Moissat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Moissat
Blason de Moissat
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne
Département Puy-de-Dôme
Arrondissement Arrondissement de Clermont-Ferrand
Canton Canton de Vertaizon
Intercommunalité Communauté de communes entre Dore et Allier
Maire
Mandat
Olivier Jeanvoine
2014-2020
Code postal 63190
Code commune 63229
Démographie
Population
municipale
1 116 hab. (2011)
Densité 86 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 46′ 42″ N 3° 21′ 32″ E / 45.7783, 3.358945° 46′ 42″ Nord 3° 21′ 32″ Est / 45.7783, 3.3589  
Altitude Min. 317 m – Max. 395 m
Superficie 13 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme

Voir sur la carte administrative de Puy-de-Dôme
City locator 14.svg
Moissat

Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme

Voir sur la carte topographique de Puy-de-Dôme
City locator 14.svg
Moissat

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Moissat

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Moissat

Moissat est une commune française, située dans le département du Puy-de-Dôme en région Auvergne.

Histoire[modifier | modifier le code]

Blason[modifier | modifier le code]

La composition du blason de la commune de Moissat est : Écartelé, au 1, de gueules à la crosse d'or accostée de deux fleurs de lys du même, au 2, d'azur à trois fleurs de lys d'or, au chef du même, au 3, d'argent à la branche de noyer de sinople feuillée de cinq pièces du même et fruitée de deux pièces d'or, au 4, de gueules à trois heaumes d'argent.

Géographie[modifier | modifier le code]

Il y a deux bourgs qui composent le territoire communal : Moissat-Haut et Moissat-Bas. Les habitants de Moissat-Haut sont les Moissadaires et ceux de Moissat-Bas sont les Moustelaires. En 1840, la municipalité de Moissat pétitionna en vain auprès du Conseil général du Puy-de-Dôme pour créer deux communes distinctes[1].

S'y ajoutent deux hameaux : Les Charles (situé au nord-nord-ouest) et Pironin (au sud-ouest). On compte d'autres lieux-dits comme la ferme des Barguières, la ferme de Moulin Bas, la ferme de La Touraille et Goëlle.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1944 1945 Maurice Chaumont    
1946 1947 Joseph Nugeyre   Agriculteur
1947 1959 Antonin Reignat   Agriculteur
1959 1977 René Geneix   Ouvrier
1977 1989 Raymond Denis   Agriculteur
1989 2008 Gérard Lageyre UMP Gendarme
2008 2014 Martine Malterre-Puyfoulhoux PS Psychologue
2014 en cours Olivier Jeanvoine[2]    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

Depuis la seconde moitié du XXe siècle, la population de cette commune rurale (moins de 2 000 habitants) a presque doublé.


En 2011, la commune comptait 1 116 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 421 1 639 1 729 1 718 1 835 1 838 1 802 1 741 1 705
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 644 1 537 1 512 1 456 1 405 1 340 1 276 1 230 1 194
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 130 1 085 1 020 878 823 765 726 635 620
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
588 584 547 596 643 751 946 1 001 1 116
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique


Patrimoine[modifier | modifier le code]

Il s'agit de l'église paroissiale du village. Elle aurait été édifiée en 912 par les moines de Saint-Lomer de Blois qui fuyaient les invasions normandes et auraient ainsi protéger les reliques de leur fondateur, saint Lomer. Au début du XIIe siècle, une châsse en cuivre repoussé a été commandée aux ateliers de Limoges pour contenir ses ossements. Ce reliquaire est aujourd'hui déposé dans le trésor de la cathédrale de Clermont.

La façade occidentale de l'église présente des peintures murales datant du XVe siècle. Au-dessus du porche, s'étend une mise au tombeau. Sur un pilier de la porte, des vignettes évoquent sans doute le passage de Louis XI en Basse-Auvergne. Sont également représentés de part et d'autre de l'entrée, un chevalier et une Danse macabre dont il ne reste qu'un squelette incomplet (le crâne a été effacé par l'usure du temps).


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Mémoire à MM. les conseillers généraux et d'arrondissement du département du Puy-de-Dôme, contre la demande en division de la commune de Moissat, canton de Vertaizon, Clermont : [S. n. ?], 1840.
  2. Liste des maires 2014, site de la préfecture du Puy-de-Dôme (consulté le 23 juin 2014).
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011
  5. « Notice no PA00092189 », base Mérimée, ministère français de la Culture

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :