Mon homme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Mon homme est un film français de Bertrand Blier sorti en 1996, avec Anouk Grinberg et Gérard Lanvin.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Une prostituée « indépendante » invite, un soir, un sans-logis à dîner, puis à dormir chez elle. Sous son charme viril, elle couche avec et, devenue amoureuse, lui propose de devenir son maquereau.

--------------------------------------------------------------------------

(A noter que la pièce "Mon homme" a été représentée en 1922 au théâtre de "La Renaissance" dirigé à cette époque par Cora Laparcerie. L'occasion pour l'acteur Noël Roquevert de faire ses premiers pas sur une scène parisienne. (Il tenait le rôle d'un journaliste).

Noël Roquevert - dont les parents, comédiens ambulants, s'étaient installés à Douarnenez au début du 20e siècle - avait fait la connaissance de Cora Laparcerie, qui repose (*) comme lui, à Douarnenez

(*) Cora Laparcerie est enterrée pour sa part sur l'île Tristan, propriété de la famille de son mari, Jacques Richepin, fils de Jean Richepin. ("La chanson des gueux").

(Cette note n'a rien à faire ici, le scénario original du film est de Bertrand Blier qui n'était pas né en 1922)

--------------------------------------------------------------------------

Commentaires[modifier | modifier le code]

Lors de sa sortie, les critiques ont vu la manière de filmer du cinéaste comme une perte d'objectivité face à son amante, situation de la vie privée telle que ces critiques l'ont observée au moment de la production du film. Ce film pose problème au moralisme féministe qui voit dans toute prostituée une victime, qui en raison de sa condition ne peut qu'être considérée que comme une personne incapable ; Marie est une femme libre qui se livre librement à la prostitution, elle choisit librement son proxénète, le film pose donc comme postulat que la prostitution n'est pas un esclavage et que les prostituée peuvent être heureuses.

Le film qu'il a tourné une décennie plus tard, Combien tu m'aimes ?, permet de distinguer la récurrence et l'évolution de ses thèmes de prédilection au regard de son approche de la condition féminine.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]