Monastère de Valaam

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Monastère de Valaam
Image illustrative de l'article Monastère de Valaam
Le monastère de Valaam en 1992
Présentation
Nom local Валаамский монастырь
Culte Église orthodoxe russe
Type Monastère
Début de la construction XIVe siècle
Site web www.valaam.ru/
Géographie
Pays Drapeau de la Russie Russie
République Carélie
Commune Île de Valaam
Coordonnées 61° 23′ 20″ N 30° 56′ 49″ E / 61.3889, 30.94694 ()61° 23′ 20″ Nord 30° 56′ 49″ Est / 61.3889, 30.94694 ()  

Géolocalisation sur la carte : Russie

(Voir situation sur carte : Russie)
Monastère de Valaam

Le monastère de Valaam ou monastère de Valamo (en russe : Валаамский монастырь, en finnois : Valamon luostari) est un monastère orthodoxe russe situé sur l'île de Valaam dans l'extrême nord du lac Ladoga en Carélie (Nord-Ouest de la Russie). L'île est coupée du continent par les glaces près de neuf mois par an.

Histoire[modifier | modifier le code]

L’histoire du monastère remonte au moins au XIe siècle lorsque les moines grecs Saint-Germain et Saint-Serge s’installèrent dans l’île. Ce sont eux qui auraient fondé le monastère de Valaam mais les moines de Valaam affirment que cette fondation remonterait en réalité à l'aube de l'ère chrétienne. Saint Abraham, fondateur et premier archimandrite du monastère de la Théophanie à Rostov, serait venu à Valaam en 960 pour y être baptisé. Le nom remonte au finnois « valam » signifiant « haute terre des montagnes ». Les moines avaient trouvé cette résonance en harmonie avec le nom du prophète biblique et le lieu fut ainsi baptisé. Le monastère vécu son lot d’épreuves : incendies, attaques de vikings, tueries, pillages, épidémies... La vie des moines se stabilisa tant soit peu au XIXe siècle quand de nombreuses constructions en pierre renforcèrent l’aménagement général. Le monastère a connu son second âge d’or (après celui du XVIe siècle) au milieu du XIXe siècle lorsque de nombreuses églises, chapelles et ermitages ont été construits, des ateliers de joaillerie et de peinture créés. Son rayonnement spirituel fut considérable.

Le monastère de Valaam en 1901

Après la révolution d'octobre 1917 l’île de Valaam est intégrée à la Finlande, un État issu de l’Empire russe. Les moines évacuent le monastère en février 1940 lors de la guerre d'Hiver et de l'occupation soviétique de la région pour aller fonder le monastère de Nouveau Valamo à Heinävesi en Finlande orientale. Après la guerre, le monastère a abrité une exploitation auxiliaire d’une usine de pâtes. Dans les années 1950, les cellules du monastère et les ermitages ont accueilli un hospice d’invalides, puis l'île abrita une base militaire.

Vie monacale[modifier | modifier le code]

Saint Ignace Briantchaninov notait en 1846 que « Valaam est un monastère classé en première catégorie, il est dirigé par un higoumène élu par la communauté et confirmé par le métropolite de Saint-Pétersbourg » et que « dans son organisation monastique, Valaam est une réplique vivante de l’Eglise primitive. Il abrite tous les types de moines répertoriés dans l’Eglise Orthodoxe, cénobites, habitants de skite, ermites et anachorètes ».

La vie monastique a repris le 14 décembre 1989 avec l'arrivée d'une mission de six moines venus s'installer dans les ruines du monastère dans le but de le faire renaître et de renouer avec une tradition multiséculaire. Trois ans plus tard, le monastère fut officiellement « remis » à l’Église orthodoxe russe. Il compte aujourd'hui plus de 200 moines, une grande partie d'eux a moins de 35 ans[1], et attire des visiteurs et des pèlerins en nombre croissant. La règle en vigueur, assez stricte, est celle des monastères du mont Athos en Grèce où le temps diurne se décompose en périodes alternées de travail et de prière, le travail faisant intégralement partie du cheminement spirituel.

Les nouveaux moines de Valaam renouent ainsi avec une pratique déjà très ancienne avant la révolution. Saint Ignace Briantchaninov (1846): "Certains frères confectionnent les habits sacerdotaux et les vêtements de la communauté. D’autres font des chaussures, travaillent à la cuisine ou à la boulangerie, à la confection des prosphores ou au réfectoire. D’autres encore s’occupent de menuiserie, de la forge ou de la serrurerie, d’autres de la pêche, des jardins, du potager, des champs. Certains font la lessive. Certaines de ces obédiences sont accomplies par un seul frère, d’autres par plusieurs. Par exemple, on ne trouve à la bibliothèque, à la pharmacie et à la cave qu’un seul moine expérimenté. A la cuisine, à la blanchisserie, au rangement des vêtements et autres tâches du même genre, on trouve plusieurs frères, dont l’un est appelé maître et les autres aides. Certaines obédiences sont qualifiées de générales, comme la préparation du bois, les moissons, le battage du blé, les plantations, l’arrosage et la cueillette des légumes".

Patrimoine artistique[modifier | modifier le code]

Icône du XIXe siècle représentant le monastère avec saint Serge à gauche et saint Germain (ou Herman) de Valaam à droite

Le monastère est en cours de restauration.

Le monastère abrite sept églises dont une église cathédrale.

Les moines ont su conserver depuis la fondation du monastère, au XIe siècle, un chant dit "znamenny" (chant religieux d'origine byzantine) [2] dont la réputation est désormais mondiale.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • VideoUn film (en russe seulement) sur le monastère de Valaam, au nord de la Russie.

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie et références[modifier | modifier le code]