partie les difficultés d'expression rencontrées par les personnes porteuses de trisomie 21, qui mettent souvent un peu de temps à exprimer de manière claire ce qu'elle veulent dire. Cet état de fait peut amener certains à écrire ceci : "Entre autres règles de communication, il est recommandé de s'exprimer par des phrases claires et concises, de répondre aux questions avec pertinence et dans un délai court."

Les personnes atteintes de trisomie 21 doivent surmonter les conséquences de leur retard physique et intellectuel, mais plus souvent encore le regard inquiet ou hostile que certains portent sur leur anomalie qui n'est pourtant pas contagieuse et qui est plus familière et moins désespérante pour les familles que bien des affections congénitales.

Les personnes trisomiques ont besoin de développer une vie affective et sociale comme tout le monde.

Il est nécessaire pour les familles de solliciter le conseil de spécialistes qui les aideront à susciter et à encourager les progrès intellectuels et physiques (rééducation musculaire, activités physiques adaptées) du sujet. Il y a autant d'approches que de pays, et en France même plusieurs pratiques se mélangent. En conséquence, les tentatives de généralisation peuvent porter à polémique. Il est généralement admis que des rééducations précoces en orthophonie et kinésithérapie sont utiles. Au Brésil, il est préconisé jusqu'à 4 heures de kinésithérapie par semaine pour le bébé porteur de trisomie 21, de façon à ce qu'il puisse aller à l'école au même âge que les autres et avec les mêmes capacités motrices. Cette approche est vue comme très contraignante pour l'enfant en France.

Les enfants atteints de la trisomie 21 ont été longtemps cachés. Leur existence était alors malheureuse et très brève, leur espérance de vie moyenne ne dépassait pas l'adolescence. Autant que possible il est conseillé de ne pas cantonner les enfants trisomiques à la fréquentation d'un milieu spécialisé : de nombreuses études montrent que le contact de l'école et d'enfants sains a une influence extrêmement positive sur le développement général et sur le quotient intellectuel du sujet atteint de trisomie (QI allant de 20 à 80 environ, selon divers paramètres, notamment les stimulations intellectuelles offertes par l'environnement). Avec une prise en compte de leurs insuffisances physiologiques et en les traitant comme les êtres pensants et aimants qu'ils sont, la médecine parvient aujourd'hui à leur donner une espérance de vie presque normale et il n'est pas rare qu'ils prennent une place dans la vie active.

Certains trisomiques sont capables de s'intégrer à la société de façon autonome à l'âge adulte. Certains ont un QI dit « normal » (supérieur à 70).

Une approche pédagogique et psychothérapeutique inspirée de la psychanalyse et visant à réparer les blessures narcissiques dont souffrent les trisomiques, tout en leur permettant des progrès cognitifs, est développée par une psychanalyste du GIREP, Madeleine Natanson qui en fait le sujet de sa thèse en 1987 : "Réparation symbolique et alliance pédagogique"[44].

Représentations dans l'art[modifier | modifier le code]

  • Dans un tableau peint en 1515, L’Adoration de l’enfant Jésus, un peintre anonyme, élève du maître flamand Jan Joest van Kalkar, représente un ange ayant des traits physiques caractéristiques de la trisomie 21.
  • En 1998, le photographe russe Rauf Mamedov (né en 1956 en Azerbaïdjan) revisite la Cène peinte par Leonard de Vinci. Les personnages existants sont remplacés par des trisomiques.

Représentation au cinéma ou à la télévision[modifier | modifier le code]

Cas célèbres[modifier | modifier le code]

L'actrice Paula Sage (en) aux côtés de Brian Cox.

Politiques et apparentés[modifier | modifier le code]

  • Anne de Gaulle[45].
  • Pablo Pineda, première personne trisomique à obtenir une licence en psycho-pédagogie, conseiller social à la mairie de Malaga et enseignant, élu « personnalité de l'année » 2004 par le journal El Pais, nominé au festival de San Sebastian pour son rôle dans le film Yo, también (2009). Il définit la trisomie comme « une caractéristique personnelle supplémentaire ».
  • Angela Bachiller, conseillère municipale à la municipalité de Valladolid, Espagne (juillet 2013)[46],[47].
  • Éléonore Laloux : porte-parole du Collectif les Amis d'Éléonore. Elle est intervenue dans plusieurs débats publics sur le thème de la trisomie 21. En mars 2014, elle publie un livre-témoignage aux Max Milo Éditions, Triso et alors !, en collaboration avec Yann Barte.

