Moissannes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Moissannes
Image illustrative de l'article Moissannes
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Limousin
Département Haute-Vienne
Arrondissement Arrondissement de Limoges
Canton Canton de Saint-Léonard-de-Noblat
Intercommunalité commune isolée
Maire
Mandat
Jean-Louis Bregaint
2014-2020
Code postal 87400
Code commune 87099
Démographie
Population
municipale
371 hab. (2011)
Densité 15 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 52′ 33″ N 1° 33′ 57″ E / 45.8758, 1.5658 ()45° 52′ 33″ Nord 1° 33′ 57″ Est / 45.8758, 1.5658 ()  
Altitude Min. 314 m – Max. 560 m
Superficie 24,64 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Moissannes

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Moissannes

Moissannes (Moissanas en occitan) est une commune française située dans le département de la Haute-Vienne en région Limousin.

Géographie[modifier | modifier le code]

Sur la carte de la Haute-Vienne, position de la commune et du canton de Saint-Léonard-de-Noblat
Situation de Moissannes en Haute-Vienne.

La commune de Moissannes est un exemple de plateau limousin, au sous-sol granitique. Ce plateau s'étage depuis les vallons occidentaux (310 m), voisins des communes de Saint-Léonard-de-Noblat et Le Châtenet-en-Dognon, vers les monts d'Auriat, et la Creuse à l'est (Puy Boucaraud, 524 m). Moissannes n'est qu'une petite partie de la « table » - le mot est utilisé en géographie - qui constitue le Massif central. Le territoire est ainsi fait d'une vaste partie centrale, entre 400 et 450 m, entaillée à l'ouest par les vallons des ruisseaux de La Mareille et du Palland. Avec ces entailles peu encaissées, cette table s'abaisse doucement vers l'ouest.

À l'est donc, débute « la Montagne limousine », où le relief est à la fois plus élevé, mais surtout plus accidenté. Des ruisseaux parcourent les monts d'Auriat, affluents de la Vienne, via le Tard et la Galamache. À cause du sous-sol granitique imperméable, beaucoup de terrains sont marécageux (nommés localement des « moulards »), et parsemés d'étangs.

Les paysages alternent bois et prairies. Les résineux dominent la partie orientale. Les feuillus sont plus présents à l'ouest, où ils alternent avec les prés. Le climat est un dégradé du milieu atlantique, avec des nuances de pré-montagne : relativement rude l'hiver (moyenne de janvier : 3 °) et très humide (environ 1 000 mm de précipitations annuelles).

Communes limitrophes de Moissannes
Le Châtenet-en-Dognon Sauviat-sur-Vige
Moissannes
Saint-Léonard-de-Noblat Champnétery

Histoire[modifier | modifier le code]

L'ancienneté de la paroisse est attestée avant 1200. Elle appartenait alors à l'archiprêtré de Bénévent et fut donnée en 1191 au prieuré de Saint-Léonard. C'est de cette époque que date l'église romane. Elle fut dédiée à sainte Marie et saint Blaise, plus tard à saint Maurice. Moissannes a aussi une histoire nobiliaire très ancienne.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[1]
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 en cours Rémi Jandaud[2]    
27/04/1853 12/04/1854 Gai du Pallant    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 371 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
814 699 664 700 736 722 738 721 720
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
709 657 713 688 742 743 765 755 717
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
729 736 708 650 628 619 598 553 556
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
505 406 312 301 302 299 341 353 371
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église avec croix de parvis[5]
  • Moulin à farine[6]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Henri Skiba, né en 1927, footballeur français, qui s'est consacré à l'élevage de truites depuis les années 1980 à Moissannes.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Les maires de la commune » (consulté le 14 avril 2011 )
  2. Site officiel de la préfecture de Haute-Vienne - liste des maires (doc pdf)
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011
  5. « Mérimée : Eglise avec croix de parvis », sur www.culture.gouv.fr (consulté le 14 avril 2011 )
  6. « Mérimée : Moulin à Farine », sur www.culture.gouv.fr (consulté le 14 avril 2011 )