Monastère de Maulbronn

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Abbaye de Maulbronn
Image illustrative de l'article Monastère de Maulbronn
Vue des voûtes de l'église abbatiale

Nom local Kloster Maulbronn
Diocèse Diocèse de Rottenburg-Stuttgart
Numéro d'ordre (selon Janauschek) CXXXIX (139)[1]
Fondation 24 mars 1139
Dissolution 1557-1630
1648
Abbaye-mère Abbaye de Neubourg
Abbayes-filles Bronnbach (1151-1553)
(1921-1931)
Schöntal (1153-1803)
Congrégation Ordre cistercien
Période ou style

Coordonnées 49° 00′ 04″ N 8° 48′ 46″ E / 49.001133881795, 8.8127456987526 ()49° 00′ 04″ Nord 8° 48′ 46″ Est / 49.001133881795, 8.8127456987526 ()  [2]
Pays Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Comté Hohenlohe-Kirchberg
Land Bade-Wurtemberg
Arrondissement Enz
Commune Maulbronn
Site http://www.kloster-maulbronn.de/

Géolocalisation sur la carte : Allemagne

(Voir situation sur carte : Allemagne)
Abbaye de Maulbronn

Géolocalisation sur la carte : Bade-Wurtemberg

(Voir situation sur carte : Bade-Wurtemberg)
Abbaye de Maulbronn
Monastère de Maulbronn *
Patrimoine mondial de l'UNESCO
Vue du monastère
Vue du monastère
Coordonnées 49° 00′ 04″ N 8° 48′ 46″ E / 49.0011, 8.8129 ()49° 00′ 04″ Nord 8° 48′ 46″ Est / 49.0011, 8.8129 ()  
Pays Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Subdivision District de Karlsruhe, Bade-Wurtemberg
Type Culturel
Critères (ii) (iv)
Numéro
d’identification
546
Zone géographique Europe et Amérique du Nord **
Année d’inscription 1993 (17e session)
* Descriptif officiel UNESCO
** Classification géographique UNESCO

Le monastère cistercien de Maulbronn fondé en 1147 dans la ville de Maulbronn (Bade-Wurtemberg entre Heidelberg et Stuttgart en Allemagne), est l’ensemble monastique médiéval le plus complet et le mieux préservé au nord des Alpes. Il est inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1993.

Architecture[modifier | modifier le code]

Entourés d'un mur d'enceinte, les principaux bâtiments furent construits du XIIe siècle au XVIe siècle. Le style architectural du monastère est à la croisée des styles roman et gothique. Il a eu une grande influence sur la diffusion de l'architecture gothique dans le centre et le nord de l'Europe.

Porche du Paradis

Le monastère possède un exceptionnel système de gestion hydraulique par canaux et réservoirs.

Le porche de l'église, appelé le Paradis, a été construit en 1210 par le Maître du Paradis, originaire de Bourgogne.

En 1878, la fontaine à trois paliers est construite. À la fin du XIXe siècle ont lieu plusieurs rénovations et aménagements de style.

Histoire[modifier | modifier le code]

La ville a été créée par des moines cisterciens qui, partis de Neubourg en Alsace, avaient décidé de fonder un monastère à l’endroit où leur mulet s’arrêterait pour boire. Le mulet fit halte auprès d’une source qui existe toujours dans le jardin du monastère. Les armes de Maulbronn portent depuis un mulet qui se désaltère. La construction de l’église et du cloître a débuté en 1147.

Le monastère représente l'ensemble monastique médiéval le plus complet et le mieux préservé au nord des Alpes[3].

En 1440, 130 moines et frères lais vivent à Maulbronn. Mais en 1530, ils n'étaient plus que 24. En 1535, Ulrich de Wurtemberg introduit la Réforme dans le Wurtemberg et exige sous la contrainte une modification du mode de vie du monastère. Le couvent fuit et émigre à Pairis, un prieuré d'Alsace. En 1550 après la défaite des princes protestants, les moines regagnent Maulbronn. En 1556, le duc Christoph de Wurtemberg ordonne la transformation du monastère en école. En 1656, après la guerre de Trente Ans, l'école est rouverte et devient un séminaire supérieur.

Description des lieux[modifier | modifier le code]

On pénètre dans le monastère par un grand portail qui ouvre sur les annexes du couvent d’architecture médiévale (colombages). Dans l'avant-cour avaient lieu les activités des frères lais : bâtiment des matines (prières du matin), la forge et l'écurie, le moulin, le pressoir. Le monastère proprement dit est accessible par trois lourdes portes, autrefois recouvertes de cuir de porc, qui mènent au parvis de l'église.

La nef de l’église est séparée en deux parties par une balustrade de pierre, qui délimitait l'activité spirituelle des moines et l'activité séculière des frères lais. Au solstice d'été, le 21 juin, un rayon de soleil traverse un vitrail et illumine la couronne d'épines du Christ, créant comme des roses rouges à l'endroit des blessures. Par la nef latérale, on accède au cloître.

Le joyau architectural du monastère est la chapelle de la fontaine où les moines venaient se laver les mains avant le repas et où on taillait barbes et tonsures.

La Höllentreppe (l'escalier de l'Enfer), ornée de rosaces, menait au dortoir et à la chaufferie, seule pièce du couvent qui était chauffée. Au fond du jardin se dresse la tour de l’alchimiste Faust qui y vécut deux ans. Parmi les internes au séminaire de Maulbronn apparaissent quelques autres noms célèbres: Johannes Kepler (1571-1630) Friedrich Hölderlin(1770-1845) Georg Herwegh (1817-1875) Hermann Hesse(1877-1962) (dont son ouvrage l’Ornière se déroule dans le monastère où il fut pensionnaire à partir de l’âge de 14 ans).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (la) Leopold Janauschek, Originum Cisterciensium : in quo, praemissis congregationum domiciliis adjectisque tabulis chronologico-genealogicis, veterum abbatiarum a monachis habitatarum fundationes ad fidem antiquissimorum fontium primus descripsit, t. I, Vienne, Puthod,‎ 1877, 491 p. (lire en ligne), p. 149-150.
  2. (it) « Maulbronn », sur http://www.cistercensi.info, Ordre cistercien (consulté le 12 février 2014).
  3. Guide vert Michelin Allemagne 2008 p. 346.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :