Monastère de Kardzé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

31° 38′ 04″ N 99° 59′ 07″ E / 31.63444444, 99.98527778

Le monastère de Kardzé


Le monastère de Kardzé (également monastère ou Gompa de Ganzi ou Garze) de l'école Gelugpa du Bouddhisme tibétain est situé à 2 km de la ville de Karze[1] surplombant la ville, au Tibet[2]. dans la Préfecture autonome tibétaine de Garzê, et l'ancienne province du Kham.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le monastère a été construit vers 1642 par les Mongols Khoshut ou Qosot, qui négligeaient leurs châteaux de Mazur et Kangshar. Il a un temps hébergé 1500 moines, faisant de ce monastère le plus grand de la province de Kham avec celui de Chamdo. L'itinéraire de pèlerinage autour du monastère était long de près de huit kilomètres.

Durant la guerre de 1908-1918, les châteaux furent occupés par les troupes chinoises, et sont maintenant en ruines.

Le monastère a été intensément rénové depuis 1981, et héberge aujourd'hui 700 moines, dont trois tulkus, dont un revenu de Suisse, qui construit dans le monastère une école pour fille.

Dawa Tsering, un moine âgé de 38 ans s'est immolé le 25 octobre 2011 dans l'enceinte du monastère[3].

Description[modifier | modifier le code]

La principale salle d'assemblée est un bâtiment avec un toit doré qui offre une vue magnifique sur la vallée et les villes alentour. On y entre par une longue volée d'escaliers, et on approche le sanctuaire par de longs corridors formés par des colonnes en bois rouges. À l'intérieur, trois ensembles d'images sont exposées dans des vitrines de verre, représentant les fondateurs des lignées Nyingmapa, Kadampa et Gelugpa. On y trouve également de nombreux tangkas représentant les divinités de la méditation, Guhyasamaja, Cakrasamvara et Yamantaka.

On trouve à l'étage une librairie contenant les Kangyour et de vielles images de la forme à onze visages de Avalokiteśvara et du grand maître Gelupa Tsongkhapa (1357–1419). On y trouve également la salle Gonkhand dédié aux divinités gardiennes. On y entre par une magnifique porte noire et or. La salle Maitreya contient une immense image de Jampa (Maitreya), le Bouddha à venir, entourée d'images de Shakyamuni, Tsongkhapa, Dipamkara et Sitatapatra.

Au nord-est du monastères, on trouve un stupa rénové.

Personnalité[modifier | modifier le code]

L'écrivain tibétain Gartse Jigme du monastère de Garze, et natif de Garze a été emprisonné le 1er janvier 2013. Les autorités chinoise lui reprocheraient le sujet de son dernier livre Tsengpo's Power of heart dont les 25 chapitres, décrivent les auto-immolations par le feu au Tibet[4].

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Références[modifier | modifier le code]

  1. Dorje (1999), p. 496.
  2. Leffman, et al. (2005), p. 949.
  3. (en) Sherab Woeser, Fire spreads in Tibet – Monk self immolates in Kardze, Phayul.com, 25 octobre 2011
  4. Pierre Guerrini (journaliste), L'écrivain Tibétain Gartse Jigme sous les verrous chinois 10 janvier 2013
  • Dorje, Gyurme. (1999). Footprint Tibet Handbook with Bhutan. (2nd Ed.) Footprint Handbooks, Bath, England. ISBN 0-8442-2190-2.
  • Mayhew, Bradley and Kohn, Michael. Tibet. (2005). 6th Edition. Lonely Planet. ISBN 1-74059-523-8.
  • Leffman, David, Simon Lewis and Jeremy Atiyah and others. (2005). The Rough Guide to China. 4th Edition. Rough Guides, New York, London, Delhi. ISBN978-1-84353-479-2.