Monastère d'Alcobaça

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Monastère d’Alcobaça *
Logo du patrimoine mondial Patrimoine mondial de l'UNESCO
Mosteiro de Alcobaca.jpg
Coordonnées 39° 33′ 00″ N 8° 58′ 36″ O / 39.55, -8.9766739° 33′ 00″ Nord 8° 58′ 36″ Ouest / 39.55, -8.97667  
Pays Drapeau du Portugal Portugal
Subdivision Alcobaça, Centre
Type Culturel
Critères (i) (iv)
Numéro
d’identification
505
Zone géographique Europe et Amérique du Nord **
Année d’inscription 1989 (13e session)
Autre protection Monument national (1910)[1].
Plan du monastère
Plan du monastère
* Descriptif officiel UNESCO
** Classification géographique UNESCO

Le monastère de Santa Maria d'Alcobaça, au nord de Lisbonne, Portugal, est fondé au XIIe siècle par le roi Alphonse Ier. Par l'ampleur de ses dimensions, la clarté du parti architectural, la beauté du matériau et le soin apporté à l'exécution, il est considéré comme un chef-d'œuvre de l'art gothique cistercien. Il est inscrit au patrimoine mondial de l’humanité de l’UNESCO depuis 1989. Il est déclaré en juillet 2007 comme une des sept merveilles du Portugal[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le roi Dom Alfonso Henriques, en mars 1147, prend la ville de Santarém aux Maures. Pour marquer cette victoire, il promet de construire une demeure magnifique pour l’ordre des cisterciens. Il fallut 76 ans pour finir l’ouvrage. Et 60 ans plus tard, le roi Dinis fit construire le cloître principal et ce ne fut qu’en 1252 que le monastère fut inauguré. En 1269, les moines furent les premiers à donner des cours publics. Ils produisirent également la première histoire du Portugal. La façade fut rénovée au XVIIIe siècle.

En 1810, les envahisseurs français pillèrent l'abbaye. Le peu de richesse qui subsista à cet assaut fut dérobé en 1834 dans un soulèvement anticlérical qui vit la disparition des ordres religieux au Portugal.

On trouve dans l’église abbatiale les tombeaux du roi Pierre Ier (Pedro I) et sa maîtresse assassinée Inês de Castro. Très jeune Pedro avait dû épouser Constanza, l’infante de Castille. Cette dernière mourut cependant peu après le mariage, ce qui permit à Dom Pedro de s’évader avec sa maîtresse dans la ville de Coimbra. Son père, le roi Alfonso IV, croyant que la famille d’Inês était une menace pour son royaume, la fit assassiner le 7 janvier 1355. Dom Pedro attendit la mort de son père et se vengea des assassins en leur faisant arracher le cœur en sa présence. Puis, il déclara qu’il avait épousé Inês lors d’une cérémonie secrète précédant son assassinat à Bragança et exhuma le corps de sa maîtresse afin qu’elle fut reconnue comme reine. Il présenta le corps embaumé d’Inês avec une couronne sur la tête et demanda que tous les courtisans s’agenouillent individuellement et baisent la main décomposée de sa reine.

Aujourd’hui, leurs pierres tombales ornementées se font face à l’église d’Alcobaça, de telle manière, dit-on, que le jour du jugement dernier, sa première vision soit celle de sa bien-aimée Inês.

Personnes inhumées[modifier | modifier le code]

  1. Alphonse II de Portugal, roi de Portugal (23 avril 1185 - 25 mars 1223) - (fils de Sanche Ier de Portugal)
  2. Urraque de Castille (1185-1220) (28 mai 1187 - 3 novembre 1220) - (épouse d'Alphonse II de Portugal)
  3. Alphonse III de Portugal, roi de Portugal (5 mai 1210 - 16 février 1279) - (fils d'Alphonse II de Portugal)
  4. Béatrice de Castille (1242-1303) (1242 - 27 octobre 1303) - (2e épouse d'Alphonse III de Portugal)
  5. Infante Sanche de Portugal (2 février 1264 - 1302) - (fille d'Alphonse III de Portugal)
  6. Pierre Ier de Portugal, roi de Portugal (8 avril 1320 - 18 janvier 1367) - (fils d'Alphonse IV de Portugal)
  7. Inés de Castro (1325 - 7 janvier 1355) - (2e épouse de Pierre Ier de Portugal)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]