Mohammad Ghalibaf

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Mohammad Ghalibaf donnant une conférence à l'Université de Technologie Sharif.

Mohammad Bagher Ghalibaf (en persan : [Mohammad Bāqer Qālibāf] محمد باقر قالیباف) est un homme politique iranien né près de Mashhad en septembre 1961. Il a été élu maire de Téhéran en septembre 2005, après une candidature infructueuse à la présidence de la République d'Iran.

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Né en septembre 1961 à Torghabeh près de Mashhad, il est, à l'âge de 22 ans, commandant des Forces Nasr[réf. nécessaire] pendant la Guerre Iran-Irak.

Il passe une maîtrise de géographie politique en 1996, suivie d'un doctorat dans la même matière en 2001 à l'Université Tarbiat Modares.

Carrière dans la police[modifier | modifier le code]

Il a été choisi par Ali Khamenei pour succéder au général Hedayat Lotfian pendant l'été 1999 après les protestations étudiantes en Iran de juillet 1999.

Devenu chef de la police, Ghalibaf a mis en place certaines réformes, dont une visant à rendre la police plus facilement accessible du grand public. Il a également réussi à gérer les protestations étudiantes en Iran de 2003 sans provoquer de pertes humaines ou d'accidents graves[réf. nécessaire].

Il a également tenu le rôle de porte-parole spécial du président Mohammad Khatami dans le comité pour la résolution des problèmes de circulation routière.

Campagne présidentielle[modifier | modifier le code]

Ghalibaf démissionna de ses fonctions dans la police le 5 avril 2005 pour se consacrer à sa candidature à la présidence de la République ; il est éliminé dès le premier tour avec 13,89 % des suffrages.

Mairie de Téhéran[modifier | modifier le code]

En septembre 2005, il fut élu par le conseil municipal de Téhéran par 8 voix sur 15 pour succéder à Mahmoud Ahmadinejad en tant que maire de la ville.

Liens externes[modifier | modifier le code]