Mondragone

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Mondragone
Noms
Nom italien Mondragone
Administration
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Région Flag of Campania.svg Campanie 
Province Caserte 
Code postal 81034
Code ISTAT 061052
Préfixe tel. 0823
Démographie
Gentilé mondragonesi
Population 27 405 hab. (31-12-2010[1])
Densité 508 hab./km2
Géographie
Coordonnées 41° 06′ 00″ N 13° 53′ 00″ E / 41.1, 13.88333 ()41° 06′ 00″ Nord 13° 53′ 00″ Est / 41.1, 13.88333 ()  
Altitude Min. 10 m – Max. 10 m
Superficie 5 400 ha = 54 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Campanie

Voir sur la carte administrative de Campanie
City locator 14.svg
Mondragone

Géolocalisation sur la carte : Italie

Voir la carte administrative d'Italie
City locator 14.svg
Mondragone

Géolocalisation sur la carte : Italie

Voir la carte topographique d'Italie
City locator 14.svg
Mondragone
Liens
Site web http://www.mondragone.net/

Mondragone est une ville italienne d'environ 27 000 habitants située dans la province de Caserte en Campanie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Les premières implantations humaines (constatés lors des dernières fouilles réalisées sur le site), datent de l'ère quaternaire et les premiers habitants de la région, après la période néolithique, furent les Aurunces (latin : Aurunci) peuple italique d’origine indo-européenne, dont on situe l’installation vers le début du Ier millénaire av. J.-C. Ils vivaient dans des villages dispersés sur le territoire, sans fortifications et étaient donc une proie facile des Romains qui les envahirent en 296 av. J.-C. qui fondèrent la colonie de Sinuessa. Certains auteurs3 mentionnent également la présence antérieure en ce lieu d’une cité grecque nommée "Sinope"; mais on accorde peu de crédit à cette indication. Si cette cité à jamais existé, elle a entièrement disparu, et le site faisait partie du territoire de la cité Ausones de Vescia, quand les Romains décidèrent d’implanter les deux colonies de Minturnae et Sinuessa sur la mer Tyrrhénienne4. Le but de cette colonisation était de protéger cette région fertile des attaques des montagnards Samnites, qui l’avaient envahi à plusieurs reprises. Pour cette raison, le peuple de Rome fut réticent au début à venir s’installer dans ces colonies, qui furent néanmoins bâties l’année suivante, en -2965.

Sinuessa semble être rapidement devenue une place importante; mais elle pâtit de la deuxième guerre punique : son territoire est ravagé en -217 par la cavalerie d’Hannibal, jusqu’aux portes de la ville6. Lorsque l’armée d’Hasdrubal Barca menace de pénétrer en Italie en -208, Rome impose des levées de troupes supplémentaires. Sinuessa, comme Minturnae et d’autres colonies maritimes, tente de faire valoir leurs dispenses en cas de levée des troupes terrestres, dispenses compensant leur contribution navale; mais ceci leur fut refusé tant qu’une armée ennemie stationnerait en Italie7. Plus tard en -191 pendant les préparatifs de l’expédition contre Antiochos III, Sinuessa et d’autres colonies réclament cette fois une dispense pour le service maritime, mais sans succès8.

La fertilité du sol, la proximité de la mer contribue certainement à la prospérité de Sinuessa et firent que en peu de temps, la colonie se peupla, attirant plusieurs citadins et arrivant à contenir 9000 habitants dans la zone de la plaine. Cicéron en fait fréquemment mention, et Jules César y fit halte dans sa marche vers Brundisium à Rome, en -499. Elle est aussi mentionnée par Horace dans son voyage vers Brundusium, comme le lieu de rencontre avec ses amis Varius et Virgile10.

À partir du IIe siècle av. J.-C. commença à se répandre la culture de la vigne, avec la production du vin Falerne, décrit dans plusieurs œuvres de Virgile (poète latin) dont «Nectar des Dieux », la ville pu jouir d'une grande renommée. En outre, la proximité de la via Appia facilita le commerce et le tourisme. En fait, de nombreux citoyens romains, politiciens, de riches marchands, hommes d'affaires, y firent construire leur villa et maisons de vacances, comme le poète Sextus Turpilius (mort à Sinuessa en 104 a.C), Cicéron (orateur et homme politique romain écrivain, mort en 43 a.C), Gaius Ofonius Tigellinus (préfet), en bref, Sinuessa est devenu une destination touristique très populaire, même pour les propriétés hautement curatives de ses thermes, adapté, selon la tradition, non seulement pour traiter l'infertilité chez les femmes, mais aussi la maladie mentale. Au premier siècle après J.-C., la ville atteignit sa plus haute splendeur pour l'inauguration d'un autre important carrefour, la via Domiziana. Cette prospérité commença à décliner en raison d'une crise de l'agriculture.

En 375 Sinuessa a subi des dégâts suite à un tremblement de terre catastrophique. Par la suite les habitants de la ville commencèrent à se réfugier sur les pentes du Mont Petrino pour échapper aux invasions répétées des barbares.

La date exacte de son abandon ou de sa destruction est inconnue.

Économie[modifier | modifier le code]

Culture[modifier | modifier le code]


Administration[modifier | modifier le code]

Les maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
         
Les données manquantes sont à compléter.

Hameaux[modifier | modifier le code]

Levagnole, Pescopagano

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Cancello e Arnone, Castel Volturno, Falciano del Massico, Sessa Aurunca


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (it) Popolazione residente e bilancio demografico sur le site de l'ISTAT.