Artistes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) MMWR Morb Mortal Wkly Rep. 1994, Olsen CL, Cross PK, Gensburg LJ, Hughes JP., 1996
  2. Herman et al. « Beside estimation of Down syndrome risk during first trimester ultrasound screening » Ultrasound Obstet Gynecol. 2002; 20:468-475. Résumé, Texte complet
  3. (en) Kallen B, Mastroiacovo P and Robert E., 1996
  4. (en) Diamond LS, Lynne D and Sigman B, 1981
  5. (en) Ferguson-Smith M.A « Prenatal chromosome analysis and its impact on the birth incidence of chromosome disorders » Br Med J. 1983;4:355-64.
  6. « Trisomie 21 : le grand remue-méninges » dans Le Journal du CNRS
  7. a, b, c, d et e Jensen KM, Bulova PD, Managing the care of adults with Down’s syndrome, BMJ, 2014;349:g5596
  8. Natoli JL, Ackerman DL, McDermott S, Edwards JG, Prenatal diagnosis of Down syndrome: a systematic review of termination rates (1995-2011), Prenat Diagn, 2012;32:142-53
  9. Dr Bénédicte De Freminville, Trisommie 21 : Résumé sur le site orphanet, 2007 (lire en ligne)
  10. Trisomie 21 - Guide à l'usage des familles et de leur entourage - Éditions médicales BASH
  11. Bénédicte De Freminville et Renaud Touraine, Trisomie 21, 2007, sur le site orpha.net
  12. Steingass KJ, Chicoine B, McGuire D, Roizen NJ, Developmental disabilities grown up: Down syndrome, J Dev Behav Pediatr, 2011;32:548-58
  13. Geijer JR, Stanish HI, Draheim CC, Dengel DR, Bone mineral density in adults with Down syndrome, intellectual disability, and nondisabled adults, Am J Intellect Develop Disabil, 2014;119:107-14
  14. lire en ligne article gratuit
  15. Le test génétique non invasif de la trisomie 13, 18 et 21 foetale sur le site expertadn.fr lire en ligne
  16. voir article sur medscape.fr lire en ligne
  17. (en) Caroline Mansfield et al. « Termination rates after prenatal diagnosis of Down syndrome, spina bifida, anencephaly, and Turner and Klinefelter syndromes: a systematic literature review » Prenatal Diagnosis 1999 (vol. 19 no 9, p. 808–812 résumé en ligne
  18. (en) David W. Britt, et al. « Determinants of parental decisions after the prenatal diagnosis of Down syndrome: Bringing in context »American Journal of Medical Genetics 1999 (vol. 93 no 5, p. 410–416), résumé en ligne
  19. Le Quotidien du médecin (Antoine Dalat) 12/05/11
  20. (en) James P Neilson et Zarko Alfirevic « Optimising prenatal diagnosis of Down's syndrome » BMJ 2006;332:433-4 (25 February) DOI:10.1136/bmj.332.7539.433
  21. La trisomie est une tragédie grecques, éditions Salvator, 2009.
  22. [1], Eloge des phénomènes, éditions Max Milo, 2014.
  23. [2]
  24. (en) « Egcg, a dyrk1a Inhibitor as Therapeutic Tool for Reversing Cognitive Deficits in Down Syndrome Individuals », sur clinicaltrials.gov (consulté le 4 septembre 2013)
  25. (en) Martínez-Cué C, Martínez P, Rueda N, Vidal R, García S, Vidal V, Corrales A, Montero JA, Pazos Á, Flórez J, Gasser R, Thomas AW, Honer M, Knoflach F, Trejo JL, Wettstein JG, Hernández MC., « Reducing GABAA a5 receptor-mediated inhibition rescues functional and neuromorphological deficits in a mouse model of down syndrome », J Neurosci., vol. 33, no 9,‎ 2013, p. 3953-66. (PMID 23447605, DOI 10.1523/JNEUROSCI.1203-12.2013, lire en ligne)
  26. Plaquette de présentation de La Fondation Jérôme Lejeune.
