Mon Dieu, aide-moi à survivre à cet amour mortel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Mon Dieu, aide-moi à survivre à cet amour mortel
Image illustrative de l'article Mon Dieu, aide-moi à survivre à cet amour mortel
Vue de l'œuvre.
Artiste Dmitri Vrubel
Date 1990
Type Peinture murale
Dimensions (H × L) 365 × 480 cm
Localisation East Side Gallery, Berlin-Est (Allemagne)
Coordonnées 52° 30′ 28″ N 13° 26′ 07″ E / 52.507876, 13.43516352° 30′ 28″ N 13° 26′ 07″ E / 52.507876, 13.435163  

Géolocalisation sur la carte : [[Modèle:Géolocalisation/La barre en ouche]]

[[Fichier:Modèle:Géolocalisation/La barre en ouche|280px|(Voir situation sur carte : [[Modèle:Géolocalisation/La barre en ouche]])]]
Mon Dieu, aide-moi à survivre à cet amour mortel

Mon Dieu, aide-moi à survivre à cet amour mortel (en russe : Господи! Помоги мне выжить среди этой смертной любви, en allemand : Mein Gott, hilf mir, diese tödliche Liebe zu überleben), également connu sous les noms de « Baiser fraternel » ou « Baiser de la fraternité », est une œuvre picturale de type graffiti, du street artist russe Dmitri Vrubel, réalisée sur un morceau du mur de Berlin, peu après l'effondrement du régime est-allemand, en 1990[1].

Elle représente un baiser entre le dirigeant de l'Union des républiques socialistes soviétiques (URSS), Léonid Brejnev, et du dirigeant de la République démocratique allemande (RDA), Erich Honecker. La peinture est inspirée d'une photographie prise par le Français Régis Bossu en 1979, lors de la célébration du 30e anniversaire de la création de la RDA[1].

L'œuvre, dans un premier temps détruite en 2009[2], est ensuite reproduite par l'artiste la même année[1].

Description[modifier | modifier le code]

La photographie d'origine[modifier | modifier le code]

La technique employée par Vrubel est similaire à celle qu'il utilise d'une manière générale depuis plusieurs décennies, soit la reproduction picturale d'une photographie de visage d'une personnalité médiatique, le plus souvent politique, photographie ensuite modifiée et stylisée pour les besoins de l'œuvre.

La photographie qui a servi de modèle à la peinture est un cliché en noir et blanc de Régis Bossu, un photographe français qui couvrait l'actualité allemande à cette époque[3] pour l'agence Sygma[4]. La photo est réalisée le 5 octobre 1979, dans le cadre du 30e anniversaire de la formation de la République démocratique allemande[3]. La scène a lieu à la résidence des invités d'honneur, où ont lieu les discours des politiques et les échanges de cadeaux diplomatiques[3].

Le cliché pris par Régis Bossu représente Léonid Brejnev, alors secrétaire général du Parti communiste de l'Union soviétique, embrassant sur la bouche Erich Honecker, président du Conseil d'État de la République démocratique allemande.

La photographie fait la une du magazine français Paris Match, accompagnée du titre « Le Baiser »[3]. C'est cette couverture qui fait connaître la photographie à Dimitri Vrubel[3].

La reproduction picturale[modifier | modifier le code]

L'œuvre est une peinture murale de 3,6 mètres de hauteur et de 4,8 mètres de largeur. Elle a été réalisée sur une partie du mur de Berlin connue sous le nom d'East Side Gallery, soit une portion de 1,3 kilomètre qui fait office de galerie d'art en plein air et sur laquelle, peu après la chute du mur au début des années 1990, une centaine d'artistes s'y sont illustrés.

La peinture ne représente qu'une partie de la photographie. Elle cadre en très gros plan le sujet du cliché ; ne figurent donc sur l'œuvre du peintre que le visages des deux protagonistes, en plan serré, une partie du visage d'Erich Honecker étant coupée.

L'œuvre comporte deux mentions, l'une en russe et l'autre en allemand.:0--8

Dégradation et rénovation[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Patrick Saint-Paul, « Dmitri Vrubel reproduit son baiser de la fraternité », Le Figaro,‎ 26 juin 2009 (lire en ligne).
  2. Anne Mailliet, « Brejnev et Honecker ne s'embrassent plus sur l'East Side Gallery », France 24,‎ 10 avril 2009 (lire en ligne).
  3. a, b, c, d et e « Le Baiser d'East Side Gallery : l'histoire à éclipses d'un cliché français », Haut courant,‎ 16 novembre 2009 (lire en ligne).
  4. Régis Bossu, « Souvenirs d'un photographe », Boulevard extérieur, 17 novembre 2009.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]