Mohammed Ijaz-ul-Haq

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Mohammed Ijaz-ul-Haq
Mohammed Ijaz-ul-Haq en 2012.
Mohammed Ijaz-ul-Haq en 2012.
Fonctions
Ministre des affaires religieuses et des minorités
11 janvier 200426 novembre 2007
(&&&&&&&&&&&014153 ans, 10 mois et 15 jours)
Président Pervez Musharraf
Premier ministre Shaukat Aziz
Groupe politique Ligue musulmane du Pakistan (Z)
Successeur Hamid Saeed Kazmi (affaires religieuses)
Shahbaz Bhatti (minorités)
Ministre du travail
1er novembre 199018 juillet 1993
(&&&&&&&&&&&010212 ans, 9 mois et 17 jours)
Président Ghulam Ishaq Khan
Premier ministre Nawaz Sharif
Biographie
Date de naissance 20 mai 1952 (62 ans)
Lieu de naissance Nowshera, district de Nowshera, Khyber Pakhtunkhwa, Pakistan
Nationalité Drapeau du Pakistan Pakistanaise
Parti politique Ligue musulmane du Pakistan (Z)
Diplômé de Université du Pendjab
Université du Sud de l'Illinois à Carbondale
Religion Islam

Mohammed Ijaz-ul-Haq, ou plus simplement Ijaz-ul-Haq, né le 20 mai 1952 à Nowshera dans la province de Khyber Pakhtunkhwa, est un homme politique pakistanais. Il est le fils aîné de Muhammad Zia-ul-Haq, qui a été dirigé le pays de 1977 à 1988 suite à un coup d’état militaire. Il a fondé et dirige la Ligue musulmane du Pakistan (Z), petit parti ayant fait sécession en 2002 de la Ligue musulmane du Pakistan (Q).

Élu plusieurs fois député à l'Assemblée nationale, il a été ministre du travail de 1990 à 1993 sous le gouvernement de Nawaz Sharif et ministre pakistanais des Affaires religieuses de 2004 à 2007 durant la présidence de Pervez Musharraf.

Ijaz-ul-Haq a été membre de la Ligue musulmane du Pakistan (N) et de la Ligue musulmane du Pakistan (Q). Il a fondé en octobre 2002 son propre parti politique, dont il a été le seul élu à l'Assemblée nationale. Le « Z » de son parti fait référence à son père Muhammad Zia-ul-Haq dont il défend la politique d'islamisation durant les années 1980.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille et éducation[modifier | modifier le code]

Mohammed Ijaz-ul-Haq est né le 20 mai 1952 à Nowshera dans la province de Khyber Pakhtunkhwa. Il est le fils ainé du général Muhammad Zia-ul-Haq. Il a étudié le commerce dans l'Université du Pendjab, puis a étudié à l'Université du Sud de l'Illinois à Carbondale.

Il a été banquier de 1978 à 1988 à Bahreïn.

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Il est élu pour la première fois député lors des élections législatives de 1990 puis devient ministre du travail dans le gouvernement de Nawaz Sharif. À ce titre, il convint le Premier ministre d'ouvrir une enquête sur la mort de son père dans un accident d'avion, commission dans laquelle il a témoigné. Il a notamment accusé Mirza Aslam Beg, successeur de son père à la tête de l'armée, d'avoir fait obstruction à l'enquête[1], voire de faire partie d'une conspiration ayant mené à un attentat allégué[2].

Il est réélu lors des élections de 1993 et de élections de 1997 député à l'Assemblée nationale.

En juin 2007, il a déclaré à l'Assemblée nationale du Pakistan que « si quelqu'un lance des attaques avec des bombes attachées à son corps pour défendre l'honneur du prophète, alors elles sont justifiées »[3]. Cette déclaration fait suite à l'anoblissement de Salman Rushdie par la reine Élizabeth II d'Angleterre.

Il est rééelu député lors des élections de 2002, pour la première fois sous l'étiquette de sa nouvelle formation la Ligue musulmane du Pakistan (Z). Il se rapproche ensuite de la Ligue musulmane du Pakistan (Q) et devient ministre des affaires religieuses et des minorités dans le gouvernement fédéral, poste qu'il occupe de 2004 à 2007, puis prend ses distances avec cette formations en 2010 avant de se rapprocher de nouveau de Nawaz Sharif en 2012[4].

Il perd ensuite son siège à l'Assemblée nationale après les élections législatives de 2008 dans la quatrième circonscription de Bahawalnagar. Il avait réuni 47,1 % des voix face au candidat du Parti du peuple pakistanais qui a obtenu 49,8 % des voix[5].

Suite aux élections de 2013, il regagne son siège de député en obtenant 38,5 % des voix[6].

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Soldier of misfortune sur The Friday Times, mars 2012
  2. (en) Who killed General Zia? sur The Express Tribune, le 7 décembre 2012
  3. (en) Rushdie knighthood 'justifies suicide attacks' sur The Guardian, le 18 juin 2007
  4. (en) Zia's son Ijaz-ul-Haq decides to join hands with Nawaz sur Dawn.com, le 23 octobre 2012
  5. (en) Muhammad Ijaz-ul-Haq Profile sur Pakistani Leaders Online
  6. (en)[PDF] General election 2013 - National Assembly sur le site officiel de la Commission électorale du Pakistan

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]