  27. (en) Das I, Park LM, Shin JH, Jeon SK, Lorenzi H, Linden DJ, Worley PF, Reeves RH., « Hedgehog Agonist Therapy Corrects Structural and Cognitive Deficits in a Down Syndrome Mouse Model », Sci Transl Med., vol. 5, no 201,‎ 2013, p. 201ra120 (DOI 10.1126/scitranslmed.3005983)
  28. (en) Yang Q. et al. « Mortality associated with Down's syndrome in the USA from 1983 to 1997: a population-based study » Lancet 2002;359(9311):1019-25 PMID 11937181
  29. (en) Sussan TE, Yang A, Fu Li, Ostrowski MC, Reeves RH, Trisomy represses ApcMin-mediated tumours in mouse models of Down's syndrome, Nature, 2008;451:73-5,
  30. (en) Diamandopoulos A.A. et al. « A Neolithic case of Down syndrome » Journal of the History of Neuroscience 1997;6(1):86-9.
  31. a et b Philippe Charlier, Médecin des morts - récits de paléopathologie, Paris, Fayard,‎ 2006, 394 p. (ISBN 978-2-213-62722-9), « 7 », p. 93-100
  32. (en) Czarnetzki A, Blin N, Putsch CM. « Down's syndrome in ancient Europe » The Lancet 2003;362(9388):1000. PMID 14511944
  33. P. Barbet, J. L. Fisher et C. Jacques, « Les Nains d'Angkor » Pour la Science, août 2007, p. 96-97.
  34. F. Dunand et R. Lichtenberg, Momies d'Égypte et d'ailleurs, Paris, Éditions du Rocher Champollion,‎ 2002
  35. Des maladies mentales considérées sous le rapport médical, hygiénique et médico-légal", Paris, Jean-Baptiste Baillière, 1838, 2 volumes.
  36. Traitement moral, hygiène et éducation des idiots et des autres enfants arriérés ou retardés dans leur développement, Jean-Baptiste Baillière, Paris, 1846.
  37. (en) Down, J.L.H., « Observations on an ethnic classification of idiots », Clinical Lecture Reports, London Hospital, vol. 3,‎ 1866, p. 259–262 (résumé)
  38. Eloge des phénomènes, Bruno Deniel-Laurent, Paris, Max Milo, 2014 (pages 15-16)
  39. Lejeune J, Gautier M, Turpin R, « Étude des chromosomes somatiques de neuf enfants mongoliens », Comptes Rendus Hebd Seances Acad Sci, vol. 248, no 11,‎ 1959, p. 1721–1722 (résumé)
  40. [3]
  41. [4] Site internet deLiberté Politique, 14 mars 2014
  42. [5], Dear Future Mum, vidéo mise en ligne sur le site Youtube, 13 mars 2014
  43. (en) Weick JP, Held DL, Bonadurer GF 3rd, Doers ME, Liu Y, Maguire C, Clark A, Knackert JA, Molinarolo K, Musser M, Yao L, Yin Y, Lu J, Zhang X, Zhang SC, Bhattacharyya A., « Deficits in human trisomy 21 iPSCs and neurons », Proc Natl Acad Sci U S A., vol. 110, no 24,‎ 2013, p. 9962-9967. (PMID 23716668, DOI 10.1073/pnas.1216575110, lire en ligne)
  44. Madeleine Natanson, Réparation symbolique et alliance pédagogique : Réflexion à partir de l'écoute de jeunes trisomiques, Fleurus, 1988. (ISBN 2-215-01228-5).
  45. (en) Jonathan Fenby « The little girl who conquered de Gaulle » sur www.thetimes.co.uk, 15 juin 2010.
  46. (es) Ángela Bachiller es la primera edil con síndrome de Down. Sur www.abc.es, article du 30 juillet 2013.
  47. (es) Ángela Bachiller se convierte en la primera concejal con síndrome de Down Sur sociedad.elpais.com, article du 30 juillet 2013.
  48. [6] Présentation du livre Monotypes de Pascal Duquenne.
  49. Actors with Down Syndrome Raise Awareness, ABCnews, 14 septembre 2012
  50. Glee' star tapped to join Obama's committee, CNN, 14 novembre 2011
  51. [7], Vivre FM, 30 Août 2013

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]