Monastère de Sumela

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Monastère de Sumela
Image illustrative de l'article Monastère de Sumela
Le monastère de Sumela
Présentation
Nom local Sümela Manastırı
Culte Église orthodoxe
Début de la construction IVe siècle
Site web www.sumela.com/
Géographie
Pays Drapeau de la Turquie Turquie
Province Province de Trabzon
Ville Maçka
Coordonnées 40° 41′ 31″ N 39° 39′ 28″ E / 40.691944, 39.657778 ()40° 41′ 31″ Nord 39° 39′ 28″ Est / 40.691944, 39.657778 ()  

Géolocalisation sur la carte : Turquie

(Voir situation sur carte : Turquie)
Monastère de Sumela

Le monastère de Sumela (en grec moderne : Παναγία Σουμελά, en turc : Sümela Manastırı) se situe au pied d'une falaise abrupte face à la vallée de l'Altındere dans la région de Maçka dans la province de Trabzon en Turquie. Il s'agit d'une attraction touristique majeure du parc national d'Altındere. Il se situe à une altitude d'environ 1 200 m dominant une grande partie du paysage alpestre environnant.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'intérieur du monastère

Selon la tradition locale, le monastère est fondé durant l'année 386 (pendant le règne de l'empereur Théodose Ier) par deux moines grecs de Colchide (Géorgie)[1], Barnabas et Sophronius. La légende affirme que les prêtres ont découvert une icône de Vierge Marie dans une caverne sur la montagne et ont décidé de s'y établir pour construire un monastère.

Pendant sa longue histoire, le monastère est plusieurs fois ruiné puis rénové par différents empereurs ; notamment, au VIe siècle, il est rénové et agrandi par le général Bélisaire à la demande de Justinien.

Il prend sa forme actuelle au XIIIe siècle à son apogée durant le règne d'Alexis III (1349-1390) des Comnènes de l'Empire de Trébizonde (établi en 1204). À cette époque lui est accordé un revenu sur fonds impériaux. Pendant le règne de Manuel III, le fils d'Alexis III, et les règnes des princes suivants, Sumela gagne de nouvelles concessions impériales et davantage de richesses.

Après la conquête par le sultan ottoman Mehmed II en 1461, sa protection est accordée par ordre du sultan, des droits et privilèges lui sont garantis, renouvelés par les sultans successifs. Les moines et voyageurs continuent à y demeurer et le monastère reste une étape extrêmement populaire jusqu'au XIXe siècle. En 1860 encore, le monastère est agrandi.

Il est finalement abandonné en 1923, à la suite des échanges de population entre la Grèce et la Turquie après le traité de Lausanne. Il tombe ensuite en ruines et tout ce qui n'a pas été emporté est pillé. Depuis 2000, le gouvernement turc entreprend des travaux, nécessaires à la restauration du site, devenu une attraction touristique en raison de sa situation donnant sur les forêts et cours d'eau environnants qui le rendent extrêmement populaire pour l'esthétisme des paysages aussi bien que pour son intérêt culturel et historique.

Architecture[modifier | modifier le code]

Fresques du monastère de Sumela

Les éléments principaux du complexe monastique sont l'église rupestre, plusieurs chapelles, des cuisines, des chambres d'étude, une auberge, une bibliothèque et une source sacrée vénérée par les Grecs orthodoxes. Ce complexe recouvre une aire très vaste.

Le grand aqueduc à l'entrée, qui fournissait l'eau au monastère, est construit à flanc de falaise. L'aqueduc possède de nombreuses arches qui sont maintenant restaurées pour la plupart.

On accède à l'entrée du monastère par un long et étroit escalier. Des pièces de gardes sont situées à côté de l'entrée. Les escaliers mènent ensuite à la cour intérieure. Du côté gauche, devant la caverne, qui constitue le centre du monastère et qui a été transformée en église, il y a plusieurs bâtiments du monastère. La bibliothèque est située sur la droite.

Le grand bâtiment avec un balcon sur la partie avant de la falaise a été employé pour les cellules des moines et comme auberge. Il date de 1860.

On peut observer l'influence de l'art turc dans la conception des compartiments, des niches et de la cheminée dans les chambres des bâtiments entourant la cour.

Les murs intérieurs et extérieurs de l'église rupestre et les murs de la chapelle adjacente sont décorés de fresques. Les fresques de la période d'Alexis III peuvent être vues sur le mur intérieur de l'église faisant face à la cour. Les fresques de la chapelle qui ont été peintes sur trois niveaux durant trois périodes différentes sont datées du début du XVIIIe siècle. Les fresques du monastère de Sumela, montrant des scènes bibliques illustrant l'histoire du Christ et de la Vierge Marie, ont été gravement endommagées durant la période d'abandon du site.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean Mathé, Turquie : la rencontre Orient-Occident, Renaissance du livre, 2003 (ISBN 9782804606862), p. 154.

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :