Monarch of the Seas (RCI)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Monarch of the Seas)
Aller à : navigation, rechercher
Monarch of the Seas
Image illustrative de l'article Monarch of the Seas (RCI)
Le Monarch of the Seas

Type Navire de croisière
Histoire
Quille posée 1989
Lancement 1991
Mise en service octobre 1991
Statut En service
Caractéristiques techniques
Longueur 268 m
Maître-bau 32 m
Déplacement 73 941 tonnes
Propulsion 2 hélices, 4 diesels PC 20 (Pielstick)
Puissance 27 800 ch
Vitesse 21 nœuds
Ponts 14
Autres caractéristiques
Passagers 2 354
Équipage 827
Chantier naval Chantiers de l'Atlantique STX France Saint-Nazaire Drapeau de la France France
Armateur Royal Caribbean
Pavillon Drapeau des Bahamas Bahamas
IMO IMO 8512281

Le Monarch of the Seas est un paquebot construit entre 1989 et 1991 à Saint-Nazaire, en France, pour le compte de l'armateur Royal Caribbean.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le 29 novembre 1988, Royal Caribbean signe un contrat pour deux unités : le Monarch of the Seas (A30) et le Majesty of the Seas (B30). Les deux navires forment les répliques du Sovereign of the Seas avec une capacité légèrement supérieure.

Accident[modifier | modifier le code]

Alors que le Monarch of the Seas est en finition dans le bassin d'armement, le lundi 3 décembre 1990, un incendie éclate à bord. Plus de 150 pompiers venus de toute la Loire-Atlantique interviennent pendant 24 heures. Ils réussissent à sauver la parti arrière du navire avec les hélices et les moteurs mais un tiers du navire (l'avant en particulier) est brulé. Le lendemain, le constat est clair : plus d'un tiers des aménagements du navire est détruit. Les Chantiers de l'Atlantique ont alors deux possibilités : soit vendre le bateau aux ferrailleurs ou le réparer. C'est cette deuxième solution qui est retenue. Ainsi, le chantier naval se lance dans une course contre la montre : découper toute la partie avant pour la remplacer par un nouveau tronçon rénové avec la réfection de toutes les installations dans un délai minimum.