Mohammed Ziane

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ziane.

Mohammed Ziane, né le 14 février 1943 à Malaga (Espagne), est un avocat et politicien marocain. Il est le fondateur du parti marocain libéral, premier secrétaire national et le bâtonnier des ordres des avocats du Maroc. Il a été ministre délégué auprès du Premier ministre chargé des Droits de l'Homme dans les gouvernements Filali II et Filali III.

Biographie[modifier | modifier le code]

En 1963, Mohammed Ziane suit des études secondaires à Genève en Suisse. En 1967, il décroche une licence en droit public de la Faculté des sciences juridiques de Rabat. En 1968-69, il obtient un C.E.S.. en droit public, sociologie générale et relations internationales.

Parcours d'avocat[modifier | modifier le code]

De 1965 à 1968, il travaille comme haut fonctionnaire au ministère de l'agriculture. Depuis 1971, il est avocat titulaire au barreau de Rabat, et devient avocat du gouvernement marocain. Depuis 2006, il est bâtonnier du barreau de Rabat.

Il fut également avocat de l'ESISC (Centre européen pour le renseignement stratégique et la sécurité)[1]. En 2009, il décroche une condamanation de l'hebdomadaire Le Journal à leur verser 250 000 euros pour préjudice subi et atteinte à sa notoriété[2].

En 2008, il prend la défense de Christophe Curutchet, un ressortissant français condamné à 8 ans de prison pour trafic de drogue[3] qui retrouvera la liberté après 18 mois d'incarcération[4].

En août 2014, Mohammed Ziane rédige une lettre ouverte adressée au ministre de la justice Mustapha Ramid dans laquelle il dénonce 13 cas de corruption. Alors qu'il pouvait transmettre le dossier à l'instance centrale de la prévention (ICPC), il a préfère étaler ces cas de corruption publiquement en expliquant que l'ICPC dépend du parquet, une organe elle-même corrompue[5].

Parcours politique[modifier | modifier le code]

En 1985 et 1986, il est président de la commission de la législation et de la fonction publique. De 1985 à 1996, il est membre du conseil municipal de Rabat, et de 1985 à 1997, il est également député de Rabat (1re circonscription).

De 1991 à 1997, il est membre du conseil consultatif des droits de l'homme. De mars 1995 à février 1996, il est ministre délégué aux droits de l'homme[6].

Mohammed Ziane a également été membre du bureau politique de l'Union constitutionnelle, fondateur de la publication Al Hayat Al Yaoumiya[6], et coordinateur national du parti marocain libéral[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]