Moncorneil-Grazan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Moncorneil-Grazan
Image illustrative de l'article Moncorneil-Grazan
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Midi-Pyrénées
Département Gers
Arrondissement Auch
Canton Saramon
Intercommunalité Communauté de communes du Val de Gers
Maire
Mandat
René Pagotto
2014-2020
Code postal 32260
Code commune 32266
Démographie
Gentilé Moncorneillais
Population
municipale
151 hab. (2011)
Densité 21 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 27′ 15″ N 0° 39′ 16″ E / 43.4542, 0.654443° 27′ 15″ Nord 0° 39′ 16″ Est / 43.4542, 0.6544  
Altitude Min. 204 m – Max. 314 m
Superficie 7,09 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Gers

Voir sur la carte administrative de Gers
City locator 14.svg
Moncorneil-Grazan

Géolocalisation sur la carte : Gers

Voir sur la carte topographique de Gers
City locator 14.svg
Moncorneil-Grazan

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Moncorneil-Grazan

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Moncorneil-Grazan

Moncorneil-Grazan (Montcornelh e Grasan en gascon) est une commune française située dans le département du Gers en région Midi-Pyrénées.

Les habitants s'appellent des Moncorneillais(es).

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune gasconne, située dans l'Astarac, est traversée par la D40 reliant Aubiet à Mont-d'Astarac. Elle s'étend autour de trois entités : Moncorneil-Devant, Moncorneil-Derrière et Grazan. Elle est traversée du Nord au Sud par l'étroite vallée de l'Arrats.

Toponymie[modifier | modifier le code]

L'origine du nom viendrait de Mont + corne et signifierait "hauteur en forme de corne". Grazan vient du latin Gratianium, nom d'un domaine gallo-romain appartenant à un certain Gratius et situé à l'emplacement actuel de la commune[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1821, un Édit royal a entériné le regroupement de Moncorneil-Derrière, Moncorneil-Devant et de Grazan et la commune a pris alors le nom de Moncorneil-Grazan. Moncorneil-Derrière, la plus grande entité, est devenu le "chef-lieu" de la commune.

Liste des maires de la commune :

Moncorneil-Derrière :

An XI : Larroucau

1815-1816 : COMPANS Bernard

1818-1821 : DAUDE Dominique

Moncorneil-Devant :

1818-1821 : FIGAROL

Grazan :

An XI : DESPAX

Moncorneil-Grazan :

1821-1826 : DAUDE Dominique

1827-1830 : COMPANS Antoine

1831-1832 : DESPAX BAthélémy

1833-1834 : DAUDE Dominique

1835-1840 : COMPANS Antoine

1840-1844 : FIGAROL Mathieu

1844-1848 : DAUDE Cyprien

1848-1849 : DESPAX Adrien

1850 : DAUDE Cyprien, ABADIE Bernard

1851-1854 : DAUDE Cyprien

1854-1864 : LASSERRE Joseph

1864-1870 : DAUDE Cyprien

1870-1874 : COMPANS Jules

1874-1876 : FIGAROL Mathieu

1876-1878 : COMPANS Jules

1878-1888 : BIANE Antoine

1888-1904 : DURAN Jean

1905-1908 : CARTIER Anselme

1909-1919 : DESBARATS Jean

1920-1928 : IDRAC Julien

1929 : SERIN Henri

1930-1935 : BAJON Joseph

1936-1944 : SERIN Henri

1945-1964 : DASTUGUE Noël

1965-1977 : DASTUGUE Marius

1977-1987 : LIBAROS André

1987-1995 : DASTUGUE Marius

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1995 2001 Bernard Charousset    
2001 2008 René Pagotto    
mars 2008 2014 Michel Boutillon[2]    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 151 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].
           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1841 1846 1851 1856
86 96 95 110 312 317 325 319 303
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
280 293 270 264 251 242 241 224 218
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
202 184 155 148 150 159 158 145 143
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011 -
129 101 109 97 104 125 131 151 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Moncorneil-Derrière[modifier | modifier le code]

- la Mairie (actuellement en travaux d'agrandissement)

- L’église Saint-Jean Baptiste : au départ, chapelle du Château, l'église primitive date de 1618. Elle est reconstruite au XIXe siècle. Elle offre un clocher-porche.

- Le Château, détruit en 1588 puis reconstruit en 1608 est vendu sous Napoléon comme bien national à un habitant de Grazan. En 1839, il est séparé en deux parties et appartient aujourd'hui à deux familles distinctes.

Grazan[modifier | modifier le code]

- L’église romane Saint-Hippolyte et son cimetière.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Vie pratique[modifier | modifier le code]

Service public[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

L'école mixte, créée en 1838, a fonctionné jusqu'en 1966.

Actuellement les élèves de l'école primaire sont scolarisés majoritairement à Seissan et Masseube.

Culture[modifier | modifier le code]

Activités sportives[modifier | modifier le code]

Écologie et recyclage[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Georges Courtès. Les communes du Gers : monographies : tome 1 : arrondissement d'Auch. Société archéologique et historique du Gers, 2004.. 460 p.
  2. Site de la préfecture - Fiche de Moncorneil-Grazan
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.