Monastère de Key

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Key Gompa
Key Gompa avec la rivière Spiti en arrière-plan.
Tonsure religieuse à Ki Gompa (2004)
Vue de la vallée de Spiti depuis le monastère (2004)

Key Gompa (aussi écrit Key, Kye, Ki ou Kee) est un monastère du bouddhisme tibétain situé sur les hauteurs d'une colline à une altitude de 4 116 mètres près de la rivière Spiti, dans la vallée de Spiti en Himachal Pradesh, Inde[1].

C'est le plus grand monastère de la vallée de Spiti et un centre d'entraînement religieux pour les Lama. Il hebergeait, selon certaines sources, 100 moines en 1855[2]. Dans les définitions architecturales données aux divers monastères, Ki se trouve dans le style de « Pasada » qui est caractérisé par de nombreuses histoires et joue souvent le rôle d'un monastère-forteresse[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Key Gompa aurait été fondé par Dromtönpa (Brom-ston, 1008-1064), un élève du célèbre maître Atisha, au XIe siècle. Il peut cependant se référer à un monastère Kadampa, maintenant détruit, au village proche de Rangrik, qui a été probablement détruit au XIVe siècle quand l'école Sakyapa est arrivée au pouvoir avec l'assistance des Mongols[4],[5].

Key fut à nouveau attaquée par les Mongols au XVIIe siècle, sous le règne du 5e Dalaï Lama, et est devenu un établissement de Gelugpa. En 1820, il a été saccagé encore pendant les guerres entre le Ladakh et Kullu. En 1841, il a été sévèrement endommagé par l'armée Dogra dirigé par Ghulam Khan et Rahim Khan. Plus tard, cette même année, il a souffert plus de dommages d'une armée sikh. Dans les années 1840, il a aussi été ravagé par le feu et en 1975, un tremblement de terre violent a causé plus de dommages qui ont été réparés avec l'aide du en:Archaeological Survey of India et le State Public Works Department[6].

Les épisodes successifs de destruction et de réparation ont eu pour résultat une croissance incohérente de structures en forme de boîte, et donc le monastère a l'air d'un fort, où les temples sont construits les uns sur les autres. Les murs du monastère sont couverts par les tableaux et des peintures murales. C'est un exemple remarquable de l'architecture monastique, qui s'est développé au XVe siècle.

Le monastère de Key a une collection de peintures murales et les livres anciens de haute valeur esthétique et il enchâsse des représentations de Bouddha, dans la position de Dhyana[7].

Il y a trois étages, le premier est principalement souterrain et utilisé pour l'emmagasinage. Une pièce, appelée le Tangyur est richement peinte avec des peintures murales. Le rez-de-chaussée possède un Hall de réunion admirablement décoré et de nombreuses cellules des moine[6].

Key Gompa appartient maintenant à l'école des Gelugpa, avec le monastère de Tabo et le Monastère de Drangtse, un des trois de Spiti.

Une celébration de son millénaire a été dirigée en 2000 avec la présence du Dalaï Lama[7].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Sarina Singh, et al. (2007), p. 343.
  2. Handa (1987), p. 131.
  3. HimachalWorld.com - Monasteries in Himachal Pradesh
  4. Francke (1914), pp. 45-47
  5. Handa (1987), pp. 97, 99.
  6. a et b Handa (1987), pp. 100-101.
  7. a et b SurfIndia.com - Kye monastery
  • Handa, O. C. (1987). Buddhist Monasteries in Himachal Pradesh. Indus Publishing Company, New Delhi. (ISBN 81-85182-03-5).
  • Kapadia, Harish. (1999). Spiti: Adventures in the Trans-Himalaya. Second Edition. Indus Publishing Company, New Delhi. ISBN 81-7387-093-4.
  • Janet Rizvi. (1996). Ladakh: Crossroads of High Asia. Second Edition. Oxford University Press, Delhi. ISBN 019564546-4.
  • Cunningham, Alexander. (1854). LADĀK: Physical, Statistical, and Historical with Notices of the Surrounding Countries. London. Reprint: Sagar Publications (1977).
  • Francke, A. H. (1977). A History of Ladakh. (Originally published as, A History of Western Tibet, (1907). 1977 Edition with critical introduction and annotations by S. S. Gergan & F. M. Hassnain. Sterling Publishers, New Delhi.
  • Francke, A. H. (1914). Antiquities of Indian Tibet. Two Volumes. Calcutta. 1972 reprint: S. Chand, New Delhi.
  • Sarina Singh, et al. India. (2007). 12th Edition. Lonely Planet. ISBN 978-1741043082.

Liens internes[modifier | modifier le code]

32° 17′ 07.35″ N 78° 00′ 59.45″ E / 32.285375, 78.0165139 ()