Monastère Mor Hananyo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Monastère Mor Hananyo
Image illustrative de l'article Monastère Mor Hananyo
Monastère Mor Hananyo
Présentation
Nom local Deyrulzafaran Manastırı
Culte Église syriaque orthodoxe
Début de la construction Ve siècle ou VIe siècle
Site web www.deyrulzafaran.org/
Géographie
Pays Drapeau de la Turquie Turquie
Province Mardin
Commune Mardin
Coordonnées 37° 17′ 58″ N 40° 47′ 34″ E / 37.2994, 40.7928 ()37° 17′ 58″ Nord 40° 47′ 34″ Est / 37.2994, 40.7928 ()  

Géolocalisation sur la carte : Turquie

(Voir situation sur carte : Turquie)
Monastère Mor Hananyo

Le monastère Mor Hananyo (en syriaque ܕܝܪܐ ܕܡܪܝ ܚܢܢܝܐ - Dayro d-Mor Hananyo, Mor Hananyo Dayro ou Kurkmo Dayro, en arabe : Deir ez-Za`faran, en turc : Deyrulzafaran Manastırı) est un monastère syriaque orthodoxe situé près de la ville de Mardin en Turquie.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le monastère était initialement un temple dédié au culte du soleil, utilisé ensuite comme citadelle par les Romains[1]. Fondé au Ve siècle ou VIe siècle, il fut refondé en 793 comme siège de l'évêché de Mardin.

Abandonné, il fut fondé une troisième fois en 1125.

Il a été le siège du patriarcat de l'Église syriaque orthodoxe entre 1293 et 1924, et abrite les tombes de cinquante-deux patriarches de l’Église syriaque orthodoxe orientale autocéphale[2].

Une expédition organisée en 1955 par le CNRS y a documenté un évangéliaire du XIIIe siècle, parfaitement conservé[3].

Architecture[modifier | modifier le code]

Il contient deux églises: La chapelle Sainte Marie, et Mor Hananyo, construites par les architectes syriaques Theodosius et Théodore entre 491 et 518[4],[5].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Monastère de Safran - Dayro d'Zafaran (Mardin) Quand les Romains se sont retirés de la région, saint Shlémon fit venir des os de saints et transforma la citadelle en monastère. Sa première fondation remonterait donc au Ve-VIe siècle aux jours d’Anastase (491-518), où le monastère prit le nom de Mor Shlémoun.
  2. Mardin, en Turquie Le monastère était un centre religieux pour le syriaque jusqu’en 1932. Un des plus grands de nombreux monastères existants dans la région, Deyr’ul Zafaran a 52 patriarches syriaques enterrés ici.
  3. Une nouvelle province de l'art byzantin révélée par les manuscrits syriaques du Tūr 'Abdin, Jules Leroy, Comptes-rendus des séances de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 1955
  4. Merveilleuses églises en Turquie Dans la chapelle l'on peut voir le trône patriarcal ainsi qu'une bible d'une grande valeur historique, également une chaire en noyer de 350 ans et une chaire en ivoire de 500 ans.
  5. Mardin, nid d’aigle sous le soleil Les premiers bâtiments de ce monastère seraient l’œuvre des architectes byzantins Théodose et Théodore.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :