Molinisme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le molinisme est une doctrine théologique développée principalement par le jésuite Luis Molina (1536-1600) sur la grâce divine et le libre arbitre humain, exposée dans son ouvrage publié à Lisbonne en 1588 : De concordia liberi arbitrii cum gratiae donis, divina praescientia, providentia, praedestinatione, et reprobatione ad nonnullos primae partis divi Thomae articulos (en français: Accord du libre arbitre avec le don de la grâce, la prescience divine, la providence, la prédestination et la réprobation...).

Au cœur de la question essentielle de la controverse de la grâce, cette doctrine, aussi appelée Concordia, défend la possibilité d'une conciliation entre la liberté de l'homme et la prescience et grâce divines. Il y a pour Luis Molina deux ordres de détermination (causes premières et secondes) qui se conjuguent sans empiéter essentiellement l'une sur l'autre : Dieu fixe les formes de la vie et les conditions de l'action ; l'homme est libre de se conformer à ces données pour son salut et il peut y consacrer sa volonté, et cela même si Dieu sait parfaitement par avance ce qui va advenir.
De ce point de vue, le molinisme s'oppose aux tenants strictes du Sola gratia, le salut par la seule grâce de Dieu, défendu par les réformés ou les jansénistes dans la droite ligne de Saint Augustin.

Les jansénistes taxèrent le molinisme de laxisme et de semi-pélagianisme, de système de morale ou attitude pratique tendant à adoucir la rigueur des lois ou des règlements.

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Jean Robert Armogathe, Molinisme, in Encyclopaedia universalis, 1985
  • (en) Article sur le Molinisme sur Catholic Encyclopedia (1911)