Molotov (groupe)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Molotov (homonymie).

Molotov

alt=Description de l'image Molotov in Managua, Nicaragua.jpg.
Informations générales
Pays d'origine Drapeau du Mexique Mexique
Genre musical Rock, hip-hop, rapcore
Années actives 1995 à aujourd'hui
Site officiel molotov.com.mx
Composition du groupe
Membres Ismael Fuentes de Garay
Miguel Ángel Huidobro Preciado
Juan Francisco Ayala Gonzalez
Randy Ebright (Gringo Loco)

Molotov est un groupe musical de rock mexicain aux influences hip-hop.

Biographie[modifier | modifier le code]

Tout commence en septembre 1995, quand Micky Huidobro, Tito Fuentes, Javier de la Cueva et "La Quesadillera" se réunissent pour constituer le groupe originel. Dès octobre 1995, le batteur, "La Quesadillera", quitte le groupe et est remplacé par Randi Ebright, suivi de Juan Francisco Ayala qui se substitue à Javier de la Cueva en février 1996.

Un an plus tard, en février 1997 commence le début d'enregistrement de leur premier disque ¿Dónde Jugarán las Niñas?. Sa sortie est tellement controversée que les distributeurs refusent de le vendre : les paroles mélangent politique, sexe et insultes, ce qui les a poussé à s'exiler du Mexique pour se réfugier en Espagne. Molotov sort dans la rue pour vendre son disque et ainsi protester contre la censure que le groupe subit. Le succès arrive rapidement, les tournées s'enchainent et dès janvier 1998, Molotov est nommé pour un Grammy international, comme "meilleure interprétation de rock alternatif latino".

Le nom du disque ¿Dónde Jugarán las Niñas? ("Où peuvent bien jouer les petites filles ?") est une parodie du disque de Maná, ¿Dónde Jugarán los Niños? ("Où peuvent bien jouer les petits garçons?"). La jaquette du disque montre une photo d'une fille en jupe débarquant d'une voiture avec sa culotte à moitié descendue. Le motif de la jupe se reconnait facilement, car il provient de l'uniforme imposé par le système public de l'éducation mexicaine, laissant supposer que la jeune fille est encore mineure. Molotov est découvert par le grand public, et commence à être apprécié de la critique.

En octobre 1998, Molotov reçoit un prix pour leur 800 000 copies vendus dans le monde. Ils connaissent le succès au Mexique, Argentine, Colombie, Chili, États-Unis, et même dans des contrées plus lointaines comme l'Allemagne, la Suisse, le Japon, l'Australie ou encore Israël.

Leur album Molomix sort en novembre 1998 et rassemble des reprises telles que "Bohemian Rhapsody" de Queen qui s'intitule : "Rap, Soda y Bohemia".

En avril 1999, ils enregistrent leur album suivant : Apocalypshit, qui sortira en septembre 1999.

De juin à septembre 2002, les Molotov se donnent rendez-vous en studio pour enregistrer leur album suivant Dance and Dense Denso, qui sort en 2003 et d'où provient le single Frijolero, ainsi que "Jit Me", aux paroles engagées politiquement, critiquant la politique anti-immigration des États-Unis ou la corruption du système politique mexicain.

En 2004 sort leur album Con Todo Respeto, qui contient exclusivement des reprises dans différents styles, allant de la salsa au punk, comme le démontre la chanson cumbia Me Convierto en Marciano

Fausse séparation[modifier | modifier le code]

Le 12 janvier 2007, un des membres du groupe annonce la fin du groupe et donc leur séparation, pour des raisons économiques et des différences créatives. Le contrat avec leur maison de disques stipule tout de même qu'un dernier disque devrait être enregistré ainsi qu'un disque live. Le groupe souhaite donner un concert gratuit pour leur dernière représentation. En réalité, cette séparation s'est avérée être un coup médiatique pour publiciser l'album Eternamiente[1].

Membres[modifier | modifier le code]

Les titres phares sont : "Gimme tha Power", le controversé "Puto", "Rock Me Amadeus"

Discographie[modifier | modifier le code]

Prix[modifier | modifier le code]

¿Dónde jugarán las niñas?:

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Molotov vuelve a estallar en Chile | Emol.com