Mon oncle Benjamin (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mon oncle Benjamin et Benjamin.

Mon oncle Benjamin (film)

Réalisation Édouard Molinaro
Scénario André Couteaux, Jean-Francois Hauduroy et Édouard Molinaro, d'après le roman éponyme de Claude Tillier
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau de la France France
Drapeau de l'Italie Italie
Genre Comédie
Sortie 1969
Durée 90 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Mon oncle Benjamin est une comédie italo-française réalisée par Édouard Molinaro, sortie en 1969. Le scénario s'inspire du roman du clamecycois Claude Tillier (1801-1844), Mon oncle Benjamin, publié en 1843. Le titre complet du film est : Mon oncle Benjamin - L'homme à l'habit rouge, cette précision vestimentaire apparaissant dans le générique, et sur l'affiche, en caractères plus légers et sous le groupe principal[1].

Synopsis[modifier | modifier le code]

Sous le règne de Louis XV, Benjamin Rathery (Jacques Brel) est médecin de campagne, principalement des pauvres de la région. C'est également un ripailleur perpétuel et un coureur de jupons invétéré, mais une seule fille, dont il est follement amoureux, lui résiste : Manette (Claude Jade), la fille de l'aubergiste. Mais celle-ci n'entend céder au médecin qu'au prix d'un contrat de mariage en poche. Manette est surveillée par son père, qui fait tout pour protéger la virginité de sa fille, qu'il appelle son "petit capital". Sa jolie frimousse, son espièglerie, ses sourires font fondre Benjamin ; mais, loin d'être une écervelée, Manette est une fille qui a du caractère et qui sait ce qu'elle veut et cela se voit.

Le franc-parler de Benjamin, et son sentiment d'être égal aux nobles, vont valoir au roturier quelques petits ennuis.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Lieux du tournage[modifier | modifier le code]

Le film a été tourné :

  • sur le causse Méjan, en Lozère[2]
  • en Bourgogne à Vézelay, à Clamecy et aux environs de Corbigny,
  • à l'abbaye de Royaumont,
  • pour la toute dernière scène, en forêt de Rambouillet dans la vallée de Chevreuse.
  • à Chastellux-sur-Cure (château de la commune portant ce nom apparaissant en vue panoramique, on aperçoit aussi Bernard Blier embrassant le postérieur de Jacques Brel dans la cour intérieure de la demeure).
  • Une fête à l'occasion du lancement du film fut organisée à Clamecy où une représentation théâtrale mit en scène un grand nombre de Clamecycois avec Jacques Brel.

Réception critique[modifier | modifier le code]

  • « D'un roman vif, à l'épicurisme souriant, Molinaro a fait un film paillard et grossier. Seule la charmante Claude Jade échappe -par quel miracle ?- à la laideur ambiante. » (Claude-Marie Trémois - Télérama 14 décembre 1969).
  • « Claude Jade est belle et appétissante comme il convenait aux filles dans les bonnes époques. » (François Nourissier - L'Express du 24 au 30 novembre 1969).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Fiche du film sur Gaumont.fr.
  2. (fr) amilo.net

Liens externes[modifier | modifier le code]